AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prussia's awesome online diary!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Prussia's awesome online diary!    Sam 19 Avr - 20:05





















An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Dernièrement, je me suis fait péter la gueule par un prof, à cause d'un pari débile. NORMALE.
Mon pote Tonio m'a mis au défi de me ramener en maid dans la salle communautaire du bahut. J'allais pas refuser un défi, il en va de mon honneur! En plus, les robes me vont bien, j'ai de jolies jambes il paraît (et tout le reste suit). Et le jour où je ramène ma fraise en bas et talons hauts, mon prof de mondialisation était dans la salle. Bha, j'ai râler, mais pas méchamment. Il m'a foutue dehors et BIM! Il m'a foutue une claque, puis deux, en me disant que j'étais une pute, que mes parents auraient honte de moi, blablabla. Oh mec, j't'apprend: On insulte et on tape pas un élève pour ça à moins d'avoir un GROS PROBLÈME psychologique.



Alors je me suis défendu, et résultat des courses? Un genoux en miette, des dents cassés et la tronche laminé. J'ai toute la jambe gauche dans le plâtre, et j'en ai au moins pour un mois, sans compté l'atèle derrière. Fait chier...Mais bon j'ai réussi à lui péter le nez en retour. Bien fait. Sérieusement il faut qu'il se fasse interner en asile ce type.


Heureusement qu'on peut toujours compter sur les poto pour te redonner le morale. Tonio mon p'tit mari s'occupe bien de moi (quoique qu'il devrait plutôt s'occuper de Lovino ahaha), on compte bientôt adopter la petite Maria, à qui j'apprend à se méfier de Satan. Dan' m'a filer une bière de chez lui, et c'est toujours cool de découvrir de nouvelle saveur (breaking news: La bibinne de chez moi reste quand même la meilleur).

J'essaye de me remettre doucement, mais j'ai bobo quand même. J'espère être bientôt complètement remis sur pied, pour pouvoir faire la bringue comme avant (je suis pas sortit hier et CA ME MAAANQUE). Je vais peut-être tenter ce soir si quelqu'un est partant, sinon ça sera re-soirée chouchoutage de Gilbird et matage de vidéo débile sur youtube! Mais y'a de quoi bader quand t'est cloué au lit et tout seul.



Saturday,april 19th,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Prusse/Gilbert B. le Lun 8 Sep - 20:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Mer 14 Mai - 19:52





















 An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Ma vie a pris un tournant SUPER bizarre ces dernières semaines. Sur une échelle de bizarrerie de 1 à 10, ça doit se placer environ à 666. Et j’exagère pas (ou à peine).

D'abord je crois que le truc le plus étrange qui s'est passé, c'est le changement de relation qu'il y a eu entre moi et Roderich. Sortez les violons, les pétales de roses et tout ce genre de connerie qu'on voit dans les comédies romantiques, vous allez voir ça sera de bon ton pour ce récit épique que votre humble serviteur s'apprête à vous raconter.
Je suis un gars trop gentil parfois . Alors que je faisais chier l'aristo comme à mon habitude, je me suis rendu compte que cette pauvre petite chose ne connaissais rien en matière de sexe ou même d'amour en générale. Alors je me suis assis en mode père castor, et je lui demander ce qu'il voulait savoir (j'avais même promis de ne pas se foutre de sa poire, pour dire à quelle point je suis un être débordant de gentillesse. Et pourtant c'est pas l'envie qui m'en manquait). J'attendais tranquillement le moment pour sortir la vanne du siècle, quand il m'a dit qu'il avait jamais embrassé personne (même pas Elizaveta, ô surprise) . Et là, accrochez-vous à vos slips/caleçons/strings à paillettes :
Il m'a demandé de l’embrasser.
Et je l'ai fait.

Je citerais la grande penseuse de ce siècle qu'est Katy Perry : J'ai embrassé un autrichien et j'ai aimé ça.
Gêne, doute et confusion s'en sont suivie, ce qui est normale quand tu viens de rouler une pelle à ton ennemie naturel. C'est un peu comme si le lion faisait un câlin à la gazelle au lieu de lui arracher la tronche à grands coups de patte, ça remettrait son rôle dans la savane en question. Mais Dan' m'a mis le coup de pied aux fesses nécessaire pour que j'aille lui parler, et j'ai été lui dire le fond de ma pensée sur cette incident dans le couloir, seul à seul. Il avait prit ça pour une mauvaise blague, le troll ultime, alors que pas du tout. Je ne savais même pas pourquoi j'avais fait ça dans le fond, je ne sais toujours pas pourquoi. Tout ce que je savais, c'est que j'étais bien avec lui dans mes bras à ce moment-là, point barre.
Et depuis devant le reste du monde, on se taquine toujours comme deux gosses de primaire, mais quand on est tout seul, c'est plus pareil. Mais c'est pas plus mal pour autant. C'est l'amour vache.
D'ailleurs Tonio est en train de faire la même chose avec Lovino, c'est marrant. Y'a comme une corrélation quelque part...

A part ça, y'a eu une guerre pour la conquête du balcon entre moi, Autriche et Danemark. Ouais ouais, une guerre. On a tous eu en même temps l'envie soudaine de posséder cet endroit. Pourquoi ? On m'a dit que ça serait des souvenirs de nations, des trucs dans le genre. Ca m'étonnerais pas, je me suis comporter en pure chevalier trop génial. Et ça, c'est typiquement prussien ! En attendant on fichu le dawa dans la salle communautaire, personne ne pouvais plus aller sur le balcon et on a chassé pas mal de monde. On s'est battus aussi. Enfin plus exactement, j'étais allié avec Roderich, donc nous deux, on s'est battus contre Dan', et c'était assez drôle en y repensant. Ou ridicule, ça dépend comment on le voit.
Le mauvais côté de la chose, c'est que j'ai envoyé chier beaucoup de gens à cette occasion, de mes meilleurs poto (Antonio l'a super mal pris) à la pauvre petite Andorre qui avait rien demandé. Du coup y'a eu une tournée d'excuses plus ou moins houleuse de faite, mais à peu près tout est rentré dans l'ordre (sauf Tonio qui l'a vraiment très mal pris). Mais c'est pas tout les jours que je ferais la guerre, ça fait trop de dégâts collatéraux (je me contenterais de la faire seulement de temps en temps) !

Sinon mon genoux va mieux, on va très prochainement m'enlever mon plâtre ! L'atèle ça sera toujours pas le top, mais ça sera déjà mieux, je pourrais au moins bouger la cheville !

La suite au prochain épisode ! Restez cool (comme moi).



Wednesday,may 14th,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Prusse/Gilbert B. le Lun 8 Sep - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Dim 20 Juil - 6:45





















 An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Salut les poussins. Ouaaais je sais, ça fait longtemps. Mais vous m'excuserez, j'étais occuper à  réviser mes exams parce que j'en connais dans mon aile qui était prêt à me ligoter et à me faire bouffer littéralement les fiches de révisions par les yeux pour que je le fasse. Je vous raconte même pas l'ambiance chez les germaniques.


Heureusement qu'après on avait le bal pour décompresser.
Mais maintenant, c'est l'été, alors j'ai enfin le temps de faire des trucs, comme observer la parade amoureuse des nations sauvages dans leurs milieu naturel (notez que chez les juniors, on se dit « je t'aime » à grand coup de pied dans les balls. Une minute de silence pour la descendance sealandaise),sortir boire des coups avec les copains, glander parce qu'il fait trop chaud, et puis embêter ma princesse d'Autriche, parce que c'est un loisir à part entière.

Parce que côté cœur, c'est plutôt au beau fixe. Enfin, si on écarte cette ENORME problème qu'est Russie qui tourne autour de mon Roderich. Je ne sais pas ce qu'il lui veut. Soit il essaye de m'atteindre par là et c'est fourbe (mais si tu regarde dans le dico, russe c'est synonyme de fourbe), soit il veut en faire un de ses joujous. Et on sait tous que ses joujous, une fois qu'il s'en lasse, il les casses, en disant les faisant « tomber dans les escaliers ». Je sais que Rod, il est bien trop fière pour lui faire office de balte de secours, mais Russie est terriblement manipulateur, il sait arriver à ses fins. Ca craint , surtout que si j'essaye de le protéger, il me hurle « Gnagnaaa je peux me défendre tout seul ! ». Il sait pas de quoi il parle, il est super naïf pour certaines choses. Parfois c'est adorable, parfois c'est handicapant. Veto autrichien ou pas, comme on me casse les couilles, je casse la bouche, point barre.

Mais à part ce (léger ) soucis, tout va pour le mieux. J'ai pas encore cramé au dixième degrés à cause des rayons du soleil, les poto vont pas trop mal, et maintenant Gilbird me réveille en chantant un air de classique. Ca change de me sonnerie habituel, mais je suis sûr que le métal de 6h30 du matin pour aller en cours manque à mes camarades de chambré. Lundi je suis convié à l'anniversaire de Belgique, et déjà que l'anniversaire de Francis était epic au possible (je n'en raconterais rien, y'a des détails un poil NSFW dedans), là j'imagine même pas.


Je vous laisse, je crois avoir entendu du rififi chez les latins et je pars en mode investigation de l'extrême chez les sudistes maintenant.
Restez awesome et mettez de la crème solaire!



Sunday,july 20th,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Ven 12 Sep - 6:07





















 An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Salut les poussins, les vacances c'était bien.
J'ai rarement le mal du pays, mais ça fait du bien de faire un petit retour au source de temps en temps. Ma vieille Berlin me manquait. Ma tante Brigitta aussi d'ailleurs. C'est encore cette vieille bique avec ses 36 chats qui s'est chargé de m'héberger (en faite, elle n'a que 3 chats.Et 2 perruches. Une vraie animalerie). On a bien rit, on s'est baladé, elle essayait de me parler russe et moi je lui répondais en français, et puis je pense qu'elle lit l'avenir dans la choucroute aussi. Ou le présent, plutôt. Cette fouine à su que j'étais en couple ! Elle a tellement poussé sur ça toute la semaine que j'ai dû cracher le morceau. Je m'attendais à de la surprise (je sors avec un mec, quand même), mais tout ce qu'elle a trouver à me dire c'est : « Y'a un tas de filles et de garçons avec des noms et des langues exotiques et tu ce que tu arrive à me dégoter c'est un autrichien?! ». Merci tata.
Mon cousin Wulf est revenue aussi à la maison quelque jours. A chaque fois j'ai l'impression qu'il a grandit, alors que sa puberté est stoppé au même stade que moi. Je dois me tasser avec l'âge. C'est toujours un glandue qui traîne dans toutes les fêtes possibles et inimaginables, le tout en obtenant des résultats vraiment pas mal à l'université. L'enfant de salaud. Mais bon au moins, il a des tas de trucs à raconter quand je reviens. Il veut partir en Erasmus en Hongrie ou en Roumanie l'an prochain, je l'ai prévenu : Paprika ou vampire, il faut choisir.
Ma mère s'est libérer le week end de mon départ, et on passer pas mal de temps ensemble, pour une fois. Elle m'a surtout écouter parler de mes frères, alors qu'elle ne disait pas un mot sur sa vie, même pas sur son travail . Qu'est ce qu'elle trame, au juste ? Je pense qu'elle a un copain, mais ma tante dit qu'elle n'en sait rien. Mouais, à suivre

Et puis pan, retour de la réalité. Retour de flammes dans ta gueule.
Russie me pourrie la vie. Pour changer. Roderich n'a conscience de rien et pense améliorer la situation en faisant des plans à la con. Pour changer. Personne m'écoute et veut me croire. Pour changer. Et je suis dans la merde.
Pour changer.



J'ai rarement envie de prendre mes jambes à mon cou et aller pleurer dans les jupes de ma mère (c'est pas mon genre), mais j'ai très envie de fuir tout ça. J'aimerais kidnapper Rod pour l'emmener chez moi, en Allemagne, faire des vacances prolongés, mais avec lui cette fois. Je l'imagine déjà tellement mal à l'aise devant ma tante qui doit avoir tout autant de tact que moi. On aurait fait la fête avec mon cousin, et je l'aurais présenter à ma mère (dire que papa est même pas au courant).
Je vais peut-être trop vite ? J'ai le droit de rêver. C'est à peu près tout ce qu'il me reste en ce moment, sans vouloir dramatiser. Je ne contrôle plus grand chose, et je n'aime pas ça. Personne ne suit mes plans , personne ne veut me laisser gérer Russie seul et résultat ? Il y a des dommages collatéraux. Pauvre Feliciano...J'ai pas envie de perdre mon futur beau-frère avant le mariage !

S'il y en a un seul qui doit prendre içi, c'est moi.

Je veux m'en aller vite. J'ai dû mal à respirer dans le coin, l'air m'est devenu toxique. Je marche l'estomac noué au lieu d'avoir la tête haute, je suis tendu, mon cerveau est en ébullition à force de prévoir toujours 6 coups d'avance sur l'ennemie. C'est pas une vie.

Je dois y aller, ma planète a besoin de moi. Restez awesome et procrastinez vos devoirs!


Thursday,september 12h,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Prusse/Gilbert B. le Jeu 13 Nov - 5:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Lun 6 Oct - 0:59

Le message ci-dessous n'a pas été publié sur son blog, mais écrit sur une pages d'un de ses vieux journals






« Il y a des chances que rien ne bouge,
Il a des chances que rien ne bouge »

Je ne remercierais jamais assez Francis de m'avoir fait découvrir Noir désir. Leurs paroles sont comme un écho qui résonne dans ma tête depuis hier.

Je m'évertue à porter le monde sur mes épaules. J'essayais de faire avancer la situation, de libérer les chiens de l'emprise de leurs maître, tout était parfait. Mon monde tournait rond, je tournait rond. Diplomatie, parole, convaincre,s'agiter, protéger ...On ne croyait pas en mon plan . Est-ce que j'y croyais, moi, au fond ? Je ne sais pas . Je ne sais plus.

J'ai encore un goût de sang dans la bouche.

Tout ça, tout ça pour me faire cracher dessus et finir par craquer . J'ai fait tomber mon château de cartes par moi-même. Quel con. Bravo Gilbert. T'est un champion . Le pire c'est que j'ai aggravé la situation : Mon frère est rentré dans la bataille sans que je le veuille. C'est bien l'honneur et le sens de la famille petit frère, mais écoute quand je te parle et qu'il y a un fou dangereux à environ 2 cm de toi, prêt à t'écharper pour le plaisir. Petit frère, tu avais le mérite de m'écouter avant . Ne grandit plus, d'accord ?

Mon nez me fait mal.

Je finis comme un con. Plus d'alliés, que des ennemies autour. C'est comme ça que ça doit finir à chaque fois ? Moi, le reste du monde, et un bout de la famille qui n'avait rien à faire là-dedans ?
Parfois je comprend les baltes. Finalement, céder c'est payer une part de la tranquillité, s'il ne donne pas d'ordre. Un instinct de survie . Mais je ne peux pas plier complètement à l'oppresseur,je suis brave, j'entend parfois les choeurs de l'église de Leipzig dans mes rêves.*
Je serais suicidaire ? Bien alors. Mais même en me jetant dans la gueule du loup en brave kamikaze, la situation ne change pas. Au sol, a pisser le sang, je suis le cul entre deux chaises. Rien, rien ne change quoique je fasse.

Impuissance.

Alors je suis voué à me faire baltringuer d'humiliation en humiliation jusqu'à la fin de ma scolarité et au-delà ? Plutôt me tirer une balle. Je pourrais ignorer. Ca irait s'il ne me cherchait pas, mais son sadisme le pousse à s'acharner sur moi comme sur les autres qu'il pense être des poupées de chiffons. Putain d'URSS. Est-ce que je peux enlever ma couronne de représentant de la RDA ? Juste un peu ? Ma vie serais beaucoup plus simple.

J'ai envie de rester là, entre les parenthèses de mes quatre murs. Je n'ai ni envie de sortir, ni envie de  parler à qui que ce soit. Le seul autorisé dans mon royaume serait bien Roderich, mais ses sarcasmes d'aristocrates me donnerait juste envie de lui en coller une. Juste, tais-toi . Serre moi dans tes bras, mais par pitié, ferme-là.
Peut-être que je me remettrait en selle, brave chevalier teutonique que je suis (censé être). Mais pas tout de suite. Je n'ai plus envie de m'agiter, je n'ai plus l'énergie, je ne rêve que de tranquillité.
Je repense au jardin de ma tante. Je repense aussi à ce que Feliciano m'a dit sur ça. Le jardin intérieur...Voilà, c'est là que je veux être, pas ailleurs. Je n'ai qu'à fermé les yeux, et puis...

Rien.


 


*Petite référence au montagsdemostrationen
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Mar 28 Oct - 5:07





















An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Salut les poussins, c'est bientôt Halloween.


Et oui, déjà. Un peu plus d'un mois que j'ai pas updaté , et il s'est passé pas mal de truc. Déjà je me suis fait cassé le nez deux fois par le russe : C'était pas la joie, ça fait mal mais étrangement, j'ai la paix depuis. Ca doit faire une ou de semaine que rien n'est arrivé et que tout va bien. Je reste sur mes gardes mais au final, je me suis peut-être pas fait bousillé le pif pour rien.

Mais ça on s'en fout, car ce post sera placé sous le signe de L’HOMOSEXUALITÉ :



Parce que ce qui a vraiment chamboulé ma petit vie, c'est la superbe sortie du placard que j'ai faite. Je veux dire, c'est pas comme si je me cachais, du moins plus maintenant. Par contre, mon père était absolument pas au courant, et honnêtement, je me voyais mal le lui dire. Je sais que derrière sa carapace c'est un papa poule de la plus belle espèce, et qu'ils nous aiment moi et mon frère (du moins je crois que s'il m'aimait pas autant, il aurait jeter l'éponge avec moi depuis trèèès longtemps). Mais je ne savais pas du tout son avis sur l'amour entre messieurs, et je ne savais pas du tout comment il allait le recevoir.
Je lui est craché la vérité toute nu à la face, plus ou moins motivé par Elizaveta et surtout parce que Roderich était en panique totale quand il l'a prit à part pour lui parler. Au final, une fois la surprise passé (surprise qui s'est affiché sur son VISAGE via une EXPRESSION FACIALE qui m'a faite un peu paniqué), il l'a plutôt bien prit. Enfin du moins, il s'est plutôt inquiété que je sorte avec une nation .

Je ne m'étais jamais posé la question. Il faut dire que j'ai un statut spécial : Si tout le monde sait qu'il va devoir gérer une nation à la fin de son cursus, moi j'aurais simplement un rôle de conseiller auprès de mon frère. Je suis hors-jeu, en quelque sorte. Je me dis souvent que j'aurais beaucoup de temps libre et moins de boulot que les autres, une sorte de retraité avant l'heure (chanceux que je suis). L'histoire de mon pays étant close, ça n'a donc aucune incidence si je continue à être avec Roderich après l'académie. Ca sera plutôt de son côté : Est-ce qu'il sera trop occupé pour avoir un peu de son temps à m'accorder ? Si l'Autriche se fâche avec l'Allemagne (ça m'étonnerais mais on sait jamais), ça se répercute sur moi ?  
On verra, si ça trouve on sera séparés d'içi là. Mais je suis plutôt confiant en l'avenir...J'ai pas le délire du pavillon en banlieue et du labrador couleur sable, en revanche je suis sûr que si ça doit continué, on se débrouillera pour se voir, entre deux conseil des ministre et un G20.

Par contre je m'inquiète un peu pour mon frère. Il est avec Feliciano depuis peu (bravo West, tu as pécho, grand frère est très fier de toi), et si tout à l'air de bien se passer, je me demande comment papa le prendra s'il l'apprend. Un fils, surtout quand c'est la forte tête, passe encore. Mais le fils sérieux et studieux de la famille ? Surtout, les DEUX fils gay ? J'ai peur qu'il nous fasse une crise cardiaque.

L'interlude homosexualité est maintenant fini: Veuillez remballez les drapeaux arc-en-ciel s'il-vous-plaît.


L'autre truc assez énorme qui s'est passé cette semaine c'est l'anniversaire de Roderich (la parenthèse homoérotisme est peut-être pas tellement finit, en faite). On s'était fâchés la veille (une bête histoire de jalousie, rien de grave en soi), mais je crois que mon cadeau lui a plu si fort que les draps s'en souviennent qu'il m'a immédiatement pardonner.
Faut dire qu'il est frustré depuis l'incendie de l'aile : Les piano ce sont retrouvés détrempés, et il pouvait plus jouer. Alors j'ai bien tenté de lui apprendre la guitare en attendant, mais finalement j'ai décidé de lui offrir un synthé. En plus ça l’amènera peut-être vers cette chose magnifique qu'est la modernité et la musique électronique !
J'ai le droit de rêver non?


Je dois y aller, j'ai un taxi pour l'espace à prendre.
Restez awesome et mangez du gâteau !




Saturday,april 19th,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    Ven 19 Déc - 20:13





















An Army with a nation
Ou les tribulations d'un (génial) prussien




Salut les poussins, c'est bientôt noël.



Qui dit noël dit cadeau, enfin de la bouffe correcte à la cantoche et retrouver ta famille. Ceci cette année, c'est l'inverse : En Russie soviétique, c'est ta famille qui vient te retrouver. Pour le meilleur comme pour le pire : Parce que c'est drôle de voir les parents s'agiter en salle communautaire, de les comparer à leurs rejetons, mais je pensais pas que ça serait aussi violent.
Oui parce que bien sûr, ma mère ayant trop de boulot pour faire le déplacement (un peu comme toujours), c'est ma tante qui est venu. Alors dans le principe je suis très content, tata Brigitta c'est comme une deuxième maman, je l'aime beaucoup mais...Disons qu'elle a le chic pour venir fourrer son nez absolument là où il faut pas

Retour vers le passé : Y'a quelques semaines, j'arrivais pas à comprendre pourquoi Roderich était aussi nerveux à l'idée de revoir sa mère. On peut mal s'entendre avec ses parents, faut voir comment j'en ai voulu longtemps à ma propre génitrice après son divorce, mais il était presque terrifié, sans que je sache vraiment pourquoi. Enfin, j'avais bien compris qu'il fallait pas lui dire pour nous deux, ce que je peux comprendre, mais il y avait quelque chose sur lequel j'arrivais pas à mettre le doigt.
Et puis, j'ai compris, avec l'effet d'une grande claque dans ma poire : Sa mère est une méchante disney.



C'est la marâtre dans Cendrillon, avec un poil de la sorcière de la belle au bois dormant et un soupçon de Cruella dans l'apparence (je suis sûr que son manteau de fourrure est fait en petit chiots). Elle passe son temps à le culpabiliser et à lui dire à quelle point il est pas à la hauteur en tout, et lui, il fait rien et la croit. C'est ignoble, et dur à voir. Rod, il est loin de mériter ça, si ça ne tenait qu'à moi je dirais qu'au delà d'être un snobinard insupportable, coincé,d'une mauvaise foi et d'une fierté incroyable, il est parfait à mes yeux. Rien que pour me supporter et m'aimer, il devrait avoir le droit à une statue en chocolat suisse de 6m à son effigie (je le note sur la liste de cadeau que j'ai à faire).

J'ai ravaler tant bien que mal ma colère la première fois, et puis la deuxième fois que j'ai croisé ce monstre, j'étais sur le point de le présenter à ma tante, et évidement quand il est partit à la hâte j'ai dû lui expliqué : Et elle m'a traînée à la confrontation. Bravo tata, BRAVO, super idée. Bien sûr que j'ai craqué et que je lui ai tout balancer à la face de belle-maman, a quelle point elle ne mérite même pas le titre de mère et que ah oui, je me tapais son fiston. Ca a eu l'effet d'une bombe, et les retombés radioactive c'est Roderich qui les a subit. Merci tata, fallait pas, vraiment.
Mais c' est aussi de ma faute,je sais jamais gérer ma colère comme il faut. J'admire un peu mon père et mon petit frère pour ça : Quoiqu'il arrive, ils restent de marbre, surtout papa (Ludwig peut s'énerver si quelque chose de grave arrive) . On m'a toujours dis que j'avais pris le côté sanguin des Pfeiffer, et j'aimerais pouvoir échanger ses gênes contre n'importe quoi au monde (sauf contre mon caleçon porte-bonheur).

J'ai pas non plus parlé d'Eliza qui est aussi venue foutre sa merde, parce qu'elle s'est fâché avec Rod PILE au bon moment. Mais ils se sont réconcilier depuis, alors ça va.
J'ai envie de rester dans ma chambre en ce moment, sous ma couette et possiblement pas seul (Gilbird ne compte pas). Brigitta m'a conseiller de passé un peu de temps avec lui (et je suis pas sûr que une bagarre qui vire en truc réprouvé par la morale catholique sur des tapis de gym compte), et je vais suivre son conseil, parce que quand elle a décidé de rester à sa place, tata est toujours de bon conseil.

Je file, j'ai une soudaine envie de plätzen et de chocolat chaud.
Restez awesome et joyeux putain de noël !



Friday,december 19th,2014

Tagged: #Prussia's personal
Option: Go back  Go home  Random entry



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prussia's awesome online diary!    

Revenir en haut Aller en bas
 
Prussia's awesome online diary!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. Awesome ? Not really...
» Les mini-quêtes/évents de Slayers Online
» [peinture] pochette Warhammer Online....
» seingneur des anneaux online
» Stupids Online.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 2-
Sauter vers: