AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Jeu 23 Jan - 23:43



« Fermé pour congé »

Il devait être dix heures du matin environ, pas un chat dehors. L’allemand n’avait pas prévu ça dans son emploi du temps. Il s’était arrêté plus tôt que prévu dans son entraînement matinal pour  acheter quelque chose dans ce magasin. En cette période de l’année, les commerces fermaient pour partir en vacance à la montagne.
Allemagne haussa les épaules puis repartit en courant. Il allait finir son heure de jogging tout simplement et voir si certains magasins proposaient ce qu’il recherchait. Il s’arrêta devant deux autres animaleries et entra. Il en ressortit aussitôt. Ce qu’il cherchait se trouvait donc que dans l’animalerie qui, à l’heure actuelle, était fermée. Il courut pendant une trentaine de minutes. Il s’arrêta pour marcher un instant. Une heure qu’il courait déjà ! Le temps passait vraiment vite. Il passa une main dans ses cheveux pour les coiffer et les replaquer en arrière. Il suait assez facilement et en courant, ses cheveux sautaient un peu dans tous les sens, l’allemand n’aimait pas être décoiffé, en général il n'aimait pas quand quelque chose n’était pas parfait.

Ludwig vit plusieurs bancs au loin dans une petite intersection piétonne avec une statue d’un homme au milieu et tout autour des petits commerces, quelques cafés et pleins de ruelles mystérieuses avec des commerces tout aussi sombres qui abordaient l’intersection piétonne. Il courut en petite foulée jusqu’aux bancs.

Un banc était envahit de chats, c’était celui qui était en plein soleil, bien entendu. Allemagne esquissa une grimace : il n’aimait pas les chats. Pas assez dociles, trop arrogants, encore pire que France ! Il décida de se s’asseoir sur un banc à l’opposé du banc des chats. Il en trouva un, un peu à l’ombre près d’une poubelle. Il s’assit et contempla le banc des chats : il y en avait pleins, de toutes les couleurs ! Il n’en avait jamais vu autant. Ludwig aperçut quelques croquettes solitaires tout autour du pied du banc. Quelqu’un leur avait donné à manger. Il pensa à Grèce, mais le jeune homme ne se lèverait jamais de si bon matin pour donner à manger aux chats ! Il dormait tout le temps celui là.

L’allemand se renfonça un peu plus dans son banc et rêvassa. Oui, Ludwig se permettait de temps en temps de rêvasser. C’est comme ça qu’il arrivait parfois à obtenir de bons résultats en littérature dans les sujets d’invention comme la poésie, le théâtre ou les textes qui généralement prenaient une tournure romantique. De plus, il était un peu préoccupé. Mais le moment pour rêvasser était propice : un vent léger, des rayons de soleil doux, des oiseaux chantaient sur les branches de l’arbre au-dessus de sa tête et il n’y avait personne, enfin, c’est ce qu’il pensait...  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Sam 25 Jan - 12:39

Installé confortablement sur son banc, le grec lézardait au soleil, profitant des rares rayons de soleil de la saison. Les oiseaux chantaient, une brise légère faisait voltiger ses cheveux, un chat ronronnait sur ses genoux: le cadre était parfait pour faire la sieste. Il avait déserté l'établissement scolaire car il y avait trop d'agitation, trop de bruit et tout cela l'empêchait de dormir convenablement. La sieste, c'est sacré, surtout pour Herakles!

Herakles câlinait le chat en rêvassant. Il regardait les gens s'agiter autour de lui, courant pour ne pas louper un bus, critiquant l'automobiliste qui avait failli les écraser alors qu'ils traversaient la route. Il soupira. Quelle société stressée ! La plupart les gens ne prennent même plus le temps de s'asseoir sur un banc et de se laisser bercer par le chant des oiseaux ou le ronronnement d'un chat. Herakles, lui, aime prendre son temps et apprécier chaque minute de la vie. Jolie réflexion, il la notera dans son carnet de philosophie.

Le chat renifla les poches du grec et remarqua la présence de nourriture. Le jeune homme esquissa un sourire et attrapa les croquettes qu'il lança autour du banc pour le nourrir. Très vite, les chats des alentours accoururent vers lui, attirés par l'odeur et formèrent un agglutinât de félins autour du grec. Herakles s'amusa à reconnaître les différentes races et les couleurs de robes. Il nota la présence d'un chat calico, au pelage blanc taché de noir et d'orange. Il y avait aussi deux chats noirs, trois tigrés, un blanc et un écaille de tortue. Il s'accroupit et commença à les caresser.

Soudain, il entendit un craquement dans son dos, ce qui le fit sursauter. Peut-être était-ce qu'il était venu chercher. Poussant délicatement les chats, il se leva et se dirigea avec sa lenteur habituelle vers la source du bruit. Il contourna le banc et alla jeter un coup d’œil derrière un arbre. Encore un chat. Ce dernier, plus timide que les autres n'osaient pas s'approcher du maître des chats, même affamé. Herakles ramassa la petite boule de poil et se dirigea vers le banc.

Il leva la tête et remarqua qu'il n'était plus seul. Un jeune homme s'était installé en face de lui, à l'ombre d'un arbre. Herakles le regarda. Il avait les cheveux blonds, impeccablement plaqués sur son front, aucune mèche ne dépassait. Il avait un regard assez strict, ce devait être quelqu'un de sérieux, aimant que les choses soient faites de manière irréprochables... En gros tout le contraire du grec qui se coiffait que pour les grandes occasions et qui était toujours habillé de manière assez négligée.

Herakles le fixa en réfléchissant mit un moment à reconnaître un des élèves de l'académie: Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Jeu 27 Fév - 16:34

Plongé dans des réflexions négatives et pessimistes, l’allemand se sentit observer. C’était une sensation désagréable. Il avait l’impression, à chaque fois, qu’un regard se posait sur lui, que la personne posait un objet froid quelconque sur son bras droit ou gauche, du côté où la personne se situait. Ses poils se dressaient légèrement sur son bras. Allemagne feignait le regard de la personne, elle allait bientôt s’en aller de toute façon, elle ne passerait pas tout son temps à le regarder ! Dans un monde où le temps rimait avec l’argent, la personne en question allait bien partir au travail ! Puis Allemagne trouva le temps long. On l’observait. « On » parce qu’il ressentait plusieurs regards. C’était peut-être des SDF ? Qui voulaient son argent ? Ou des pigeons affamés qui attendaient le dernier instant pour le picorer ? Ou une jeune fille qui l’observait… c’est vrai qu’il avait un corps qui attirait les regards lorsqu’il se retrouvait un peu moins vêtu ou lorsqu'il recevait d'une certaine personne des t-shirts col V moulant… il passa une main sur le visage comme pour enlever le reste de sueur, mais au final c’était plutôt pour chasser ses mauvais souvenirs gênant. Une fois, sur un caprice de la personne en question, il avait porté un des t-shirts en question pour courir. Malheureusement, il avait eu la nette impression qu’il n’y avait pas que le regard des passants qui le suivait, il avait même réussi à se faire siffler par quelques hommes au passage. Il soupira, il était déjà tout rouge à force d’avoir couru, ce qui cachait son embarras.

L’allemand laissa passer cinq à dix minutes, puis il en eu assez. Il n’aimait vraiment pas ces regards qui semblaient le scruter ! Il avait fait preuve d’assez de patience ! Le regard froid, les traits du visage tirés, l’allemand se tourna vers son public ; il n’allait pas protester de suite car si c’était une adorable jeune fille il se…. Non… l’adorable jeune fille ou plutôt les adorables jeunes filles ne ressemblaient absolument pas à ce qu’imaginait l’allemand : poilus avec des moustaches et au milieu un grand jeune homme, les cheveux bruns foncés en bataille comme tiré de son sommeil et l’air endormit d’ailleurs. Ah ! Ludwig reconnut sur le champ Grèce. Il aperçut aussi un instant, une lueur dans les yeux du philosophe.
Il se souvenait bien de cet individu, malgré qu’ils se croisaient rarement à l’école, car il y a quelques années à peine, lors d’un grand repas, l’allemand dû lui donner une très grosse partie de son assiette de patates ; des pommes de terre qu’il avait durement fait pousser, soigner et récolter puis cuisiner chez lui pendant les vacances. Et d’un coup Francis et les autres lui ont demandé de lui donner la moitié de son plat ! Non, ce n’était pas juste, Allemagne aimait les patates et partager des patates c’était une chose pas courante, surtout si on le forçait et qu’il attendait encore à l’heure actuelle un remboursement. Mais il se souvient à l’époque, la tête du Grecque, tout maigrichon et maladif. Au fond de lui, il savait qu’il avait bien fait et s’en voulait de mépriser le Grecque.

Allons, il allait faire un effort aujourd’hui ! Enfin, si seulement tous ces chats pouvaient partir un peu plus loin afin qu’il puisse serrer la main de son ami.
Il fit quelques pas en avant puis s’arrêta. Les chats le fixaient encore plus. Quelques uns s’étaient éloignés. Il fit encore un pas et s’arrêta pour de bon. Il n’allait pas plus loin, tous les chats restaient près de Grèce. Un peu gêné, il parla enfin :

« Morgen. » (Bonjour)

Un ange passa, plutôt, un chat bailla. Allemagne observa un instant un chat tigré avec une oreille un peu griffé. Un gros matou bagarreur. Puis il enchaîna. L’allemand avait oublié que le Grecque mettait toujours du temps pour répondre, Ludwig allait donc lui envoyer pleins d’informations à la suite, comme ça Grèce répondra à tout en même temps dans une seule et même phrase. Un simple gain de temps. Stratégique, Allemagne se sentait déjà un peu mieux, il aimait la stratégie :

« Que fais-tu de si bon matin ici ? Je pensais que tu serais plutôt entrain de dormir sur une chaise à l’école. Tu me surprends beaucoup, quelque chose ne va pas ? »

Allemagne ne s’inquiétait pas vraiment, c’était juste pour discuter un peu et réchauffer les relations qu’ils avaient eux deux. Il s’était décidé aujourd’hui de faire le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Lun 3 Mar - 14:32

Herakles regarda l'allemand s'approcher de lui en observant les chats. Certains, apeurés, allèrent se cacher tandis que les plus courageux restèrent autour du grec, prêts à affronter l'envahisseur allemand ou simplement pour attendre de nouvelles croquettes.

Le jeune homme observa un moment l'autre nation. Ils ne s'étaient jamais vraiment parlé. Sauf une fois peut être, mais jamais assez longtemps pour apprendre à se connaître ou devenir ami. Le grec était souvent en train de dormir quand il n'était pas harcelé par le turc et l'allemand avait d'autres chats à fouetter. Quoi que... On ne fouette pas les chats. Ce sont des petites boules de poils toutes douces, toutes mignonnes et qui ronronnent. C'est gentil un chat. C'est adorable un chat. Qui pourrait avoir envie de fouetter un chat ? À part Russie... Oui, il est méchant Russie. De plus il fait peur...

Herakles releva la tête, il avait entendu son camarade dire quelque chose mais il n'avait pas compris quoi. Morgen... Morgane ? Inconnue au bataillon. Il l'avait peut-être confondue avec une fille. Les cheveux longs c'est trompeur... Mais bon, ça ce voit que le grec est un homme non ? On peut avoir des doutes pour Pologne ou Kugelmugel, mais pas pour lui quand même...

Alors qu'il était en pleine réflexion, l'allemand se mit à l'agresser de questions. Noyé sous le flot d'informations, Herakles essaya de tout analyser correctement et de formuler une réponse claire. Pour cela, il décida de prendre son temps, pour bien choisir ses mots et tant pis si c'est long. Herakles aime prendre son temps, que se soit pour marcher, parler ou câliner un chat.

« Bonjour.... Je suis là pour nourrir les chats du parc... Je préfère venir quand il n'y a pas trop de monde et faire la sieste l'après-midi... Et puis j'ai fait un rêve très... »

Il s’arrêta au milieu de sa phrase. Pas la peine de raconter toute sa vie. Et puis de toutes façons, les rêves du jeune homme ne devaient pas forcément intéresser le blond. Herakles caressa la tête du chat dans ses bras. Il hésita avant de lui retourner la question. Pas par curiosité, seulement par simple politesse.

« Et toi.... ? Tu fais quoi ici... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Jeu 3 Avr - 14:50

Ce pauvre garçon était toujours aussi lent ! Ludwig estima même que son ami italien aurait le temps de finir un tour complet de terrain pile au moment où Herakles aurait finit de parler. L'allemand serait même prêt à parier! Or selon les règles de l'établissement, les jeux d'argents sont interdits, donc il arriverait à la conclusion qu'il ne parierait jamais sur ça. Mais Allemagne avait entendu parler d'une nouvelle tendance contraire à celle qui régnait dans le monde aujourd'hui. Une tendance où chacun prenait son temps pour faire les choses : pour manger, conduire, travailler, les petites choses de la vie quotidienne etc... Herakles devait être LE pionnier de cette tendance. Ceci était donc intéressant, Ludwig était en face d'une personne qui avait sûrement inventé cette tendance mondiale mais qui était très peu pratiquée....

Le grec lui répondit enfin. Ludwig écouta à moitié car il se demandait si il devait aussi essayer cette façon d'être. Dans tous les cas, il allait essayer ! Pour une fois qu'il avait compris quelque chose  de la façon d'être du grec, il n'allait tout de même pas le vexer ! Herakles lui posa ensuite une question ; elle tombait à point nommée ! Alors Allemagne prit son temps. Il réfléchit en quelques secondes comme à son habitude. La réponse était déjà formulée dans sa tête, les arguments, au cas où, étaient en cour de préparation, il était prêt ! Mais il décida de laisser passer quelques minutes, sinon, c'était comme si il n'avait pas respecté les règles « du jeu ».

« Pour ma part, je faisais du jogging. Le matin, il n'y a quasiment personne et j'entretiens ma santé.»

Il s'aperçut alors qu'il avait mal joué, car il avait trouvé la réponse et les mots très rapidement et répéter ce qu'il pensait assez vite. Peut être que le « slow » ne lui allait pas. Enfin il allait retenter ça plus tard, lorsque l'occasion se représentera, mais sur le coup il se découragea un peu : il aimait quand tout était organisé, bien et vite. Il se demanda aussi si cette façon de « prendre son temps » n'allait pas lui faire perdre patience. Il se passa une main sous le menton comme pour réfléchir en attendant que le grec puisse lui aussi réfléchir, formuler sa phrase, se « relire » et enfin sortir la phrase avec une extrême vigilance. C'est ce que pensait l'Allemand du grec et il trouva que cette façon de parler et penser étaient finalement pas si mal que ça car au moins Herakles limitait le nombre d'idioties à la minute ; il ne fallait pas se décourager, l'allemand allait persévérer !

« Et … qu'a tu donc … rêvé ? »


C'était le seul mot qu'il avait entendu de la réponse du grec. Il aimait bien interpréter les rêves* et son but premier était de renouer les liens avec Herakles. Il fit donc quelques efforts.

Ludwig releva un détail : les chats n'avaient pas miaulé ou bougé depuis un certain temps. Il se demanda si c'était une réaction normale ou pas. De toute façon, il avait le spécialiste des chats en face de lui et si jamais les félins avaient adopté un comportement bizarre, le grec lui aurait fait signe.... ou pas. L'allemand se méfia malgré tout des chats qui un par un partaient dans la même direction...

----------------------------------------------------------------------------------------------------

*note :  voir : L’interprétation des rêves de Freud ; étant donné que Freud est une grande personnalité qui a bouleversé les sociétés et la société allemande et autrichienne de l'époque, je me suis permis à ce que mon personnage ait gardé cette influence freudienne qui a marqué son inconscient. C'est un peu bizarre avec son caractère, mais j'ai trouvé une certaine logique à lui faire faire ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Mer 23 Avr - 17:56

Herakles était en train de s'endormir sur place, en attendant la réponse de l'allemand. Il bailla, leva doucement la main pour la placer devant sa bouche et se frotta les yeux pour se réveiller un peu, tout cela sans lâcher le chaton blotti contre lui. Perdu dans la contemplation du joli chaton, il écouta distraitement Ludwig parler.

L'allemand lui avait posé une nouvelle question. Il n'avait jamais eu une conversation aussi longue avec lui ou avait n'importe quel élève de l'académie. À part avec Japon. Quand il parlait de chat, le grec était très emballé et pouvait discuter pendant des heures, s'il ne s'endormait pas au milieu de ses phrases bien évidemment.

Le jeune allemand voulait savoir de quoi il avait rêvé. Herakles réfléchit un moment. Il ne savait pas s'il voulait savoir cela pour se moquer de lui ou pour autre chose. Le grec se confiait rarement aux autres, il préférait garder tout cela pour lui. Et puis les gens ne venaient pas souvent lui parler. Ils préféraient critiquer son pays, la crise économique et lancer des rumeurs sur ses orientations sexuelles. Mais après une profonde réflexion, Ludwig n'était pas aussi sadique et mauvais que le turc, il n'avait donc aucune raison de se moquer de lui ou de l'embêter.

Herakles prit de nouveau son temps pour lui répondre, articulant lentement chaque syllabe, comme pour faire durer le suspens.

« J'ai rêvé de chats... Ils voulaient à manger... Et des caresses aussi... J'aime beaucoup les chats... Dans l'Antiquité, ils étaient considérés comme des dieux... »

Il s’interrompit en sentant le chaton s'agiter dans ses bras. Le grec se pencha et déposa le félin délicatement sur le sol. Ce dernier s'empressa de rejoindre ses congénères et de les suivre, sous le regard attentif du jeune homme. Herakles n'était pas habitué à ce que les chats l'évitent ainsi. Ils devaient avoir peur, un chien devait se trouver dans les alentours, ou la présence de l'allemand les effrayait. Ou alors quelque chose les attirait...

---------------
Note: Pour Freud, ça ne me choque pas. Ludwig est quelqu'un de réfléchi, alors qu'il s'intéresse à l'interprétation des rêves ou à la psychanalyse c'est logique ^^ et puis Freud était un pervers et on connaît tous le genre de livres que lit Allemagne en cachette...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Lun 28 Avr - 0:51



Déjà prendre les mots clefs : chat, chat, ch.. non il y en avait pas autant. Juste que le mot « chat » le traumatisait un peu ; les chats ce n’étaient pas ses animaux favoris, loin de là, mais ça tout le monde l’avait compris. Il récapitula pour de bon : cela tournait autour des chats. Les mots qui leurs étaient reliés sont : manger, caresse, aimer, Antiquité, dieux.
Il vit Herakles être interrompu par l’un de ses chats. L’asticot gigota dans tous les sens et le jeune homme le reposa à terre tout en l’observant partir. Ludwig trouva le grec un peu plus sérieux. Il ne devait pas avoir l’habitude que les chats l’évitent à ce point. Même l’allemand trouva le comportement des chats encore plus étrange. Et pourtant ce n’était pas un spécialiste….encore une fois, tout le monde savait ça.

- Je trouve ces chats un peu ….. particulier aujourd’hui, non ?


Il ne voulait pas dire bizarre, son but n’était pas d’offusquer le grec et cela mettrait son objectifs de départ à zéro, non, il voulait juste faire passer l’idée que les chats avaient un comportement anormal.

Un ange passa. Il ne dit rien, le silence s’installa entre les deux hommes. Un silence que l’allemand qualifierait même de « gênant ». Afin d’oublier cette gêne, il passa à un autre sujet. Le rêve ! Peut-être que le rêve avait quelque chose à voir avec l’agitation des chats ? Ludwig commença avec joie son interprétation tant attendu. Il allait réfléchir doucement et avec attention.
Sujet principal : chat. Premier mot en lien avec : manger. Manger du chat ? Chine ? Voyage ? Non, il allait continuer, sa réflexion était encore trop incertaine. Deuxième mot : caresse. Ils veulent plus de caresse et plus de nourriture ? Allaient-ils se mettre en grève ? Non, ce n’était pas des chats français. Ludwig passa au troisième mot puis au quatrième et enfin au cinquième. Il en arriva, au bout d’un certain temps, à la conclusion suivante : les chats étaient attirés par quelqu’un ou quelque chose de vieux qui allait leur offrir des câlins, caresse, des choses tendres et de la nourriture, la chose ou personne devait être puissante ou influente. Un riche millionnaire en manque d’affection ? Ou bien Grèce qui était en manque d’affection et devenait nostalgique ? Il tourna le problème dans tous les sens.

Sa réflexion prit du temps, c’est ce qu’il voulait, et déboucha sur une solution bancale. L’allemand aurait aimé autre chose…de plus concret et moins vague.

- ….

Puis il soupira. Allait-il partager son point de vu à son nouvel « ami » ? Allait-il attendre un peu ? Au final il proposa quelque chose de plus simple :

-Tu ne veux pas les suivre ? Je pensais que tu allais les poursuivre.

Et il attendit patiemment une réaction de la part du grec. Ludwig trouva aussi bizarre que le jeune homme ne courait pas après les chats. Certains courent après les filles, d’autres préfèrent les chats ; l’allemand approuvait la deuxième attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   Mar 10 Juin - 22:13

Herakles observa les chats un moment, songeur. Après Zeus, Flocon, Moustache, Pythagore, Félix et Moussaka, c'était au tour de Chaussette de s'en aller. Le grec ne comprenait pas ce qu'il se passait. Et il n'aimait pas ça. Depuis tout petit, il vivait avec des chats. Il avait grandit aux côtés des félins. Il avait lu des centaines de livres pour savoir comment s'en occuper ou pour mieux les comprendre. Il avait passé de nombreuses heures à les câliner. Il pensait tout savoir sur eux. Visiblement ce n'était pas le cas et il avait encore un tas de choses à apprendre sur ces adorables boules de poils.

Il se tourna ensuite vers l'allemand. Il semblait réfléchir lui aussi. Peut-être que le comportement des chats l'intriguait lui aussi... Ludwig soupira avant de lui poser une question.
Poursuivre les chats ? Bien sur qu'il en avait envie. Il n'avait jamais vu les chats le fuir de cette manière, il voulait comprendre pourquoi et trouver une solution. Mais le grec était poli, il ne voulait pas partir sans prévenir, d'un seul coup, en abandonnant l'allemand dans ses réflexions.
Il répondit donc à Ludwig.


« oh... En temps normal je les aurais suivi... Mais là je discute avec toi... Ce n'est pas très poli de partir en plein milieu d'une conversation... »

Il hésita avant de poursuivre. Peut être que l'allemand partageait la même passion que lui pour les chats... ? Comme dit le proverbe, « qui ne tente rien, n'a rien ». Le grec posa donc sa question à l'allemand.

« Mais... Tu veux peut être m'accompagner pour voir ce qu'il se passe... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Légende de la Déesse Chat [~Pr Grèce~]
» Les Pokémons et les animaux
» La Dent du chat ( légende savoyarde)
» ~Reset complet de la fiche~ La légende du guerrier chat !
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: