AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Mer 22 Jan - 15:45

Rome était concentré sur la pile de feuilles qu'il compulsait dans la salle baignée de calme, posté dans "son" coin. Le local des professeurs ne comportait pas de bureaux désignés, puisque les enseignants disposaient de leurs propres chambres, mais il y avait déjà plusieurs années que Rome s'était attribué un bout de table, et qu'il y avait disposé, pour marquer son territoire, quelques photos de ses petits-fils, probablement convaincu que les autres profs étaient enchantés de continuer à contempler, en dehors des heures de cours, le sourire niais vive-la-vie de Feliciano, la moue renfrognée me-fais-pas-chier de Lovino, et la face réjouie de Seborga. Ou alors il ne se posait même pas la question, ce qui était plus probable.


Rien qu'à ses expressions, on pouvait deviner qu'il corrigeait des devoirs. Le temps qui passait n'atténuait pas le potentiel d'imprévisibilité des élèves, et il esquissait successivement sourires, mines désabusées et yeux au ciel en passant d'une copie à l'autre.
Enseigner, c'était une aventure sans cesse renouvelée, surtout lorsqu'on avait à faire à des tranches d'âge aussi étendues. Le mieux restait de les voir grandir et évoluer dans leur réflexion.... chacun à son rythme. Parfois dans les extrêmes. Il avait vu plus d'un étudiant commencer sa première année avec un ingénu "moi je veux qu'il n'y ait plus d'armées et que tous les pays s'aiment, comme ça personne n'aura besoin de se défendre contre les autres", et finir son année de confirmation en théorisant point par point un plan d'invasion massive à faire froid dans le dos - et à filer la migraine à Empire Mongol.

Les chers petits.

Oui, c'est vrai qu'en tant qu'Empire Romain, il était terriblement fier de "ses gosses", les jeunes latins, et il aurait été très étonné qu'on lui parle de subjectivité. Comment douter de leur valeur ?! Les garçons avaient des traits d'anges, les filles avaient des visages de Madones, tous étaient charismatiques, souriants, magnétiques et d'une rare intelligence. Ils étaient tous beaux, joyeux et pleins de vie. Ok c'est bon Papy, on a compris le principe.

Mais au delà des Latins, il aimait chacun des étudiants de l'Académie, tous ces petits mômes qui commençaient leur vie en portant en eux autant de trésors séculaires. Du plus sage-psychorigide au plus bordélique-insupportable, il les aimait. A sa façon, mais sincèrement.


Rome apposa une annotation sur la dernière copie, et la plaqua sur la pile, après quoi il lâcha son stylo, et s'étira en baillant bruyamment, plutôt content. Une pile de bonnes copies le mettait toujours de bonne humeur... Bien que, lorsque d'aventure il distribuait des notes assassines, son moral n'était pas spécialement entamé. C'était un homme optimiste. Un cours mal compris, une baisse de travail, c'étaient là des choses qui arrivaient, et il suffisait souvent de pas grand chose pour rectifier le tir.

Une journée de plus à l'Académie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Sam 25 Jan - 11:35

Décidément les élèves restaient une source d'inspiration sans fin quand il s'agissait de créer quelque chose d'original, c'est ce qui lui venait en tête tandis que Duncan ramassait les devoirs laissés sur les tables, ce qu'il voulait dans son cours c'était que les chères têtes blondes usent de leur imagination pour produire quelque chose qui leur soit propre et aussi le plus incroyable possible.

Toutes les tranches d'âge étaient extraordinaires de son point de vue. Les Juniors gardaient encore leur côté enfantin et restaient les plus imaginatifs quelque part, les High étaient là pour se détendre et essayer de se forger leurs propres personnalités, alors que les Colleges profitaient de leurs dernières années pour totalement se lâcher et créer des œuvres très intéressantes.

Cette fois-ci il avait eu affaire à la dernière des trois catégories, les échanges avaient été nombreux ça il ne pouvait en aucun cas dire le contraire, et autant dire qu'ils s'étaient vraiment libérés durant cette heure. Lui aussi de son côté il en avait bien profité ça il ne pouvait pas le nier, et sans doute que nombreux de ses collègues désapprouveraient vivement ses méthodes comme à leurs habitudes, mais de son côté si un cours n'était pas aussi vivant et bruyant alors ce n'était pas un cours digne d'intérêt.

Après tout ce n'était pas de sa faute si le cours avait plus ou moins terminé en bataille de peinture si ? Bon Duncan avait été le premier à commencer il est vrai, mais à la base c'était juste une petite blague en mettant bien comme il faut une bonne tartine de bleu foncé sur la joue de son neveu préféré pour le mettre en mode Braveheart, ledit neveu qui soi-disant en passant avait riposté. Et de fil en aiguille ça avait débordé au reste de la classe qui avait suivi le jeu, et l'Anglo-saxon n'avait pas vraiment fait quelque chose pour que s'arrête bien au contraire. Les élèves étaient sortis de sa classe avec de multiples couleurs un peu partout sur eux à la fin du cours, autant dire que son côté il attendait le revers du professeur qui aurait la joie de les avoir après lui.

Prenant le tas de feuilles de ses chères têtes blondes il se dirigea vers la salle mystique réservée aux enseignants, poussant la porte avec fracas tout en lançant un salut des plus joviales. Il put apercevoir le grand patriarche du clan, le vieux sage qui ne l'était pas toujours en fait, le Don Juan des latins.
Il se posa à côté tout en poussant les horribles cadres photos qui semblaient suivre du regard, comme les tableaux des maisons hantées, pour mettre les travaux recouverts de peinture qui faisaient office de devoir.

« Aaaaarg pousses ton bordel ! Tu vois pas que j'ai besoin de place Papy ? »

Pictes avait le sourire aux lèvres, si l'art était ce qui l'intéressait le plus embêter Remus était tout aussi amusant, chercher des poux il adorait ça surtout face au plus vieux qui n'arrêtait pas de lui rappeler qu'il n'était qu'un benjamin encore. Il le fixa presque d'un air de défi, enfin là où il n'avait pas de la peinture sur ses lunettes tout du moins, après tout il avait eu la place de se mettre partout ailleurs mais non il avait décidé d'empiéter sauvagement le territoire romain.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Mar 28 Jan - 15:55

Rome commença par réprimer un sourire lorsque Pictes entra dans un beuglement caractéristique. Le bébé de l'équipe enseignante avait dépassé la trentaine, mais son esprit, ou ce qu'il en montrait, restait si proche de celui des étudiants qu'il arrivait à Rome de s'en attendrir. Ouaip, Pictes était par bien des aspects un éternel gamin... Mais il était  néanmoins compétent dans sa mission pédagogique, et le vieil Empire Romain le respectait profondément pour ça. Bien sûr, l'eut-on crucifié qu'il il ne l'aurait pas avoué pour autant.

Il l'eut volontiers accueilli d'une délicate vacherie, mais l'état de la tenue du joyeux prof d'art lui fit prendre un temps d'arrêt. Pas le temps de s'y attarder néanmoins, car ledit prof s'empressa de venir envahir SON territoire avec ses machins dégoulinants de couleurs. Et de faire valser ses petits canards roses picturaux par la même occasion ! Ah,non hein ! Pas la famille !!!


"Touche pas à ça, sale gosse ! Rah !! Mais tu as pas d'autre endroit où poser ces croûtes ??!! Attention à mes copies, bon sang !!"


Grande inspiration de la part de Remus. Avec l'âge, il devenait parfois rabat-joie... Ou alors c'était le fait de côtoyer au quotidien des joyeux lurons comme Germania ou Empire Mongol...? Il posa sa pile de copies à l'abri, par acquis de conscience, même s'il savait bien que la plupart des élèves se foutait pas mal d'une grosse tache de peinture sur le coin de son devoir - encore que, Allemagne ou Autriche en auraient sûrement des palpitations.
Une fois ceci fait, il haussa les sourcils en constatant l'état très peu académique,c'est le cas de le dire, du père Pictounet, et esquissa un sourire moqueur.


"Dis voir Pictes, je savais pas que le body painting était au programme... Et je croyais que d'habitude, ça se faisait sans vêtements ? Ou alors tu t'es pris une étagère mal fixée pleine de pots mal fermés sur le coin du pif ?"


Du bout des doigts, il se saisit de la première "oeuvre d'art" à portée, et la souleva, en prenant soin de tenir un coin à peu près vierge.


"Hum. Qu'est ce que ça représente ? Laisse moi deviner. Les gamins ont fait ton portrait, non ? C'est assez ressemblant... Ah non, désolé, c'est le côté bariolé qui m'a induit en erreur. Pour le coup, il y a autant de barbouillage là dessus que sur toi, héhéhé... Mh...."


Il plissa les yeux, et examina plus sérieusement la chose.


"De mon temps, on faisait des oeuvres plus orthodoxes. Pourquoi tu ne leur fais pas copier des beaux tableaux de maître ? De la Renaissance, par exemple. Mon petit Feliciano est très doué ♥ Il tient de son grand-père, bien sûr. Je me rappelle que tout petit déjà, il y passait son temps... Ah, et à faire des portraits de Lovino, aussi... Tiens, maintenant que j'y pense, ça doit être pour ça qu'il n'a dessiné de visages souriants que très tard. Lovino, lui, ça ne l'intéresse pas tellement. Il est plus dans l'action. C'est un athlète - il tient de son grand-père, lui aussi, tu vois... C'est le caractère du sud ♥ Enfin, les deux sont beaux comme des statues antiques, ah là là, mais beaux...!! Et un charisme !!! Un bagout !!! Des séducteurs-nés. Tout le portrait de leur grand-père."


Non Pictes, y a pas de bouton off. Rome se leva pour se diriger vers la machine à café. Heureusement, celle-ci s'opposa aussitôt aux desseins de l'agresseur, ce qui coupa court aux radotages gagatisants de l'aïeul, au profit d'un chapelet d'insultes à l'égard de l'appareil. Toujours pas réparée, cette saleté. Bientôt,les enseignants allaient être réduits à boire du café soluble. What else ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Jeu 30 Jan - 23:33

Fier d'avoir envahi ainsi le territoire romain, d'avoir réussi à faire tomber les stupides cadres photo contenant les images des chérubins du plus vieux, et pas vraiment sous leur meilleur jour si on voulait son point de vue d'artiste à ce sujet ; arrivant même à l'empêcher de lui dire une vanne digne d'un carambar.

Les paris étaient lancés à présent, savoir jusqu'où Pictes pourrait faire craquer les nerfs de Remus, c'était presque une compétition avec le reste du corps des enseignements que de mettre à rude épreuve la bonne humeur de l'ancien empire. Sans doute une sorte de petite vengeance personnelle de la part de son côté nation, après tout ils s'étaient historiquement retrouvés à se foutre royalement sur la gueule où pour sa part Duncan frimait de lui avoir donné des déculottés au passage.

Malgré tout le benjamin appréciait Rome, ce qui se traduisait par des piques lancées et quelques joutes verbales, mais il aurait préféré devoir laver toute l'école pendant un an que d'avoir à l'avouer. Fierté en jeu please, il ne fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin, et de toute façon l'autre se moquerait de lui pendant un sacré bout de temps si un jour funeste il venait à cracher cette vérité.

En revanche la réflexion sur les œuvres d'art des élèves, oui de son côté ce que produisaient les élèves était toujours un vrai émerveillement et une grande inspiration, lui fit rembarrer son sourire et lui laissa échapper un ou deux mots en désignant le papy comme un imbécile de première, même si la réflexion était faite plus pour lui que pour l'autre.

Franchement les travaux n'étaient en rien des croûtes. Les artistes étaient toujours des incompris et il aurait toujours des idiots comme le vieux pour lui rappeler. Alors il n'avait qu'une chose à dire : bien fait ! Que les copies du professeur de stratégie militaire se retrouvent tachées et imprégnées, il ne pouvait que trouver justice dans cet acte face à l'injurieuse condamnation des travaux faits plus tôt.

Écoutant les vacheries lancées à son encontre, sur sa tenue peinturée qui pour sa part avait trop la classe qui déchire tout comme ça, avait quelque chose à la fois d'amusant et de contrariant. Duncan esquissa un sourire, c'était tellement amusant de voir son adversaire qui voulait l'atteindre en lui lançant de telles profanations, parce que de toute évidence il lui rendrait l’appareil sous peu et il n'éviterai en aucun cas les points sensibles. Que Remus en profite bien, qu'il dise autant de sales choses qu'il voulait, le retour allait faire tout autant mal.

Rien de vraiment méchant ou de blessant entre les deux, plus un jeu qui n'amusait peut-être qu'eux seuls, mais c'était quand même confronter deux univers différents. D'un côté le vieux quelque peu traditionaliste sur les bords sur certains points, et du sien le jeune chien fou quelque peu anarchiste sur des aspects. Pourtant ils avaient aussi des points communs comme celui d'avoir une âme d'artiste, pas les mêmes catégories certes, ou encore le goût pour la petite bastonnade amicale.

Pictes n'écouta même pas le long monologue incessant du senior, celui trop rébarbatif et dit tellement de fois que, plus personne n'écoutait le Romain quand il le commençait. De son côté il préféra prendre l'un des cadres photos des chers poussins de l'aïeul, pendant qu'il allait se cherchait un café, venant profaner l'objet en y dessinant une moustache avec l'aide de la peinture non sèche sur l'un des devoirs.

« De ton temps justement ! Hé papy t'as cru quoi ? L'ère des dinosaures elle est terminée ! Et j'vais te dire un scoop qui va te faire arriver tes derniers cheveux blancs, plouf d'un coup, cette ''croûte'' c'est un de tes gamins nouillophile qui l'a fait bim ! »

Ce n'était pas vraiment la vérité mais qu'importe, l'Anglo-saxon avait juste envie de moucher un bon coup son collègue et le faire taire un petit moment en signe de victoire. Venant se balancer sur sa chaise il retira ses lunettes pour les nettoyer et enfin retirer la peinture qui l'empêchait de voir correctement, ne pouvant réprimer un rire en entendant les injures proférées contre la machine à café.

« Et cherche pas, j'sais pas ce que j'ai trafiqué avec mais elle veut plus marcher, dead quoi ! »

Remettant ses lunettes il devait bien avouer qu'il n'avait pas été particulièrement tendre avec la machine capricieuse, faut dire qu'elle l'avait cherché aussi en lui mettant que de l'eau dans sa tasse, et voir galérer le papy était aussi amusant. Lançant un regard qui voulait dire que maintenant Remus allait devoir se démerder avec, il ne bougerait pas le petit doigt de son côté.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Sam 8 Fév - 16:20

La machine à café était définitivement maltraitée au possible, insultée, malmenée, un calvaire de machine à café. Rome ne la ménageait pas, et peu importe si la malheureuse était agonisante des suites de violences pictes, tout ce qu'il voyait, c'était qu'elle pédalait dans la semoule depuis des jours et des jours.


"Evidemment que c'est de ta faute, sale gosse ! Toi et ta délicatesse !"  


Ronchonnage accompagné d'un grand coup du plat de la main sur l'appareil, suivi d'une grande inspiration. Bon. Ca n'était pas une machine à café défectueuse qui allait entamer son moral, pas vrai ? Il décida que le café l'empêchait de dormir et que de toute façon, ça filait des rides, et retourna s'asseoir, pour réexaminer la "croûte". Un de ses poussins ? Auteur de ce barbouillage ? Il contre-attaqua immédiatement,avec une mauvaise foi éclatante.


"Mais ça ne m'étonne pas du tout. Ils ont l'art au bout des doigts, au point qu'ils peuvent se plier à n'importe quelle exigence sorti tout droit de ton cerveau malade, Pictes. Eh oui ! Et d'une consigne grotesque, ils peuvent créer des oeuvres intemporelles ! Ha !!"


Il ne put néanmoins retenir une grimace en regardant à nouveau la peinture. C 'était vraiment trop éloigné de ses goûts pour qu'il puisse trouver ça esthétique. Oeuvre intemporelle...


"... Mais tu m'enlèveras pas de l'esprit que tu t'es planté et que t'as ramassé leurs palettes à la place des travaux. Ce sont des choses qui peuvent arriver, quand par exemple on boit comme un trou pendant une virée en ville et qu'on a pas le métabolisme pour l'assumer le lendemain. T'as fait quoi hier soir, mon petit ?"


Mon petit, c'était pour bien lui rappeler à quel point il était minot encore. D'ailleurs, Rome était (probablement ?) le plus âgé parmi les enseignants actuels, et il avait une tendance très marquée à se poser comme le grand manitou de la clique professorale, un genre de vieux chef détenteur de la sagesse sacrée de l'enseignement académique, et à ce titre, il faisait mine de s'attendre à ce qu'on lui témoigne d'un respect si possible mitigé d'une crainte sacrée. Ce que Pictes ne faisait PAS. Ce qu'aucun ne faisait, en fait, et il fallait sans doute aller en chercher la raison dans le fait qu'il était bien trop chaleureux pour inspirer de la crainte à quiconque. Et qu'en sus, au réalité, ça lui aurait fait mal au cul. Il aimait bien trop le contact humain pour renoncer à la spontanéité de ses interlocuteurs. Ce n'était qu'un jeu, parce que malgré ses quarante... Bon ok, cinquante... Bon,bon, cinquante-cinq ans bien sonnés, il était encore très joueur. Et lui-même spontané et expressif. D'ailleurs, lorsqu'il reposa la peinture, il s'aperçut de l'existence d'une autre oeuvre picte-orale (Very Happy), frôla l'arrêt cardiaque, et ce fut une explosion de décibels.


"HAAAAAAAAA !! LOVINO !!! QU'EST CE QUE TU AS FAIT A MON PETIT POUSSIN ??!! HOOLIGAN !!! ASSASSIN !!!"
 

Il se saisit du cadre violé, et, alors que son autre main avançait déjà vers Pictes un index menaçant (gros coup de doigt sur le nez ?), il s'arrêta net,les yeux rivés sur la photo.


"Hé mais... Mais dis donc, ça lui va bien ♥️ Regarde comme ça lui va bien !! Mais je vais lui en toucher un mot, dis donc...! ...Mmmh quoique... Non, ça ne ferait pas très propre, un visage bien net est quand même mieux... Je lui offrirai quand même une moustache postiche, pour qu'il s'amuse" Comme s'il avait six ans. "Lovino aime bien se déguiser,oh, ça ne date pas d'hier, je me rappelle, déjà,tout petit, il ne bronchait pas quand on lui enfilait des petites robes pour rigoler... Haha, avec son adorable petit tablier et son petit fichu sur la tête. Je dois encore avoir des photos dans un coin. Feliciano avait le même genre de déguisement, d'ailleurs."


Mais il attrapa tout de même une serviette en papier pour nettoyer le verre du cadre,en jetant un regard qui se voulait effrayant à l'artiste-barbier improvisé,puis il réinstalla ses poussins encadrés sur SON bout de table, avant de se réinstaller en soupirant.


"Ils grandissent tous beaucoup trop vite. La plupart de mes petits latins sont déjà au cycle avancé... Mmh... Tu as des mômes qui montent de cycle,cette année,je crois,non ?"


Sous-entendu,les "petits" anglo-saxons. Bien que Pictes ne soit pas en charge de l'aile, il était malgré tout rattaché à eux, que ce soit par le règlement de l'académie ou par les liens du sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   Dim 9 Fév - 21:32

Duncan ne pouvait pas s'empêcher de rire en entendant Remus, la machine à café ce n'était pas la première qui était tombé sur son courroux, et se faire disputer de la sorte provoquait plus une certaine hilarité incontestée que la peur. La tronche de Rome ça fallait de l'or quand il s'énervait, en manque de café ça accroissait la chose.

Toujours à se balancer sur sa chaise il vit la victoire de la machine, décidément ils allaient devoir en réclamer une autre si ça continuait et pas lui de préférence sinon il allait encore se faire taper sur les doigts, pas sur que le directeur accepte l'achat d'une troisième machine. Partout où il passait elles ne faisaient pas vraiment long feu, comme disait son collègue il manquait de délicatesse après tout.

Pictes arrêta le balancement de sa chaise en posant ses pieds sur la table tout en fixant le papy, si la mauvaise foi avait un nom c'était sans hésiter Remus, heureusement qu'il avait bien le cul posé sinon il en serait tombé en entendant de telles salades. Sérieux quoi. Il resta scotché, encore pire que du ruban adhésif pour le coup.

« Cerveau malade et trou de mémoire ? T'es gentil Papy mais t'me confonds pas avec ton alzheimer ! Mieux ! T'en profites pour m'oublier ziouu. T'y comprends rien à l'art en plus ! C'est à force d'être coincé à ton club de troisième âge le soir. »

Ça c'était pour le petit, sous-entendu gamin, accentué du fait que le latin vienne lui dire quoi faire dans son job. Personne ne lui disait quoi faire, surtout pas dans ça discipline de prédilection, n'acceptant pas la critique d'une vieille génération dépassée et réfractionnaire à tout changement. Si dans les anciennes civilisations les anciens étaient la sagesse, concernant le Romain il en avait des grands doutes, dans ce cas-là c'était plutôt vieux fou et ils devaient tous s’inquiéter pour l'avenir si le vieux commençait à dérailler, enfin plus que d'habitude.

Il allait venir pour pousser les horribles cadres avec ses chaussures, histoire de faire piquer un peu plus une crise à l'enseignant proche de la retraite, enfin tout du moins c'est ce qu'il imaginait, il le rendrait chèvre avant la fin de l'année ça c'était son objectif. Pas le temps d'accomplir son méfait cependant le beuglement retentit dans toute la salle, jackpot, prenant le hooligan pour un sacré compliment de son côté qui lui décrocha un large sourire.

Parce contre le coup dans le nez ça ce n'était pas prévu, et c'était bête à dire mais ça faisait mal punaise ! Il lança un regard envers Rome pour lui signifier que la prochaine fois il se ferait une joie de lui écraser l'un des devoirs sur la tronche, en mode Picasso qu'il terminerait le vieux papy. Mais qu'importe ces regards il se faisait tout simplement snober, une illumination divine semblait avoir touché l'autre ou peut-être le début de la démence si on voulait son avis, début d'un monologue caractéristique.

Franchement on le jugeait dérangé mais que dire de Remus ? Ce mec faisait portait des robes à ces mômes, dans le genre grain dans la cervelle là il devait en conclure que c'était surtout une plage. Tirant une tronche qui décrivait à quel point il le pensait chtarbé dans sa tête, Duncan recommença à se balancer sur sa chaise, faisant un clin d’œil à son acolyte quand celui-ci  lui fit son regard-de-la-mort-qui-tue-pas.

« T'en fais pas vieux ! Vu vos potentiels de reproduction de latin, bientôt tu seras arrière-croûton ! Et j'en sais rien moi pour les changements de cycle, font leurs vies t'sais. »

Duncan imita le fait de jouer du violon pour accompagner la tristesse du vieux Romain, il n'allait pas éviter une occasion de se foutre un peu de lui. Bon même s'il devait avouer que de son côté aussi ça lui arrachait le cœur de voir ses petits approchaient de la date de sortie, et bien sûr qu'en réalité lui aussi il s'occupait d'un peu trop près de sa famille, à croire que la mauvaise foi devenait contagieuse.

Venant enfin pousser les cadres pour poser encore mieux ses pieds, il attrapa les devoirs peinturés des chers élèves qui s'étaient donné tant de mal, il était temps de faire son devoir de professeur. Ignorant complètement le vieux fou de service pour regarder la première œuvre d'art, au moins l'élève avait compris le mot du sens abstrait lui pas comme certain, se rappelant qu'il avait dit que c'était un des petiots latins qui l'avait fait.

« C'est pas top top, trop ''orthodoxe'' si t'veux mon avis ! Va pas voler haut la note moi j'te le dis ! Pfff »

Pictes sourit narquoisement à l'Empire Romain, attrapant par la même occasion le fameux stylo rouge, il avait tellement envie de le voir faire une syncope si jamais il mettait une sale note à l'un des poussins en robe courte.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée de plus à l'Académie. [Pictounet]
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 2-
Sauter vers: