AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La musique adoucit les mœurs | Vatican

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Lun 19 Mai - 17:54


Gud avait parfois un drôle de sens de l'humour, étrange voir même incompréhensible pour le commun des mortels, mais après tout rien n'arrive au hasard et le destin était tout tracé. Sans doute que tout ceci était une mise à l'épreuve, pire une confrontation pour découvrir sur une quelconque vérité, et à bien regarder il y aurait sans doute dû réfléchir à deux fois avant d'approuver la proposition. En temps normal ça ne l'aurait pas gêné, ou du moins pas autant, sauf que là il s'agissait quand même de Vatican.

Pour comprendre la situation il fallait remonter quels jours plus tôt à une réunion rapide du club de musique qui voulait faire une association avec celui de chant, rien d'étonnant étant donné que les deux se complétaient à merveille, pour ceux qui le souhaitaient histoire d'avoir l'occasion de parler avec des personnes qu'ils n'avaient pas l'habitude de côtoyer. Et comme aller vers les autres n'était pas le grand fort de Féroé il s'était dit que ça serait une bonne idée, il fallait qu'il fasse des efforts dans ce domaine malgré sa timidité, et le destin avait fait qu'il se trouvait maintenant associer au Saint-Siège.

C'était une catastrophe sans nom. Pas que le plus âgé était méchant, qu'il lui avait déjà dit un mot de travers ou quoique ce soit d'autre, juste que ça ne pouvait pas plus mal tomber. Pourtant ils avaient de nombreux points communs qui feraient qu'ils pouvaient s'entendre avec tout d'abord la musique, la littérature, l'histoire, et surtout un attrait certain pour la religion. Ce dernier élément tellement crucial dans leur vie qui était aussi celui du clivage, Catholiques et Protestants n'étaient pas fait pour faire ami-ami et les siècles de combat pour la vraie Foi l'avaient prouvé, et malheureusement l'amitié tendait vers l'impossible. Dommage. La plupart des personnes ne comprenaient même pas qu'on puisse encore débattre religion dans la société actuelle, mais ils fonctionnaient ainsi.

Du coup il se retrouvait en salle de musique avec une certaine angoisse, tentant de trouver une musique qui pourrait convenir à tous deux, tout en testant quelques accords sur sa guitare acoustique. Au moins ça avait le don de le calmer un peu avant l'arrivée de l'Inquisition, si c'est comme ça que Freyr le voyait parfois, parce que la musique comptait beaucoup pour lui. Rien d'étonnant pour la nation de la musique, entre les nombreux artistes que l'archipel possédait et les festivals il y avait de quoi faire, et il pouvait passer la journée entière à se pencher dessus.

Eivør était la muse suprême des Féroé, chantant aussi bien en Féroïen qu'en Anglais, le Nordique appréciait peut-être encore plus Heiðrik. Ce dernier conciliait si bien tradition et modernité, les chansons des anciens et les goûts des nouvelles générations, et il tendait de son côté vers cet équilibre musical en tout cas. Ni une ni deux il commença à jouer l'une de ses chansons et allant jusqu'à chanter l'air, s'il n'avait pas été aussi timide il aurait sans soucis été au club de chant, oubliant totalement qu'il attendait quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Mer 28 Mai - 22:10

Vatican étant arrivé depuis peu de temps au sein de la chorale de l'établissement, dirigée par le balte à la voix "révolutionnaire", et quand il avait entendu parler de ce projet d'association entre celle-ci et le club de musique, l'italien avait décidé d'y participer. Après tout, le meilleur moyen de s'intégrer au groupe était peut-être encore de prendre part à ce genre d'échanges. En effet, le représentant du Saint-Siège étant plutôt de nature discrète et par conséquent, cela ne pouvait guère lui faire de mal que de fréquenter les gens des autres clubs. D'ailleurs, peut-être pourra-il faire quelques rencontres intéressantes ? Enfin, au fond, il trouvait que ce projet était une bonne idée. Vraiment une bonne idée surtout quand on sait que dans l'esprit du latin, chant et instrument de musique son indissociable.

Oui, il aimait la musique. Vraiment. C'était selon lui, le moyen de communication universelle par excellence. Elle permettait à tous les esprits de s'exprimer sans retenue et de la plus belle manière qu'il soit. Et cela le fascinait depuis toujours. Déjà jeune, ses parents avaient eu la bonne idée de l'inscrire à des cours de piano. Puis vint un peu plus tard le temps où il fût enfant de chœur. Temps qui coïncidé avec le moment où il débuta parallèlement la danse. Enfin, son père, organiste dans le diocèse de Rome, l'avait initié à l'instrument Roi dans les églises. Enfin, ce n'est que bien plus tard, après son entrée à l'Académie, qu'il commença à étudier la guitare. En quelques mois, sa vie avait toujours été rythmée par la musique. Parfois douce ou plus dure à l'oreille, d'une douce familiarité ou d'un profond exotisme et, ma foi, joyeuse ou triste en bien des circonstances mais toujours fidèle et présente. Fidèle et présente comme Lui. Car après tout, si la musique c'est le chemin de la vie et que ce sentier c'est celui de Dieu alors quoi de plus normal pour l'un de ses enfants d'aimer cela ?

N'empêche que cette fois, amour de la musique depuis l'enfance ou pas, c'était différent. Foncièrement différent même ! Pour être honnête, il avait pensé à demander "C'est une mauvaise plaisanterie, n'est-ce pas ?" mais l'estonien lui avait annoncé qu'il allait travailler avec Féroé d'une manière tellement naturelle, il y a quelque jours, que cela ne laissait aucune place au doute. De plus, il n'avait aucune raison de monter une telle blague et cela malgré la légère méfiance existant entre l'italien et le balte.

Pas qui ne pouvait pas l'apprécier, oh non, loin de là. Le jeune nordique était un garçon gentil , bien aimable et même respectable. Il ira même plus loin en disant qu'il est aussi serviable que généreux aussi et même intéressant dans la conversation. Réellement, un jeune homme très recommandable bien qu'un brin timide mais au fond, qu'importe ? D'ailleurs, Alessandro partageait avec lui bon nombre de points communs intellectuels. On pouvait donc dire que, Féroé c'était un peu, pour ne pas dire énormément, le très bon ami du mauvais côté d'un mur mental aussi solide qu'infranchissable pour l'italien. Le frère spirituel raté de peu, en d'autres mots, pour des raisons qui échappaient d'ailleurs à la majeure partie des gens de l'établissement mais pas aux trop rares croyants de l'établissement.

Il ferma les yeux, se calant contre le mur, son léger sourire conciliant toujours sur les lèvres, comme à son habitude sans que rien ne puisse trahir la vague d'émotion à laquelle son esprit était en train de succomber avec délice. Quelle belle voix, on dirait presque un ange du Seigneur. D'ailleurs, quand le "serviteur céleste" en question eu finit son morceau, la voix douce de l'italien s'éleva.

- Bravissimo, tu as une belle voix, Féroé.


Dernière édition par Vatican / Alessandro F. le Sam 19 Juil - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Dim 1 Juin - 8:39

Chanter une chanson qui parle de jalousie envers une autre personne n'était sans doute pas des plus idéales, la jalousie c'était l'envie et donc par définition un péché capital, d'autant plus lorsqu'on attend le représentant du Saint-Siège. Ils en avaient brûlé pour moins que ça les gaillards,  heureusement que cette période de chasse aux sorcières et de bûcher était révolue, une sombre époque d'intolérance quand même il fallait bien avouer ce que c'était. Pourtant malgré tout Vatican en tant qu'individu, et non pas nation représentée ce qui était vraiment différent, était quand même sympathique. Oui il faut toujours dire la vérité, en toutes circonstances.

Féroé termina les dernières notes, il avait retrouvé le sourire aux lèvres, la musique avait un pouvoir surprenant. D'un claquement de doigt un morceau peut nous émouvoir, nous redonner de l'énergie ou au contraire nous abattre, les sentiments qu'il véhiculait sont tous différents et c'est bien ça ce qui est magique. C'est un fait observé, lorsqu'on n'est pas bien on écoute des musiques aux sonorités tristes, quand on veut être au calme on se penche surtout sur du classique, et lui-même ne dérogeait pas à la règle. La preuve étant qu'il était prêt à enchaîner sur un autre morceau, tout du moins c'était son attention première jusqu'à ce qu'il entente la voix du plus âgé.

Oh. Il ne s'attendait pas vraiment à un compliment ou autres, pas non plus à quelque chose de négatif il ne faut pas exagérer, juste qu'il ne pensait pas qu'on l'écoutait. Ça avait le don de le mettre mal à l'aise, ou plutôt de le gêner pour être plus exacte, c'était dans sa nature timide. Peut-être qu'il aurait mieux valu changer en Féringien, non enfin peut-être que si, pas vraiment le bon moment pour se poser la question. Pas du tout le bon non. Il devait faire un effort, en commençant par un petit sourire sincère, il n'était pas un rustre quand même et on lui a toujours dit d'être poli.

« C'est très gentil de votre part hm... Vous restez quand même celui qui est à la chorale. »

C'était plus fort que Freyr, il n'y avait qu'avec Alessandro ou avec les personnes avec qui il ne se sent pas particulièrement à l'aise -ici cumul des deux-, il ne pouvait en aucun cas le tutoyer. D'entrée de jeu ça mettait une sacrée barrière il fallait bien l'avouer, mais c'était plus fort que lui il n'y pouvait rien, il ne voulait être en rien blessant envers lui et c'était plus dans une lignée de respect sans doute. Après tout l'italien avait beau être Catholique avant toute chose, enfer et damnation bouh, il n'en restait pas moins un croyant et un Chrétien. Dans ce monde où la religion tend à se dissoudre c'était honorable de continuer le combat, peut-être étaient-ils dans les derniers bastions de la foi, alors non aucune raison de lui jeter la première pierre bien au contraire.

Le tout en espérant que son subtil compliment passe bien. Comme quoi tout arrive. Mais il est vrai que Vatican avait quand même une belle voix, sinon il ne pense pas que la chorale l'aurait accepté sans doute, et lui en tant que musicien il appréciait. Pas non plus qu'il allait devenir un super ami grâce au pouvoir de la musique, ou peut-être que si ça on ne jamais, mais au moins c'était une sorte de traite entre les deux confessions. Un peu une Paix de Dieu mais musicale. Il y avait de la tolérance entre les deux de toute manière, ça on ne pouvait nullement le nier, et c'était déjà un bon point.

« Avez-vous déjà pensé à... quel titre ou même genre on pourrait s'exercer ? »


Déjà quand tant normal Féroé avait beaucoup de mal à se décider, mais là la tâche était des plus épineuses, ne voulant prendre aucun risque. Il lui semblait évidement qu'ils éviteraient celles en rapport avec le religieux, pourtant il y en avait des sublimes, juste histoire d'éviter d'en choquer un des deux. Ils étaient là pour faire connaissance en quelque sorte, non pas déclencher une nouvelle guerre de religion ou de doctrine, bien que de son côté il restât encore tendu. Autant d'abord voir le répertoire du plus vieux, histoire de voir sur quel fil marcher par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Lun 9 Juin - 21:09

Vatican connaissait la nature timide et réservée du nordique et il comprit rapidement que ça devait le gêner un peu d'avoir été écouté de la sorte mais rester à la porte, tel un espion, et rentrer quelques instants plus tard l'air de rien n'aurait pas forcément était bien vu par la seule "personne" voyant l'italien en toute circonstance : Dieu. Aussi, il faut bien l'avouer, l'écho dans le couloir et la porte à moitié fermée aurait étouffé la voix de l'autre et par conséquent gâché la prestation à l'oreille musicale du latin.

- C'est très gentil de votre part hm... Vous restez quand même celui qui est à la chorale.

- Il est vrai mais je suis persuadé que tu aurais ta place aussi.

Le représentant du Saint-Siège étira un sourire léger en réponse à celui de son interlocuteur. Léger mais sincère et voilà bien l'essentiel en toute circonstance. Aussi, il nota que l'autre tentait d'être agréable avec lui alors autant en faire autant pour détendre l'atmosphère au plus vite et ainsi travailler dans de bonnes conditions et pourquoi pas même avec plaisir, finalement ? Au fond, il comprenait le fait que Féroé le vouvoyait mais cela ne le dérangeait pas plus que cela en ce moment. Lui, préfère le tutoyer non pas parce qu'il est plus jeune ou par manque de respect, non, Alessandro n'oserait pas se montrer puéril de cette manière. Simplement, il trouvait que le tutoiement rapproche un peu les gens, surtout entre jeunes et bien que cela ne soit qu'un espoir, il gardait dans la tête la pensée que peut-être un jour l'autre en ferait autant. Mais ce n'est pas la question.

- Avez-vous déjà pensé à... quel titre ou même genre on pourrait s'exercer ?

- Eh bien, je suis assez ouvert, comme tu le sais déjà. Je n'ai pas encore vraiment d'idée précise pour tout t'avouer mais je suis persuadé que nous allons trouver quelque chose qui nous conviendra à tous les deux.

Oui, Vatican avait l'esprit très ouvert lorsqu'il s'agissait de musique et peu de choses lui déplaisait dans le domaine. Du classique au jazz en passant par tous les sous-genres du rock, on pouvait voyager loin avec lui, très loin. Surtout si on commençait à aborder la musique folklorique et médiévale qu'il affectionnait particulièrement depuis toujours. Justement, pourquoi ne pas proposer de se pencher sur ces genres ? Féroé lui avait dit qu'il appréciait aussi à un moment et ce dernier apprenait d'ailleurs à jouer d'instruments de musique médiévaux assez peu commun de nos jours. Oui, vraiment, pourquoi pas ? Ce sont des musiques dynamiques, toujours emprunt de spiritualité sans forcément être religieuses, ce qui évitera les incidents, et très souvent, il faut bien l'avouer, aussi magnifiques qu'elles sont chargées d'histoire.

- Que penses-tu de la musique médiévale ? Pourquoi ne pas chercher de ce côté, si ?

Alors qu'il posait ses questions, Alessandro se déplaça du pan de mur près de la porte jusqu'à une chaise qu'il posa prêt de l'insulaire pour s'asseoir non loin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Dim 15 Juin - 15:48

Féroé écouta dans un silence religieux, sans mauvais jeu de mots de sa part pour le coup, ce que le Saint-Siège avait à lui proposer. Déjà qu'il était toujours aussi mal à l'aise par le compliment, qui à la base est quand même censé être une bonne chose, mais il n'allait pas lui en tenir rigueur pour l'avoir espionné de la sorte. Non. Pas besoin de rajouter une futilité de plus à la liste, il y avait déjà assez de choses dessus sans avoir à rajouter quelque chose d'autre, d'ailleurs si à la fin de cette expérience elle pouvait diminuer ça n'en serait que meilleur.

Il était prêt à faire quelques concessions après tout, même sur le genre de musique, il fallait faire des efforts et ceci devait passer autant du côté de Vatican que du sien. De toute façon il ne savait pas choisir, il n'y avait qu'à voir le temps qu'il pouvait passer à se décider ce qu'il allait manger le midi et autant dire que c'était une vraie galère, alors autant que le plus âgé donne des idées et pourquoi pas propose une chanson qui enterra la croix de guerre entre eux deux. Pas de violence cependant, pas du tout leurs genres, juste qu'il devait bien avouer qu'il était curieux d'en connaître sans doute plus sur le catholique.

La musique médiévale ? Oh c'était l'une des meilleures propositions qu'on pouvait lui faire, la tradition était quelque chose de si important à perpétuer, et presque un peu triste en même temps de voir que le seul élève capable de lui proposer ça soit aussi un très cher ami manqué. C'était tellement dommage, il le ressentait sincèrement ainsi, mais si la musique permettait de mettre ce différent de côté alors peut-être qu'il demanderait plus de séance avec Alessandro. Peut-être.

« Je serais ravi en fait hm... Je n'ai que rarement l'occasion d'en jouer. »

Freyr lui souriait un peu, toujours aussi timidement certes mais le cœur y était vraiment à ne pas en douter, il n'avait pas à angoisser autant après tout ils ne faisaient que discuter de musique. La preuve était qu'il ne bougea même pas quand l’aîné approcha, il y avait du progrès, et en temps normal il aurait tout fait pour s'écarter quelque peu comme s'il avait peur d'attraper la peste ou quelque chose dans la même lignée. Après tout ils n'en restaient pas moins chrétiens, de confessions différentes c'est un fait mais quand même, autant essayer de se focaliser sur les similitudes que les contraires.

Le tout était maintenant de se décider pour laquelle, il y en avait tellement de différents types, et surtout savoir avec quel instrument la mélodie serait donner tout en trouvant une avec chant. Une profane serait parfait, mais pas paillarde et vulgaire il allait éviter, et avec un instrument à cordes. Il garda la guitare pour l'instant, pour le psalterion on verrait plus tard quand il maîtriserait sans doute bien mieux, partant du principe que si l'Inquisition avait le même niveau de connaissance que lui alors il reconnaîtrait la chanson. Se mettant correctement face à lui, toujours avec le même petit sourire, commençant à jouer les notes sans que cette autre présence le dérange plus que ça.

Oui vraiment. La musique était le plus doux des remèdes, le langage univers, et il en attendait beaucoup de cette réunion. Peut-être un peu trop, toujours quand un sujet le passionnait, espérant seulement que tout soit à la hauteur de ses espoirs sinon la chute ferait quelque peu mal. Alors que les premières notes se faisaient il regardait Vatican, même pas le regard fuyant pour une fois, l'Italien pouvait enchaîner quand il le souhaitait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Lun 23 Juin - 0:07

- Je serais ravi en fait hm... Je n'ai que rarement l'occasion d'en jouer.

L'italien avait visé juste en pensant que ce genre de musique pourrait plaire au jeune nordique. Après tout, lui aussi était passionné d'Histoire au moins autant que le représentant du Saint-Siège. Ce dernier appuya un peu plus son sourire en réponse à celui de Féroé. Un sourire teinté de bonnes volontés dont l'objectif premier était d'encourager l'autre à poursuivre dans cette voie : celle des signes montrant une réelle amélioration des relations entre les deux garçons. Au passage, Vatican remarqua dans la foulé que Féroé ne bougea pas quand il vint s'asseoir près de lui. Un effort supplémentaire de la part du plus jeune fort apprécié par le brun.

De toute manière, ils étaient maintenant ensemble avec pour tâche de composer et travailler en équipe alors autant que chacun s'emploie à faire des efforts vers la conciliante pour que les choses se déroulent au mieux. De toute évidence, il fallait bien avouer que ce n'était pas aussi complexe qu'aurait pu le penser Vatican au départ : les points communs rapprochant les deux présents avaient naturellement plus tendance à apparaitre que les divergences. Les deux européens avaient les mêmes centres d'intérêts et une foi plus ou moins semblable, quoiqu'on puisse en dire.

Puis doucement, le guitariste se mit à jouer les premières notes d'une ancienne musique. Alessandro la connaissait bien et pour tout dire, il l'aimait beaucoup et avait même déjà eu l'occasion de l'étudier un peu. Une nouvelle fois, le Seigneur faisait bien les choses mais il félicitait aussi et surtout intérieurement le blond d'avoir d'aussi bons classiques en la matière. Le romain se concentra un peu plus pour prendre le tempo de la mélodie, bâtant le rythme de son pied droit alors que ses yeux se fermèrent quelques instants.

Puis, il finit par les ouvrirent de nouveaux, posant son regard émeraude sur les orbes bleus du protestant. Un regard sans aucune méfiance ni animosité. En vérité, c'était même plutôt un regard honnête et doux de la part du sudiste. Son sourire du début s'agrandit un peu plus alors qu'une atmosphère médiévale semblait commencer à se répandre dans la pièce, propulsant les deux dans les temps anciens. Oui, la musique avait le pouvoir de faire voyager et c'était encore un atout extraordinaire. Finalement, après un rapide échauffement de sa voix et quelques vocalismes, le représentant de la cité sainte débuta lentement le chant d'une voix posée et assurée rendue presque chaleureuse par son accent italien habituel.

- Can l'erba fresch' e·lh folha par e la flors boton' el verian. E-l rosinhols avtet e clar ...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Mar 1 Juil - 19:31

La musique s'élevait doucement dans l'air et rien qu'à cet instant le Nordique avait l'impression d'avoir pris la machine du HARP, direction une fête du moyenne âge haute en couleur et respirant la joie, bien qu'il fallût quand même sans doute être un connaisseur pour reconnaître l'air. Ce que l'Italien était, il n'avait aucun doute permis à ce sujet, il n'y avait qu'à voir comment il suivait le rythme avec le pied. La curiosité est un vilain défaut, elle peut conduire à de mauvaises choses, il le savait bien pourtant voir le Saint-Siège se préparer à pousser la chansonnette.

Chaque chanteur avait une façon différente pour se mettre en condition, allant de la diva à celui qui chante que sous la douche, pourtant il y avait souvent un point commun à observer. La façon de fermer les yeux, comme pour se mettre en connexion plus forte avec les émotions que l'on veut transcrire, et Féroé ne pouvait s'empêcher d'avoir un petit sourire en voyant que Vatican n'échappait nullement à la règle. Pas pour se moquer, il ne se permettrait jamais, juste que ceci avait un côté quelque peu rassurant de voir que son homologue pouvait être aussi simple et basique. Humain avant tout, dans un certain sens, et non pas le représentant d'une nation. Ça enlevait un poids.

Et quelle voix ! Franchement il comprenait encore plus pourquoi Alessandro était à la chorale, pas vraiment qu'il avait un doute avant puisqu'il avait déjà eu l'occasion de l'entendre, il ne pouvait que le complimenter à ce sujet-là. Et quiconque passait devant la salle dorénavant ne pouvait que se demander où il avait atterri, un remake des Visiteurs peut-être, car il n'y avait qu'avec les paroles que cette musique prenait du sens à ses yeux. Ils avaient pris les couloirs du temps, sans potion ou formule magique, et ce n'était pas pour lui déplaire loin de là.

Le plus jeune était aussi heureux que triste, vive la contradiction, dans cette situation. Autant il appréciait ce moment, la musique et le chant, autant il culpabilisait presque que ça soit avec le plus vieux. Il avait beau se concentrer sur les cordes et la voix mélodieuse, enchaînant d'instinct sur une autre musique dans la même lignée, mais il avait toujours quelque chose dans la tête qui lui disait d'essayer de ne pas trop s'accrocher et faire confiance à l'Inquisition. Ça lui fit perdre son sourire, préférant revenir fixer ses cordes pour éviter à regarder directement son interlocuteur, car dans le fond il avait vraiment très envie de partager plus avec lui.

« J'ai vraiment apprécié... Cependant je crois qu'il serait plus sage d'en terminer là pour aujourd'hui hm... »

Finissant les dernières notes du morceau il lança un timide regard à la petite grenouille de bénitier, bon pas si petite que ça non plus, décidément il ne pouvait pas soutenir son regard vraiment. À croire que quoiqu'il se passe il serait toujours mal à l'aise, ou tout du moins si ce n'était pas le cas ça ne durait que peu de temps, c'était désespérant quand même. Retenant difficilement un soupire il lui adressa quand même à nouveau un sourire, quelque peu forcé et désolé, essayant que pour une première séance c'était pas mal n'est-ce pas ?

Se relevant doucement le Féringien s'écarta de l'Italien pour reposer où il avait pris la guitare du club, pas vraiment eu envie de trimbaler la sienne à travers toute l'école, prêt à partir de la salle de musique un peu comme un voleur, tout du moins en sensation et non en réalité. Il avait fait un effort monstre mais il ne fallait pas pousser trop loin, c'était déjà un miracle qu'il était venu, et dans le fond il était prêt à en faire d'autres.

« La prochaine tu... Vous choisirez la chanson. »

Oh il avait dit ça d'un ton encourageant, histoire d'avoir une parité dans l'histoire, le tout en manquer presque le vouvoyer. Autant dire la catastrophe dans sa tête, ça avait été involontaire ce tutoiement, accélérant encore plus le pas pour sortir. La prochaine fois il resterait plus longtemps, si si promis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   Dim 13 Juil - 0:02

On pouvait dire sans exagération que ce fût un moment autant unique qu'indescriptible. Ce genre de moments semblant tellement beau et riche qu'on aimerait pouvoir figer le temps pour en profiter éternellement. Oui, on était loin du catholique et du protestant en train de se regarder en chiens de faïence à longueur de temps dans la salle communautaire à se demander s'il fallait mieux laisser l'autre dans son coin ou tenter une approche aussi maladroite que périlleuse. Ici, et certainement pour la première fois de cette manière, il y avait une vraie communication entre les deux pour ne pas dire une communion "spirituelle".

Vatican avait l'habitude de le dire : la musique est comme une langue compréhensible par tous et capable de toucher profondément le cœur même le plus solide et pour l'italien, cela n'avait jamais été aussi vrai qu'à cet instant. Honnêtement, il était heureux. Heureux de chanter cette ancienne chanson et d'entendre le nordique faire sonner les accords de sa guitare d'une si belle manière. Plus simplement, enchanté de pouvoir passer ce moment emprunt d'une atmosphère médiévale presque nostalgique avec Féroé.

Mais était-ce bien raisonnable ? Aux yeux du Saint-Siège, il fallait bien avouer que la religion n'était plus forcément une barrière infranchissable pour ainsi pouvoir s'ouvrir à l'autre croyant. Néanmoins, n'y avait-il pas des limites comme pour toutes les choses de ce monde ? Ne fallait-il pas instaurer des règles pour éliminer toutes les possibilités de nuire et d'offenser le Divin ? Ainsi, le brun ne savait trop quoi penser sur le coup et c'est une situation suffisamment rare pour le mentionner. Une nouvelle fois, l'idée du "meilleur ami du mauvais côté de la muraille" refit surface dans son esprit et s'il n'avait pas été accompagné et en train de fredonner, l'italien aurait certainement soupiré rien que d'y songer.

Mais là, il n'en fera rien, pas seulement parce qu'il ne le peut pas comme précédemment dit mais surtout parce que Vatican préférant simplement profiter de l'instant présent, le vivre véritablement comme la plupart des gens ne prennent malheureusement pas le temps de le faire. Il réfléchira plus tard à tout ça. Le catholique avait le temps, il avait toujours le temps pour ce qui avait de l'importance à ses yeux. Et puis au fond, adviendra ce qui doit advenir, à quoi bon se tracasser l'esprit à envisager toutes les possibilités ? Ce qui doit arriver arrivera d'une manière ou d'une autre car dans la vie, point de hasard, que des rendez-vous, n'est-ce pas ce qu'on dit ?

- J'ai vraiment apprécié ... Cependant je crois qu'il serait plus sage d'en terminer là pour aujourd'hui hm ...

Les paroles du blond fîrent revenir l'italien quelque peu à la réalité du bas-monde. Ouvrant les yeux lentement, la "petite grenouille de bénitier" remarqua que le scandinave lui souriait. En l'échange, il étira lui-même ses lèvres, peut-être par automatisme mais c'était sincèrement réalisé. Pas question de mentir sur ce qu'il ressentait car le mensonge est un péché grave. Il avait passé un bon moment avec Féroé et comptait lui montrer. Cependant, Alessandro remarqua une pointe de désolation dans son sourire, comme si l'autre cherchait d'une manière indirecte à s'excuser de quelque chose. Son intention dans terminer un peu plus vite que prévu avec l'exercice ? Sûrement, commençant à connaître l'individu en question.

Oui, pour une première fois, ce n'était vraiment pas mal.

- Si, nous devrions peut-être arrêter pour cette fois.

Le brun se leva à son tour comme pour montrer son accord définitif avec le plus jeune sur la question de l'arrêt de la séance pour aujourd'hui.

- La prochaine tu ... Vous choisirez la chanson.

- Très bien, à plus tard Féroé.

Vatican suivit de son regard émeraude le nordique puis l'instant d'après, ce dernier disparu dans le couloir. On entendit encore quelques instants ses pas résonner puis plus rien. Le silence total. Il fallut néanmoins un peu plus de temps au Saint-Siège pour comprendre ce qui avait poussé le protestant à quitter encore plus vite la pièce : ce dernier avait manqué de le tutoyer. Cela fît sourire le sudiste. En vérité, plus qu'une simple relation cordiale semblait envisageable dorénavant. Affaire à suivre dans tous les cas.

Finalement, immergeant de son propre esprit, l'italien remarqua rapidement qu'il était resté ici, au milieu de la pièce, figé comme une statue antique à regarder vers la porte un point fixe inexistant. Reprenant le tabouret, il le remit à sa place initiale d'un geste pressé avant de sortir à son tour de la salle de musique, fermant doucement la porte derrière lui.


Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique adoucit les mœurs | Vatican   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique adoucit les mœurs | Vatican
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB 1625] La musique adoucit les moeurs... il parait.
» La musique adoucit les moeurs
» [FB 1617] La musique adoucit les moeurs, dit-on. {Sören}
» La musique adoucit les maux... [Dark Boursouf]
» halina △ la musique adoucit les mœurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 2-
Sauter vers: