AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On apprend seulement des maîtres [Monaco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 12 Mai - 19:02

L’on peut dire qu’on a une nouvelle passion lorsqu’on vient juste de découvrir à quel point quelque chose de manuelle nous obsède. Alors on passe des heures à pratiquer pour devenir encore meilleur. Cela touche n’importe quel loisir: la cuisine, les sciences, le dessins et, plus particulièrement dans le cas de Matthew, la musique. Lorsqu’il est arrivé à l’académie il y a trois ans, il s’était prit d’amour pour la guitare et il n’était pas mauvais en plus. Au début, ce n’était que des chansons de feu de camp qu’il pouvait jouer de mémoire, mais quelques années plus tard, il en était à jouer autant des chansons douces comme du Owl City que du rock digne de Nickelback, son groupe préféré. Bien que talentueux, le canadien avait horreur de jouer devant un publique. La gêne le prenait rapidement et déniait aussitôt être capable de produire une seule note de l’instrument à corde. Cependant, depuis déjà un bon moment, il s’est affectionné d’un autre instrument classique orné de corde: le violon. Le violon prend part à une partie importante de son folklore. Durant le temps des fête, surtout vers le coin du jour de l’an, il n’est pas rare d’entendre sur tout les postes de radio un air joyeux et rythmé avec un son de violon qui accompagne une chanson à répondre. Autant qu’apprendre à jouer au hockey, savoir faire grincer mélodieusement les cordes d’un violon était important pour Canada. Pourtant, il avait beau pratiquer soir après soir pendant près d’un an, les efforts ne semblaient pas porter fruit.

Le grand blondinet était découragé. Peu importe la chanson qu’il essayait, il était incapable de compléter une chanson sans grincer. À ce point là, il était sûr que l’école en entier avait entendu le son comparable à des ongles que l’ont fait grincer sur le tableau. Plusieurs auraient lancé l’instrument de bois au bout de leur bras et auraient fait un feu de joie avec les morceaux restant, pas Matthew. Non, Matthew Williams était persévérant. Il croyait qu’il était capable d’apprendre de cet instrument, il avait bien réussit avec la guitare, ça ne pouvait pas être si sorcier que ça. Tout devait être une question de technique.

C’est pour ça qu’il était en ce moment dans la bibliothèque. Après avoir parcourut bien des rayons, le pays de 5’10" finit par trouver l’allée des arts et musique. Il était accroupit par terre, voyageant son doigt le long des reliures casées de manière serrée l’un à côté de l’autre. Il retirait de l’étagère ce dont il croyait qu’il aurait besoin, faisant une espèce de tour de Pise à côté de lui. Il finit par en ouvrir un, sans bouger de son endroit initiale, et commença à le feuilleter espérant trouver la solution à son problème.


Dernière édition par Canada/Matthew Williams le Lun 2 Juin - 19:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Sam 31 Mai - 18:53

Le ballet était un art que privilégiait Monaco. Ce n’était pas pour rien qu’elle faisait partie du club de danse, après tout : elle se devait de conserver sa grâce et son assurance dans ses mouvements, et participer au club l’aidait à s’améliorer et à conserver son agilité dans chacun de ses pas. Pourquoi aimait-elle le ballet ? Eh bien, pour les raisons précédentes. Parce que c’était l’une des plus belle danse qui puisse exister.

En dehors du ballet, Monaco avaient d’autres intérêts artistiques, en particulier la décoration d’intérieur. Embellir un lieu était tout un art et il fallait avoir de bons goûts, et la jeune fille ne doutait pas qu’elle en avait. Cependant, elle devait encore apprendre, et en plus elle ne faisait pas parti du club d’arts. C’est pour cela qu’elle se dirigeait vers la bibliothèque : dans le rayon des arts, elle trouverait certainement quelques conseils sur les couleurs à associer ensemble ou les matériaux à utiliser pour donner une allure à une pièce.

Elle entra dans la grande pièce renfermant plus d’une centaine d’ouvrages sur tous les thèmes, et s’avança jusqu’aux rayons des arts et des musiques. Elle découvrit alors, non loin de là, une pile de livres qui se penchait dangereusement, telle la Tour de Pise. Tiens ? Quelqu’un se trouvait ici aussi ? Elle se pencha et découvrit, assis par terre en train de bouquiner, un jeune homme à tête blonde mi longue. Elle ne pouvait voir son visage, puisqu’il lui faisait dos. Et la pile de livre bloquait le passage. Alors, poliment, elle mit le poing devant la bouche et toussota.

- Hum, hum.

Si elle demandait gentiment, il déplacerait sûrement les bouquins. Mais pourquoi avait-il besoin d’autant d’ouvrages ? Et qui était-il, d’ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 2 Juin - 14:59

Le dit jeune homme à tête blonde était en train de regarder les feuilles d'un ouvrage qui expliquait la base pour apprendre le violon. Les yeux fixés sur les pages et le doigt parcourant les lignes de mots en diagonale, il ne s'était pas rendu compte qu'avec tout les bouquins qu'il avait sortie, il avait réussit à recréer la fameuse tour italienne qui menaçait dangereusement de s'écraser à terre et, par la même occasion, bloquait le chemin d'une certaine demoiselle qui à cet instant même, exprimait son désir de vouloir passer.

"Hum, hum", fit-elle en se racla la gorge.

À cet instant, la tête de Canada se retourna pour croisé le regard saphir de l'européenne. Avec l'air clueless qu'adopta Matthew, il aurait encore une fois pu très bien passer pour son frère jumeaux malgré ses cheveux un peu plus long et ses yeux améthystes. Il regarda la jeune étudiante un instant se demandant ce qu'elle voulait. Il ne semblait pas vraiment la connaitre. Alors pourquoi voulait-elle lui parler? Ce n'est que quand il suivit son regard sur le sol qu'il comprit que, grand pays qu'il était, le canadien prenait beaucoup de place dans l'allée, peut-être même trop au point d'empêcher quelqu'un de passer. Il alla pour s'excuser, mais en se retournant brutalement, accrocha la tour de bouquin avec son bras créant une vague d'ouvrage de musique allant s'échouer aux pieds de la blondasse. Prit de panique, Canada se dépêcha d'aller cueillir les livres étalés au sol, les tassant sur le côté rapidement pour laisser un espace à l'européenne pour passer.

"D-désolé", il bégaya un peu affolé par l'accident maladroit qu'il avait causé. Continuant de ramasser ses livres, créant un couloir pour la laisser passer, sans croiser le regard de la jeune étudiante. "T-tu peux passer, je vais ramasser."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 2 Juin - 19:56

Le garçon tourna sa tête dans sa direction et planta ses étranges yeux améthyste dans les siens. Tout comme Monaco, il portait une paire de lunettes, cependant les siennes étaient rondes. La jeune fille remarquait désormais une étrange mèche rebelle bouclée qui se détachait de la chevelure mi longue du jeune homme. Il ne lui semblait pas l’avoir déjà croisé auparavant, et vu la tête qu’il faisait, lui non plus. Puis, il avisa le tas de livre qui lui bloquait le passage. Semblant se rendre compte de l’obstacle, il se retourna complètement, mais son bras accrocha la haut de la tour de livres et ces derniers tombèrent devant Monaco, qui se recula juste avant de se prendre un de ses bouquins sur ses délicats pieds.

L’inconnu, pris de panique, se releva et commença à tasser les ouvrages dans un coin. Monaco le regarda, perplexe, alors qu’il lui ouvrait la voie.

- D-désolé, bégaya-t-il tout en continuant de libérer le passage. T-tu peux passer, je vais ramasser.

Elle continua de le fixer pendant quelques secondes, dans une réflexion. Il semblait timide et un peu sûr de lui, du moins, c’est ce que ce premier contact lui avait fait conclure. Sa présence avait certainement dû le troubler. Elle décida donc de l’aider.

- Attends, laisse-moi t’aider, dit-elle en s’agenouillant et en commençant à déplacer les livres.

Il était tout de même étrange qu’elle n’ait jamais vu ce garçon auparavant, mais c’était certainement parce qu’ils n’étaient pas du même grade. La curiosité la piquait : elle voulait connaître son identité…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mar 3 Juin - 19:15

Il ramassa un livre après l'autre, les empilant en de petites piles pour éviter que le précédent accident se reproduise. Il n'avait pas prit compte à quel point il avait sortie des livres de l'étagère. C'est à se demander si le blondinet allait vraiment regarder tous ces bouquins. Matthew avait vite fait de les amasser proche de lui pour permettre à l'européenne de passer, par contre il était loin de penser qu'elle allait l'aider. C'était vraiment gentil de sa part de lui prêter main forte alors que ce n'était pas de sa faute. Faisant quatre petites tours devant lui, Canada se tourna à nouveau vers la jeune fille en prenant avec douceur les ouvrages qu'elle avait ramassé à ses pieds dans sa main gauche. Un petit sourire amicale se dessina sur les lèvres du nord américain, regardant la jeune étudiante dans les yeux.

"Merci pour ton aide...", il lui répondit, content d'avoir eu de l'aide pour sa maladresse, mais ne sachant pas qui il devait remercier.

Elle était plutôt mignonne, mais avait l'ait plus jeune que lui. Matthew se dit qu'elle devait surement être en classe 'Junior' ou du moins presque au high. Étrangement, elle lui faisait penser un peu à France avec son air un peu hautain et aristocrate. Serte elle était bien gentille malgré tout. Lorsque le blondinet se rendit compte qu'il fixait l'européenne, ses joues tournèrent un peu rouge et il se retourna vite vers les étagères en commençant à replacer les livres à leur endroit originel. Cette foutu manie de fixer les gens, mais au moins, il se souvenait d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mer 4 Juin - 8:03

L’inconnu dressa quatre petits tas de livres devant lui, alors que Monaco finissait de ramasser les ouvrages à ses pieds. Elle les tendit au jeune home qui les prit dans sa main gauche, tout en fixant la jeune fille dans les yeux, un sourire sur les lèvres. Il lui murmura un remerciement, et Monaco allait lui dire que c’était tout naturel, lorsqu’il se mit à rougir un peu des joues pour ensuite lui faire dos, et ensuite, commencer à ranger les livres dans leurs étagères respectives.

La Junior fixa le blondinet, en arquant d’un sourcil, étonnée par cette réaction. Elle le regarda ensuite ranger les ouvrages à leurs places, tout en se relevant délicatement. Elle put ainsi mieux étudier le jeune inconnu : il était plus grand qu’elle – normal, direz-vous, vu sa petite taille à elle – et un peu plus âgé, aussi. Il faisait sans doute parti des High, ce qui expliquerait le fait qu’elle ne l’ait jamais vu auparavant. Alors qu’il finissait de ranger les derniers livres, elle posa cette petite question qui lui trottait dans la tête depuis le début :

— Excuse-moi si cette question te paraît déplacée… mais qui es-tu ?

Elle espérait qu’il ne se sente pas offusqué. Car, après tout, ce n’est pas digne d’une duchesse d’indigner les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mer 4 Juin - 19:03

LA question qu'il redoutait, mais oh combien il l'attendait. Qui était-il. Franchement, Matthew s'était toujours demandé comment le deuxième plus gros pays pouvait être si peu reconnaissable. Bon, le fait d'être voisin avec la première puissance mondiale qui n'arrête pas de crier plus haut que tout le monde n'aide sans doute pas. Le canadien ne pouvait pas être fâché après la jeune demoiselle, il n'arrivait jamais à se fâché malgré la redondance de la question. Ça lui avait même traversé l'esprit que s'il venait qu'à volontairement se faire passer pour les États-Unis, est-ce que les gens remarqueraient la différence? Ça serait une théorie à tester un jour.

Le blondinet fit un mine un peu découragée en baissant la tête, sa main appuyée contre la reliure d'un livre qu'il venait de replacer. Un petit soupir s'échappa de ses lèvres. Non. Il ne devait pas lui répondre comme il le fait à l'habitude pour tout le monde. Cette jeune fille aux airs européens devait surement être encore jeune et ne devait pas connaitre tout le monde. Aussi bien faire un introduction qui pourra au moins rester gravé dans sa mémoire plus de cinq minutes. L'étudiant au cheveux blond s'aida sur l'étagère pour se relever, s'époussetant les pantalons un peu avant de se redresser complètement où il se rendit compte qu'il dépassait la demoiselle d'au moins deux bonnes têtes. Elle était plus petite que ce qu'elle paraissait lorsqu'il était accroupit par terre. Peut-être qu'avec sa grandeur, elle aurait un petit indice sur le fait qu'il devait surement représenter un pays assez grand ou du moins avec un minimum de puissance. Les lèvres du canadien élargissement pour faire son petit sourire commun, tout doux et amicale, avant de lui répondre sur un même ton.


"Ce n'est pas déplacé", lui répondit-il en riant un peu. "C'est normal que tu ne me connaisses pas, on a pas l'air d'être du même niveau."

"Je suis le représentant du Canada",baissa un peu la tête en signe de salutation avant de continuer. "Tu sais, le gros territoire au dessus des États-Unis?"

Il n'était pas offusqué par la question. Ce n'était qu'une journée comme les autres pour lui à passer inaperçu ou incognito.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Jeu 5 Juin - 16:02

La question à peine posée, Monaco remarqua que l’inconnu baissait la tête, signe qu’il semblait quelque peu ennuyé, voir découragé.  La jeune fille cru pendant un instant avoir été impolie, mais ensuite, le jeune homme s’aida de l’étagère pour se remettre debout, avant de s’épousseter le pantalon. La monégasque pu ainsi constater la différence de taille entre eux : il la dépassait de deux têtes au moins. Un autre géant dans l’académie…

- Ce n'est pas déplacé, répondit-il avec un petit sourire. C'est normal que tu ne me connaisses pas, on a pas l'air d'être du même niveau. Je suis le représentant du Canada, salua-t-il en baissant la tête respectivement. Tu sais, le gros territoire au-dessus des États-Unis?

Bien sûr, Monaco connaissait sa géographie.  Mais il lui fallut quelques secondes pour visualiser le grand territoire au-dessus de la grande puissance mondiale. Tiens, c’était étrange, pourquoi avait-elle presque oublié qu’il s’agissait du Canada, à cet endroit ?

- Bien sûr, je vois, dit-elle.

Puis, elle baissa sa tête respectueusement, un geste maniéré  et gracieux digne de la duchesse qu’elle se voyait être.

- Quant à moi, je suis la représentante de Monaco, se présenta-t-elle. Enchanté de te connaitre, et désolé de t’avoir déranger pendant que tu étudiais.

Après tout, c’était la moindre des choses de s’excuser : c’était en partie sa faute si les livres étaient tombés, puisqu’elle avait surpris le dénommé Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 9 Juin - 19:07

Au fond, il savait très bien que la jeune demoiselle avait dû oublier l'existence même du grand pays. Avec un frère plus petit que soi, mais qui prend autant de place que la Russie juste avec son caractère, il est normale que Canada passe un peu dans le beurre. Mais il n'en voulait pas à la jeune blonde. C'est pas comme si le grand blond faisait des efforts pour se faire remarquer non plus. Et puis, il ne pouvait pas en tenir rigueur à une jeune fille si polie et bien élevée. La dite Monaco avait l'air d'une aristocrate tout droit sortie d'un conte de fée. Matthew l'imaginait bien avec une belle robe élégante du style époque victorienne blanche ou bleue pour aller avec ses yeux. D'une certain sens, le canadien trouvait que les deux se ressemblaient un peu: Cheveux blonds, yeux proche du bleu couvert par des lunette. Il devina que s'il avait été une fille, le jeune garçon aux yeux indigo ressemblerait de proche à l'image de la jeune Monaco.

À la courbette de la petite blonde, le nord américain rougit un peu, affolé par le fait qu'elle s'excusait de l'avoir dérangé alors que, techniquement, c'était sa faute d'avoir accaparé autant d'espace dans l'allée.


"Ah! Non non", s'exclama t-il en mettant ses mains devant lui comme pour dissiper le malentendu. "C'était de ma faute. Je n'aurais pas du prendre autant de place."

"M-mais bon...enchanté aussi de te connaître" répondit le grand garçon se frotta le derrière de la tête, se penchant avec un peu moins de grâce que l'européenne pour la saluer. "Le chemin est libre, tu peux passer maintenant. Encore désolé.."

Il se tassa du chemin, se retournant vers les étagères de plus tôt, reprenant un de ses livres qu'il était en train de feuilleter avant de se faire déranger. Encore une fois, il avait fait merveilleuse impression. Lorsqu'il se remit à pseudo-étudier, il se murmura à lui-même à propos de sa merveilleuse prestation devant une fille.

"Well done Matt", il commença en anglais avant de poursuivre en français québécois. "Vraiment tu te surpasses pour les introductions."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mar 10 Juin - 17:53

Il sembla cependant que le jeune homme considérait l’évènement récent comme sa propre faute. Il était rouge au visage et un peu mal à l’aise, et il tenta une courbette un peu maladroite, ce qui étonna Monaco et, en même temps, l’amusa. Il s’écarta pour lui laisser un chemin, avant de se tourner vers une étagère où il avait déposé un des livres qu’il feuilletait. La jeune fille en profita pour aller chercher un peu plus loin les livres qui la concernaient, ceux sur la décoration et la mixture entre les couleurs. Elle fit parcourir son doigt sur les reliures de livres. Certains étaient plutôt vieux, la couverture n’ayant pas beaucoup tenu, tandis que d’autre semblaient relativement neufs. Elle en piocha un, plutôt gros et qui semblait contenir moult informations, puis passa en revu le reste des ouvrages. C’est alors qu’elle crut entendre Canada dire en français :

- Vraiment tu te surpasses pour les introductions.

Malgré la distance et l’accent, elle le comprit. Elle releva la tête dans sa direction, sachant que c’était de lui-même dont il parlait. Avait-il une si peu estime de soi ? Elle avait trouvé si introduction certes pas d’une galanterie honorable, mais la maladresse dont il avait fait preuve avait donné à sa présentation un côté charmant. Elle ne pouvait pas le laisser s’en vouloir par le simple fait qu’il n’avait pas su donner le meilleur de lui-même pour se présenter. Et puis, tout le monde fait des erreurs.

Toujours avec le livre dans les mains, elle revint sur ses pas. Elle jeta un coup d’œil sur les reliures des livres des environs, et vit qu’il s’agissait surtout d’ouvrages sur la musique. Elle se tourna vers Canada :

- Toi aussi, tu t’intéresses à l’art ? Tu sembles plutôt porter un œil sur la musique, dirait-on.

Peut-être qu’en discutant avec elle, il prendrait un peu d’assurance. Alors autant engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 16 Juin - 15:41

Bien sûr qu'il n'avait pas beaucoup d'estime de soi-même. Sa vie quotidienne était basée sur le fait qu'il était méconnaissable malgré le fait qu'il était plutôt grand. Déjà qu'il n'était pas du genre extraverti (son frère n'avait pas été tr`s généreux sur ce point), avec les années, il avait forgé une certaine insécurité publique qui le rendait maladroit avec la paroles et ses gestes. Ça ne l’enchantait pas vraiment d'avoir ce problème, mais plusieurs disaient que le canadien avait un certain charme à cause de sa personnalité "awkward". Plus les années passaient au sein de l'académie, plus le canadien prenait de l'assurance. Il n'avait pas vraiment le choix car quel pays serait-il s'il n'était pas capable de se présenter correctement devant les autres pays et leur boss. Il ne serait pas crédible pour cinq cents. Mais il y avait encore pas mal de chemin à faire avant de ne pas avoir l'air d'un personnage mal à l'aise.

"Toi aussi, tu t’intéresses à l’art ? Tu sembles plutôt porter un œil sur la musique, dirait-on."

Le grand blond tourna la tête vers la jeune fille devant qui il avait fait piètre impression quelques minute plus tôt. Une duchesse. C'est tout ce qui lui venait en tête quand il l'a regardait. Elle avait le maniérisme et le parlé d'un jeune dame venant de la bourgeoisie moderne. Cependant, Canada pourrait lui mettre mentalement une robe bouffante qu'elle collerait parfaitement dans le monde de l'aristocratie des temps anciens.

Canada regarda inconsciemment la couverture de l'ouvrage qu'il tenait entre ses mains malgré le fait qu'il savait très bien ce qu'il feuilletait, puis releva son regard indigo vers Monaco. Il scanna avec ses yeux les livres que la jeune fille portait contre sa poitrine. Une artiste? Décoration et mix de couleurs. Certe, c'était différent de son genre d'art, mais elle avait tout de même l'air de s'intéresser au fait qu'il pratiquait la musique.

"Eh? Ah! Hum...", il commença même s'il essayait d'être le plus fluide dans ses paroles possible."J-je suis en train d'apprendre le violon. C'est un instrument assez folklorique chez moi...alors..."

Ses doigts pianotèrent sur la couverture du livre, produisant un son de tapement successif. Le blondinet avait le regard fuyeur. C'était rare que quelqu'un s'intéresse à lui comme ça ou du moins, prendre le temps de le connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mer 18 Juin - 9:53

Le jeune homme tourna la tête vers Monaco, avant de baisser les yeux vers leurs ouvrages respectifs. La monégasque senti son malaise, comme s’il n’était pas habitué à ce qu’on lui adresse la parole :

- Eh ? Ah ! Hum... J-je suis en train d'apprendre le violon. C'est un instrument assez folklorique chez moi...alors...

Le violon, n’est-ce pas ? Un bon instrument de musique, selon Monaco. Si on savait le maîtriser, il en sortait un mélodieux son lorsqu’on glissait l’archet sur les cordes. Le violon pouvait se jouer pour des musiques rythmées ou douces, c’était au choix, ce qui en faisait l’un des instruments préférés des grands musiciens. Elle imagine le canadien jouant de l’instrument à corde, et ne put s’empêcher de sourire intérieurement en songeant qu’il avait la physionomie d’un violoniste. Encore fallait-il qu’il ait un bon niveau.

- Le violon ? C’est un bon instrument, déclara-t-elle en hochant de la tête. Sais-tu déjà en jouer un peu ?

Elle pouvait voir le regard fuyant de Canada, alors autant continuer la conversation. Il se sentira sûrement plus à l’aise au fur et à mesure qu’ils parleraient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Jeu 26 Juin - 23:26

Il ne se qualifiait pas de pro, mais avec la pratique, il pourrait très bien y arriver un jour. Cependant, il doutait que le genre qu'il essayait d'apprendre n'était pas vraiment le style de l'européenne. La blondasse avait l'air bien trop élégante pour sa musique folklorique de paysan. Ce que le canadien voulait jouer au plus haut point ressemblait au style celtique. Le genre de rythme que l'on entend les soirs de carnaval ou du jour de l'an proche d'un feu avec de la bière et plein de gens dansant un rigodon ensemble. Cet esprit endiablé de fête était l'essence même du pays et le côté français du territoire n'avait pas peur de montrer à quel point ils adoraient la musique.

Bien sur, ce genre de comportement était complètement à l'opposé de ce qu'était le blondinet à lunettes. Pas qu'il n’aimait pas la fête et la musique, au contraire, il adorait cela. C'était une ambiance où il aimait s'y retrouver. C'était vivant et remplit de joie. Un endroit où tout le monde oubliait ses soucis, oubliaient les différences et se rassemblaient juste pour avoir du plaisir. Et c'était une des raisons qui avait poussé le jeune étudiant canadien à apprendre de cet instrument à corde au son si mélodieux, mais oh combien difficile à manipuler pour ne pas faire mal grincer les cordes.

Le grand garçon était quand même fier d'avoir l’approbation de quelqu'un d'autre pour ses choix musicaux. Surtout de quelqu'un qui avait l'air d'en savoir beaucoup sur le sujet. C'était comme une grande aristocrate qui commentait sur la tendance du moment. Ce qui voulait surement dire que Matthew était "In". Il afficha un sourire niait, pianotant ses doigts sur la couverture du livre.


"Eh? hum...oui un peu", répondit-il un peu gêné comme un enfant parlant à un étranger. "Tu aimes ça?...Tu en joues aussi?"

Il se pencha pour voir quel livre elle semblait lire, mais n'arrivait pas à en voir la couverture. Oh well...il n'allait pas se mêler de la vie de cette charmante fille. Mieux vaut attendre qu'elle initie si elle en avait envie. C'était peut-être quelque chose de super intime, qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Sam 5 Juil - 17:04

La musique folklorique n’est en effet pas son genre favori. Elle préfère les musiques classiques, baroques ou les opéras  sur lesquelles il est possible de danser le ballet, qu’elle chérie particulièrement. C’est pourquoi  son portable contient l’intégralité de Mozart et de Beethoven, et quelques-unes de Bach, Chin et Vivaldi. Mais ça ne veut pas dire qu’elle déteste la musique celtique, c’est juste que ce n’est pas la première chose qu’elle mettrait dans son répertoire.

- Eh ? hum… oui un peu, lui répondit timidement le canadien. Tu aimes ça ? … Tu en joues aussi ?

Il devait certainement poser cette question à cause de l’allure de Monaco, celle de la grande aristocrate – qu’elle pense elle-même être – qui sais tout sur tout sur les genres musicaux et sur comment jouer de tel ou tel instrument. Elle en avait effectivement une assez bonne connaissance, et ce n’était que grâce à son intérêt pour la danse pour que cela lui avait permis d’étudier le classique et ses dérivés, les compositeurs d’antan et les instruments utilisés à l’époque. Et quels instruments ! Il y en avait de toutes les sortes, à utiliser de toutes les façons possibles ! Entre les cordes, les vents et les percutions… Aujourd’hui, les jeunes n’écoutaient plus que le rap, ou de l’électro avec des chanteurs dont on modifiait la voix. Fini les véritables instruments, on utilisait désormais les ordinateur. Et pour Monaco, c’était une grosse déception. D’autant plus qu’elle ne savait pas danser sur ces musiques-là.

Mais revenons-en à la question.

- J’aime beaucoup le violon, effectivement, confirma-t-elle. Cependant, je ne joue d’aucun instrument, ce qui est, je le pense, plutôt regrettable. Mais je sais danser le ballet, ce qui me permet d’étudier les compositeurs de classique et toutes les variétés d’instruments de musique.

Puis, elle vit le regard améthyste de Canada qui étudiait curieusement le livre qu’elle gardait entre ses bras. Elle ne put s’empêcher de sourire intérieurement avant d’écarter le livre de son buste et d’en montrer la couverture à sa nouvelle connaissance.

- C’est un ouvrage sur les couleurs et la décoration d’intérieur, dit-elle. Je m’y intéresse depuis quelque temps, mais je préfère avoir une plus large connaissance avant de pratiquer. A priori, tu n’es pas le seul à vouloir t’instruire sur quelque chose, aujourd’hui.

Cette fois, elle afficha un sourire, certes petit, mais qui se voulait amical.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Jeu 10 Juil - 19:21

Canada adorait se faire des amis. Il en avait plus qu'il le pensait, normal vu la poignée de gens qui le remarquait ou se souvenait de lui. Parler avec l'européenne lui faisait plaisir car ça lui donnait l'impression que quelqu'un s'intéressait à ce qu'il faisait sans être simplement poli. Si ça avait été le cas, la discussion aurait vite fini depuis le moment où le canadien l'aurait laissé aller chercher son livre. Cependant, il se trouvait bien égocentrique lorsqu'il avait ce genre de réflexion. Intérieurement, le grand blond trouvait qu'il ne pensait constamment qu'à ses petits besoins et au fait qu'on le reconnaisse, mais ceux qui le connaissaient savaient très bien que le grand américain faisait passer le besoin des autres avant le sien, cachant tout derrière son sourire angélique.

Mais bon, là n'était pas le principal sujet. Non. C'était celui de tisser des liens nouveaux avec un pays dont il n'avait jamais adressé la parole jusqu'à ce jour. Elle était élégante, gentille et bien éduqué. Ça lui était égale si elle faisait ça pour "s'accoquiner" avec d'autres pays pour de futures relations économiques ou simplement parce que la jeune fille avait envie d'établir un lien d'amitié avec le canadien. Mattie était en train de passer par dessus sa gêne petit à petit avec la conversation que la jeune blonde avait engagé de son propre gré. Il ne s'était même pas rendu compte que ses paroles sortaient de sa bouche fluidement rendu à ce point. C'était comme s'il connaissait Monaco depuis des années.

"Oh, ça doit être gracieux", il complimenta face à la remarque de la danse. "Je n'en sait pas beaucoup à propos du ballet par contre, désolé. Chez nous, disons que les danses sont...différent."

Pour ne pas dire paysanne, en terme "fancy". Il se gratta le derrière de tête, un peu gêné de ne pas pouvoir en dire plus sur la passion de Monaco alors qu'elle était très cultivé côté musique. Cependant, le moment malaisant fut vide écarté par la jeune fille qui commença à parler de son livre qu'elle tenait entre ses mains. Il lui souri avant de répondre de son ton doux habituel.

"Parfaire ses connaissances avant la pratique est primordiale pour éviter le plus d'erreur possible", lui répondit-il en feuilletant son propre livre. "Ça aide aussi à apprendre plus vite. Et d'après moi, qui n'apprend plus doit être mort."

Il releva la tête de son ouvrage, refermant la connaissance qui s'y retrouvait entre ses pages. Son regard améthyste croisa celui indigo qui reflétait les rayons du soleil qui avait réussit à se faufiler à travers les étagères remplis de livre. Son sourire s'agrandit et pendant un instant, ses lunettes donnait l'impression avec la lumière extérieur que ses yeux brillaient tel le joyaux ayant la même couleur que ceux-ci.

"En tout cas", dit-il. "Je suis bien content d'être venu m'instruire ici aujourd'hui."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Mar 15 Juil - 22:17

Dans l’Académie, Monaco avait une tonne de connaissances, mais dans tout ce tas, peu se plaçaient haut dans son estime. Ces personnes-là, même si elle ne l’avouait jamais, elle les chérissait plus que n’importe qui d’autre. France, par exemple, c’était le grand frère qu’elle n’avait jamais eu et qui, selon elle, aurait dû faire partie de sa famille. Même si elle montrait rarement son affection pour lui, au fond d’elle, elle l’aimait réellement. Et il y avait encore quelques personnes faisant partie de ce petit cercle de personnes qu’elle considérait comme cher, mais c’était un nombre infime. Tous les autres élèves de l’Académie n’étaient que des gens qu’elle croisait, avec qui elle discutait un peu, et puis c’était tout.

Mais quand Monaco, qui n’était pourtant pas du genre à faire le premier pas pour aller discuter et qui préférait qu’on l’aborde, décidait elle-même d’engager une conversation, ce n’était pas pour rien. Soit c’était parce que c’était nécessaire, soit c’était parce que la personne avec qui elle engageait la conversation l’intéressait. Et il était rare qu’une personne l’intéresse à ce point.

Car oui, Monaco s’intéressait de plus en plus à Canada.

Si elle avait été un garçon, physiquement, elle lui aurait beaucoup ressemblé. Mais caractériellement, il y avait une certaine différence : elle était audacieuse et sûre d’elle, lui semblait plus timide et maladroit. Cependant, plus ils parlaient, mieux le jeune homme semblait s’exprimer, ce qui plut à Monaco. Et malgré les différences de goûts aussi, elle ne pouvait s’empêcher d’apprécier de plus en plus la personnalité du canadien. Ou peut-être était-ce à cause de la touche française qui sommeillait en lui.

- Moi aussi, je suis bien contente d’être venue, avoua-t-elle avec un sourire. C’est très plaisant de discuter avec toi.

Et c’était sincère. D’un coup, l’idée d’intégrer Canada à ce petit cercle de personnes qu’elle appréciait beaucoup lui vint en tête…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Lun 21 Juil - 21:34

Son visage s'ensoleillait en la voyant sourire. C'était comme une Lady donnant sa bénédiction à un chevalier. Pas que Canada se considérait comme tel, c'était plus le genre de France de faire ça. Non, lui se voyait plus comme un paysan qui aurait reçu bonne grâce de cette charmante demoiselle qui aurait pu passer son chemin et éviter de parler avec la classe moyenne. Mais il était là, à converser passion et loisir avec l'européenne. Depuis le moment où Monaco avait entrepris de lui adresser la parole, le canadien l'avait déjà classé dans ses bonnes relations. Par contre, il ne voulait pas tout de suite la classer dans ses amis. Pas qu'il ne la trouvait pas digne d'être dans son cercle, juste qu'il n'avait pas envie de penser que c'était une relation à un sens.

Canada avait vite apprit par l'observation de son frère qu'être trop envahissant ou en s'auto-déclarant ami du monde, plusieurs répugnaient la première puissance mondiale. Biens des pays aimaient la présence du canadien, ou du moins ça ne leur dérangeaient pas qu'il restent à côté d'eux. En fait, bien des gens ne le remarquaient pas. Ça donnait l'impression à Canada que des gens l'appréciait, mais ne le considérait pas ami. Alors que c'était bien le contraire, le blondinet croyait dur comme du fer que ses amis pouvaient se compter sur une seule main.

Il regarda sa version féminine avec un petit sourire angélique digne des chérubins à son commentaire. Quant au deuxième, il rougit un peu. Comment lui répondre? La chose polie à faire serait de lui renvoyer le compliment vu que c'était vrai qu'il avait apprécier discuter avec elle. En même temps ça sonnait un peu comme si elle voulait terminer la conversation. La demoiselle avait surement mieux à faire.


"Ah oui? Eh bien, moi aussi j'ai bien aimé", lui répondit-il avec un peu d'hésitation, "Je ne veux surtout pas te retenir. J'ai déjà du empiéter beaucoup sur ton temps."

Ses doigts pianotèrent la couverture de son livre attendant sa réponse. C'était toujours la partie difficile. Si ce n'était pas ce qu'elle voulait, il allait sonner rude de vouloir se débarrasser d'elle. Il se frappa mentalement tout de suite après avoir dit cette phrase, espérant qu'elle ne le prenne pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   Jeu 24 Juil - 17:56

- Ah oui? Eh bien, moi aussi j'ai bien aimé. Je ne veux surtout pas te retenir. J'ai déjà du empiéter beaucoup sur ton temps.

Ce fut un tilt dans la tête de Monaco, et elle revint sur terre. Depuis combien de temps discutait-elle ? Aucune idée, mais la jeune fille se souvint de du travail à rendre l’attendait toujours et que le fait d’être allé chercher un livre et d’avoir discuté avec Canada venait déjà de lui voler plusieurs minutes. Alors non, ce n’était pas lui qui allait mettre fin à la conversation, mais plutôt elle.

- Ah… effectivement, je viens de me souvenir que je n’ai pas tout à fait fini de faire mon compte-rendu d’Economie, dit-elle en se mordant la lèvre.

Et comme l’Economie était la matière primordiale selon elle, Monaco s’en voulut un instant d’avoir préféré traîner à la bibliothèque pour chercher un livre sur la décoration d’intérieur que de s’être concentré sur son travail. Mais une réflexion lui vint en tête : si elle avait décidé de ne pas venir, aurait-elle pu faire plus ample connaissance avec le canadien ? Aurait-elle pu simplement lui parler un jour ? Les choix hasardeux pouvaient finalement amener à de bonnes choses, et la bonne chose d’aujourd’hui, c’était ce jeune homme avec qui elle s’entendait déjà bien.

- Mais ne t’en fait pas, ajouta-t-elle, tu ne m’as dérangé en rien. Je suis enchantée d’avoir pu faire ta connaissance. Je te souhaite bon courage pour ton apprentissage sur le violon.

Sur ce, après lui avoir fait un dernier signe, elle disparut du rayon où les deux futures nations avaient discuté, en espérant qu’elle le reverrait un jour.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On apprend seulement des maîtres [Monaco]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On apprend seulement des maîtres [Monaco]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On apprend seulement des maîtres [Monaco]
» de MENTON a MONACO
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Mon RP ( TRES court... )
» TRES BELLES IMAGES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: