AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le journal de bord du plus grand des Capitaines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Jeu 5 Juin - 18:03

Le monstre nommé "Géant"


5 Juin : 3h04 am

Bonjour journal magique, je suis le Capitaine Sealand ! J'suis un grand pirate qui vogue sur les mers, et quelqu'un t'as légué à mes soins. Faut que je te donne un nom, parce que "Journal Magique" c'est long. Tu comprends ? J'vais t'appeler Gouvernail. Ouais et moi c'est Peter premier du nom. C'est comme ça qu'on m'appelle, même si j'aimerais qu'on m'appelle "Capitaine Sealand" ou juste "Capitaine".

Faut que j'te raconte, parce que je ne t'ai pas trouvé par hasard. C'est un magnifique ange qui est venu me voir lors d'une nuit où l'équipage dormait. Ouais, un ange ! Je te cache pas que je n'ai pas vu son visage tellement il y avait de lumière, mais je me souviens avoir vu cette auréole de lumière au dessus de la silhouette de sa tête. Et puis elle avait deux grandes ailes blanches. Elle étaient immenses et majestueuses. J'me souviens que y'avaient des plumes qui en tombaient et l'une d'elle a effleuré ma joue. C'était tout doux ! L'ange m'a dit que tu pouvais vaincre les monstres, alors je t'ai adopté. Je compte sur toi, Gourvernail !

Ce soir, je vais te parler du monstre le plus tenace que je n'ai jamais vu. Un monstre immense, tellement grand que les nuages cachent sa tête. C'est vraiment effrayant. Je ne peux pas t'en dire plus, à part sur ses jambes, qui sont très poilues. C'est la seule chose que j'vois. Par contre, j'entends. Il ne fait pas des grognements, il fait bien pire. Il parle de sa voix grave et rauque qui fait écho. "Je ne suis pas grand, c'est toi qui est trop petit." Je suis pas petit ! Enfin si... un peu. Les autres de mon âge sont tous plus grands. Même les filles le sont, c'est vraiment trop humiliant.

"Tu ne grandiras jamais." Il le rajoute à chaque fois, c'est le moment qu'il préfère. Il l'accompagne toujours d'un rire machiavélique qui prouve que ce que j'avance est vrai. Il est sadique et aime me rabaisser. Il dit beaucoup d'autres choses à propos de ma taille. Il dit que je ne connaîtrai jamais les attractions interdites à ceux qui mesurent moins d'1m40, il rajoute que lever les bras ne compte pas. Lorsque je lui demande d'arrêter, il me réponds : "Quand tu seras grand." Je me sens si petit, si inutile, je veux pas que ça continue comme ça.

Je veux grandir. J'veux pouvoir faire tout, tout seul, comme un grand. J'pourrais enfin montrer à tout le monde que j'suis pas qu'un petit blond qu'on doit toujours surveiller parce qu'on l'a dans les pattes. Quand j'serais grand, j'aiderais les plus petits, parce que c'est important. Voir tous les plus grands faire tout ce qui est possible juste pour moi, ça me fait grandement plaisir. Mais en même temps, ça me fait mal. J'peux rien faire en retour, c'est pas juste, j'aimerais vraiment les remercier avec des faits plutôt qu'avec des mots. Ouais parce que moi, j'suis un homme d'action !

C'est ainsi donc que j'emprisonne ce monstre, Gouvernail ! J'reviendrais te voir lorsque j'aurais besoin de ton aide !
David a vaincu Goliath.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Jeu 12 Juin - 17:03

Le monstre nommé "Solitude"


12 Juin : 7h22 am

Bonjour Gouvernail ! Je viens te voir un peu tard, parce que j'ai reçu de l'aide aujourd'hui ! Je te raconterai plus tard, d'abord, je voulais te dire que tout va bien.

Aujourd'hui, j'ai du affronter un autre vilain monstre. Ouais ! A cause du tempête, je me suis retrouvé projeté hors de mon bateau. Mon équipage a largué une petite barque, et j'ai réussi à m'y accrocher. J'ai ensuite dérivé au fil des vagues. C'était dur... Je ne savais pas comment si mon navire s'en était sorti ou pas. J'ai juste là, à ramer sans savoir où j'allais. Enfin si je savais, notre bonne étoile nous montre toujours le chemin. C'est pour ça que je l'ai suivie. J'avais mal aux bras, mais je devais continuer. J'étais seul face à la mer. Mais comme si c'était pas suffisant, voilà qu'un de ces monstres fait son apparition.

Il ressemblait à un Nessie. Tu sais le sorte de truc avec un long cou et des nageoires. Il m'a fait très peur pour le coup. Ses mouvements déplaçaient de grandes vagues d'eau, ma barque était en train de tanguer et de se faire emporter. J'ai dégainé mon épée et je l'ai pointée vers lui. J'étais prêt à me battre s'il le fallait. Cependant, je n'étais pas de taille. D'un simple coup de nageoire, il brisa la barque. J'ai eu le temps de plonger pour éviter le coup, mais je sentais que la fin allait arriver.

J'avais beau me dire que le Capitaine s'en sortait toujours, là, c'était compliqué. Je nage jusqu'à lui tant bien que mal, j'essaye d'agiter mon épée vers lui mais je n'arrive pas à le toucher. Il pousse un long cri qui résonne encore dans ma tête et m'assomme d'un coup de nageoire. Je me souviens, j'étais en train de voguer au gré des vagues, accroché à un débris de ma barque. Je n'avais plus de force et j'avais froid. Mes yeux se sont fermés tout seul.

Lorsque j'ouvris les yeux, j'étais au chaud. Dans un lit. Dans mon lit. Celui dans ma cabine de mon navire. Ils étaient tous là. Raivis avait pris la barre. Freyr était là aussi, à mon chevet. Il changeait le tissu qu'il y avait sur mon front. Je m'en voulais. Je leur ai causé du soucis. Encore. Je me redresse doucement même si Freyr m'avait dit que je devais pas. Le Capitaine était dans un sale état, mais l'équipage était là pour lui et ça, ça m'a fait chaud au coeur.

Eva est venue me voir, elle avait eu peur. Elle a cru que je m'étais fait attraper par l'ennemi. J'ai réussi à la consoler un peu. Je pensais pas qu'elle m'appréciait au début, mais les actes sont différents des dires. Je suis heureux. Si le Capitaine s'en sort toujours, c'est bien grâce à ses amis. Et tant qu'ils seront là, je les guiderai vers une Terre où il pourront être heureux. Sans aucun doute.
L'âme des pirates, jamais ne mourra.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Jeu 19 Juin - 3:29

Le monstre nommé "Imprévu"


19 Juin : 5h41 am

Salut Gouvernail. T'as beau me montrer le cap, le vent change tout le temps. Les voiles de mon bateau font du surplace, j'ai l'impression de pas avancer du tout. Je pensais que j'avais enfin pris un bon rythme de croisière, mais je me suis mis le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Si seulement la mer était plus calme et que le vent soufflerait dans le bon sens, tout serait plus simple.

J'ai appris qu'Eva avait disparu du bateau, un membre de l'équipage me dit qu'il l'a aperçue sauter du bâtiment mais il avait un doute sur le coup. C'est qu'avec le brouillard, il ne savait pas s'il avait rêvé ou pas, mais maintenant, il en était sûr. Il fallait la retrouver coûte que coûte. Je serais prêt à remuer ciel et mer pour la retrouver. On laisse pas tomber un membre de l'équipage. Et encore moins elle. C'est la seule qui est comme ça, comment j'vais faire pour en trouver une autre ? Il n'y a qu'elle pour comprendre ce que je ressens. Il n'y a qu'elle qui endure la même chose que moi, pourquoi elle s'en va ?

Et puis comme si ça ne suffisait pas, voilà un kraken. Fallait se défendre, on avait quelqu'un a sauver. J'ordonne de charger les canons et de viser pour faire péter les tentacules. C'est gluant ce machin, et énorme. Il essaye d'attirer le navire vers le fond. Je lance le signal, tous les canons font feu au même moment et le kraken souffre. Il avait mal, très mal, mais si on l'entendait, ça voulait dire que c'était le cadet de nos soucis. Il est temps de profiter du maximum d'accélération qu'on pouvait avoir. C'était la panique sur le navire, je devais me concentrer sur la survie de mon équipage.

Le kraken va nous rattraper, c'est sûr. Il me fallait une solution, vite. Je sais. Le Nessie ! Cap vers lui, il fallait le retrouver. Deux problèmes à la place d'un, c'est de la folie. A ce moment-là, j'étais persuadé que le Nessie servirait d'appât. Et qu'une fois attaqué par le kraken, il se vengerait contre lui pour l'avoir attaqué. A la place, une tempête se préparait. La plus grosse tempête que j'ai jamais vu. C'était inquiétant. Le kraken était revenu, on l'a tous entendu pousser son cri de colère. C'était bien trop effrayant pour ne pas l'entendre. L'équipage s'agite, il fallait faire bouger ce rafiot.

On avait pas le choix, la tempête était plus forte que tout et nous entraîna. Ce que c'était effrayant, j'ai fermé les yeux, je n'ai pensé à plus rien, j'ai cru que c'était la fin. Cependant, lorsque je rouvris les yeux, j'ai découvert mon navire en un seul morceau. Et mon équipage saint et sauf. Mais aucune nouvelle d'Eva. Triste réalité. Je n'en ai pas parlé, mais j'aimerais qu'elle soit restée là. Je reste fort, je suis le Capitaine. Mes amis comptent sur moi et je la retrouverais.

Gouvernail, cap à l'horizon ! De nouvelles aventures nous attendent.

Eva, attends-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Ven 27 Juin - 13:37

Fuite face à la marine.


26 Juin : 11h18 pm

Bonsoir Gouvernail, aujourd'hui, impossible de fermer l'oeil de la nuit. Après tout le tumulte de la dernière fois, j'espérais avoir un peu de repos, mais il semblerait que ce ne soit pas possible. Je commence à être fatigué de tout ça, vraiment. Aujourd'hui, alors qu'on voguait sur les mers avec notre navire, la mer était tranquille. Cependant, la marine elle, l'était moins. Il y avait sept, ou peut être huit bateaux qui nous ont pris en chasse. Ils voulaient m'attraper. J'ai déjà fui plusieurs fois, juste sous leur nez, mais là, ça risque d'être extrêmement compliqué.

Compliqué pourquoi ? Parce que la marine anglaise et australienne ont joins leurs forces pour cette mission. Personne ne peut rattraper le Black Seagull, mais si partout où il va, il y a des navires ennemis, il ne peut pas s'échapper. Il va falloir combattre. En fait, nous devons combattre, ils nous ont dit qu'ils tenaient l'un des nôtres en otage. Il fallait faire quelque chose. Le combat frontal n'est peut-être pas la meilleure idée, mais je n'avais trouvé rien d'autres.

Rien d'autre jusqu'à ce que je décide de me rendre. En contrepartie, ils devraient laisser tout le reste de mon équipage tranquille, y compris Eva. Une fois que j'ai été attrapé, ils m'ont enfermés avec Eva, mon navire a eu quelques minutes d'avance, mais ils n'ont pas relâchés Eva. C'était une erreur de ma part de croire qu'ils étaient honnêtes. Mais, au moins, je l'ai retrouvé. Il fallait trouver un moyen de s'en sortir, mais le temps allait être long.

Mais fait important, je n'ai pas vu Eva. Ils ont dit qu'ils l'avaient capturée, mais où est-elle ? Alors que j'étais en train de me morfondre sur mes erreurs, Eva viens me voir. Elle faisait partie de l'équipage et que les australiens étaient censés être nos alliés... Tout ce que je vois, c'est que je suis enfermé, et on enferme pas ses amis.

J'ai peut-être parlé un peu trop vite. J'ai été relâché. Je devais maintenant retrouver mon navire et mon équipage. Ils nous ont offert une barque, ça paye pas de mine comme ça, mais je n'avais pas besoin d'aller bien loin. Mon bâtiment se trouvait juste là, encerclé par une vingtaine d'autres navires. Le combat n'était pas possible, il fallait trouver un moyen de s'échapper. J'y ai réfléchis pendant tout le trajet en barque, pendant que je ramais. La seule idée que j'ai trouvé, c'est d'y aller tout droit. Une fois à bord de mon bateau, je donne les ordres et on avance. On se débarrasse des deux navires qui étaient en face de nous et on traverse.

Notre grande vitesse était un avantage et demain, on va faire escale. Il serait temps qu'on prenne une pause, sur une île déserte avec des plages paradisiaques. Peut-être pas une île déserte, on a besoin de remplir nos stocks mais je garde ça de côté, ça pourrait être une idée. Je vais enfin pouvoir dormir.

Après l'effort, le réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Jeu 3 Juil - 16:53

Le banquet des Pirates du monde.


3 Juillet : 4h46 am

Bonjour Gouvernail, aujourd'hui, c'est jour de fête. Et tout aurait pu être parfait et merveilleux, si seulement un détail n'avait pas été là. Et ce détail, c'était toute l'importance de cette soirée. Je suis sûr que tu as deviné.

A ce banquet, on chante, on danse, on mange et on boit. C'est la fête. Tout le monde s'amuse et j'espère qu'on s'amusera comme ça le jour de mon anniversaire. Le 2 Septembre, ce sera un mardi. Mais avant ça, il y a l'anniversaire de Freyja. Elle m'a dit que c'était fin Juillet. Je devrais lui demander quel jour exactement. Je lui ai promis une super fête d'anniversaire. La connaissant, je lui ai dit qu'on ferait ça à quatre, juste entre nous. Peut-être que Eva ne voudra pas venir. Si, elle viendra, je l'ai promis à Freyja alors ce sera grand et beau et amusant. Sauf qu'aujourd'hui, on parle de la fête de tous les pirates.

J'y ai invité la belle Ukraine, les légendes disent qu'elle descendrait directement des anges, qu'elle accueillerait à bord de son navire tout ceux qui seraient dans le besoin. Et je sais que c'est vrai. J'ai parlé avec son frère, Russie, et il m'a dit que des vilaines personnes lui voudrait du mal et l'éloigner de sa famille qu'elle aime tant. Il m'a dit que c'était des pratiques latines, et c'est pas totalement faux. Angleterre est tout le temps avec Andorre, et Ecosse n'a de cesse de parler de France. A croire que les latins sont des voleurs de famille. Je veux pas que Ukraine soit triste à cause d'eux alors je ferais hyper attention !

Tiens en parlant d'Arthur et d'Andorre, j'ai dansé avec eux. Pas spécialement que j'en avais envie, mais la diplomatie, c'est important. On est pas que des pirates sauvages, et aujourd'hui, c'était la fête alors on devait mettre nos différents de côté et juste s'amuser. C'est pas vraiment évident tout ça ! J'ai aussi dansé avec Chine, c'est dommage, j'aurais bien voulu passer un peu plus de temps avec lui. J'ai un peu parlé avec Estonie et Raivis, ils avaient la classe dans leur habits !

La soirée a été géniale ! Je me suis amusé comme pas possible et j'ai dansé devant tout le monde pour la première fois ! D'habitude, il n'y avait que Irlande et Monaco, vu qu'elles sont au club avec moi, mais là, je l'ai fait sur la piste de danse de la salle de bal, en plein milieu devant tout le monde ! C'est pas si terrifiant que ça au final. Mais le clou du spectacle, c'est ce qu'il s'est passé après. Freyja n'était pas venue au bal. Eva non plus. Et je savais pourquoi. C'était pas leur truc, cependant j'ai pas pu me couper en deux pour aller les faire danser toutes les deux. J'ai du faire un choix et je suis allé voir Eva. Je lui ai accordé une valse, comme tout bon prince qui se respecte.

Elle ne savait pas danser, c'était adorable. Je faisais en sorte de la guider du mieux que je peux même si elle m'a marché sur les pieds plusieurs fois. Malheureusement, la valse s'est terminée d'une manière plutôt brusque. Elle m'a mit un coup de boule par inadvertance, ça fait un peu mal. Pour ne pas finir sur une mauvaise note, je l'ai invitée à regarder les étoiles, et là, c'est le drame. Moi qui pensait que c'était réciproque, je l'ai embrassée sur la bouche. J'avais peur de sa réaction et j'ai eu raison, elle a réagit en me frappant et en fuyant juste après.

Elle m'a éviter plusieurs jours. Je me suis planté. Sur toute la ligne. Elle est venue me parler quelques jours après ce moment. Je ne serais qu'un ami. Je vois. Tu sais Gouvernail, je crois que j'ai jamais eu autant mal que ce jour là, mais je peux t'assurer que j'ai pas pleurer. Enfin si, après. J'ai pas réussi à m'endormir ce jour là, et je suis allé embêter Freyja. Raivis étant rentré chez lui, mon équipage était en train de s'effondrer. Et si seulement il n'y avait que ça. Eva ne m'appelle jamais Peter, ça a toujours été Sealand. J'aurais du y penser plus tôt, elle est comme Andorre. Elle est amoureuse de Canada. Elle l'a appelée Matthew et elle a eu ce sourire à son égard qui normalement me faisait envolé tout ce qui était triste. Là, ça ressemblait à un coup d'épée planté dans le ventre. Je ne comprendrais jamais les filles, jamais.

Gouvernail, je ne vais pas me laisser abattre. Je viens de remarquer que j'écrivais une page par semaine, alors tu peux compter sur moi pour essayer de continuer ce rythme. De toute façon, j'ai encore plein d'aventures à vivre alors tu peux compter sur moi pour toutes te les raconter !

C'est la fête, alouette ♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Sam 19 Juil - 11:53

Petit enfant veut devenir grand.


18 Juillet : 10h31 pm

J'ai relu ce que j'ai écris par le passé et je comprends pourquoi les autres ne me voient pas comme une nation. L'imaginaire n'a pas sa place avec les autres. Lorsqu'on est aussi petit que moi, nous n'avons pas le choix. J'ai tourné le problème dans tous les sens, tant qu'on est pas une nation, on ne peut pas se laisser aller. Eux, ils ont tout qui leur est tombé dans la main. Ils ne sont pas passer par la case "Micronations" qui est une case qui m'exaspère au plus haut point. Je rêve de ce jour où tous les autres sauront où je suis sur la carte, ce que ma nation a fait par le passé. Je rêve de ce jour où dans les livres d'Histoire, ils raconteront ce que Sealand a fait, et non pas Angleterre. Je rêve de ce jour où le Sealand sera grand. Et ce n'est pas en voulant la guerre à tout le monde que j'arriverais à cela. J'ai une nation à représenter et elle n'est pas guerrière. Il y a 5 habitants, nous ne pouvons pas faire la guerre. J'ai réalisé ça un peu tard, mais maintenant que je l'ai écrit, je ne pourrais plus l'oublier. La Diplomatie peut le faire elle. Si j'arrive à faire bonne impression et à convaincre avec les mots, ça vaudra toutes les batailles du monde. Ce ne sera pas simple, mais je vais faire tout ce qui est en mon possible pour honorer ma nation. Je la porterai du mieux que je peux pour qu'elle soit reconnue aux yeux de tous, sans exceptions. Aussi petite qu'elle soit. Je suis fier du Sealand et je veux que tout le monde le soit. Je vais essayer de faire ça bien, quitte à être chiant et énervant, c'est à l'usure que je les aurais. J'ai écris pour que je n'oublie pas ces choses essentielles à l'avenir.

Autres :
• Ecrire à Lettonie
• Préparer le retour de Wy
• Faire attention à Ukraine
• Passer du temps avec Féroé
• Faire la session HARP avec Angleterre
• Convaincre Biélorussie
• Manger avec Chine

Attention à toi, Icare.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   Jeu 25 Sep - 18:07

Quand on cherche, on trouve.


26 Septembre : 6:58 am

Gouvernail ! Tu avais disparu ! Je t'ai cherché partout et je te trouvais plus ! J'ai du ranger mon petit coin de dortoir te retrouver ! Et puis surtout parce qu'Arthur arrête pas de râler que c'est pas rangé. Britannia aussi, elle aime pas quand on fait des bêtises. Mais c'est normal c'est maman. J'ai l'impression qu'elle est beaucoup plus dure avec nous qu'avec les autres, mais je comprends ! J'espère qu'elle est fière de moi ! Je fais du mieux que je peux tout le temps.

En parlant de maman, Finlande est toujours aussi pas d'accord que je l'appelle comme ça. Alors que bon, c'est un peu ma maman quand même. Ça à l'air de l'embêter je sais pas si je dois continuer à l'appeler comme ça. Ça se trouve c'est parce qu'il aime pas Papa ? Non c'est idiot comme raisonnement. D'ailleurs Papa il est toujours aussi fort ! Et même si tout les deux me cachent des choses, j'arrive pas à leur en vouloir. Mais faudrait qu'ils arrêtent de me prendre pour un bébé !

Et puis Dan arrête pas de dire des méchancetés. Il est gentil, mais s'il pouvait arrêter ce serait bien aussi. Peut-être que je devrais m'excuser, j'ai pas été très gentil avec lui hier. Tout ça parce que j'étais un peu fatigué, j'ai fait preuve de faiblesse, c'est pas bien. Il faut que je sois fort.

En parlant d'être méchant, c'est comme la fois où ils s'inquiétaient tous pour rien du tout. J'avais des taches rouge de rien du tout, je suis grand maintenant ! Alors c'est pas ça qui va m'arrêter ! Je suis le Capitaine quand même.

Il y a eu la rentrée des classes, et cette année je l'ai faite avec les nordiques ! C'est tellement plus joyeux. En plus, vu que j'ai dormi avec Papa et Maman, on a trop pu s'amuser et jouer ! Bon pas trop longtemps sinon Scandinavie il est pas content et se met à crier très fort.

Avant ça, il y a eu mon anniversaire.

C'était tout sauf ce que je voulais.

Maman qui se bat avec Russie.
Lettonie, Féroé et Wy qui ne sont pas là.

J'ai pas remercié Dan et Biélorussie de m'avoir emmené à la piscine. Je sais plus... J'aurais peut-être du le refaire encore une fois au cas où.

Arthur a fait de la broderie... Je savais qu'il aimait ça, mais je pensais pas qu'il en faisait. Ni qu'il allait prendre ça vraiment à cœur. J'ai été méchant avec lui aussi, je devrais peut-être m'excuser... Mais c'est sa faute aussi ! Il est tout le temps grognon.

Je sais même plus si j'ai remercié Autriche. Je devrais y penser aussi.

Faut penser à trop de choses ! J'aime pas ça Gouvernail, tu peux pas t'en occuper pour moi ?


Bien sûr que non.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le journal de bord du plus grand des Capitaines.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le journal de bord du plus grand des Capitaines.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Le code du parfait journal de bord
» Modèle de journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: