AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Sam 5 Juil - 11:40

Jungle : Formation végétale très dense des pays qui sont trop mais alors trop pas le Danemark, et qui est le théâtre d’aventures toutes plus folles les unes que les autres. Exemple : « Hier soir, on a joué à Jungle Speed, on a bien rigolé et j’ai explosé la main de Sverige »

Variante : la fête foraine.

Mathias se considérait comme un aventurier. Un aventurier qui prenait un max de risques, n’hésitait pas à mettre sa main dans le calbut (ça c’est la variante de l’expression « main à la pâte » faites pas comme si vous n’aviez pas compris ><) pour sauver moults damoiseaux et damoiselles.

Tout ça dans la joie, la bonne humeur et les véloutés fruix.

Au début, le danois avait envisagé de s’inspirer d’un héros –jungle- représentatif de son courage inhérent et ce fut là que l’angoisse monta d’un cran. Qui prendre? Indiana Jones, trop connu. Rahan, trop raplapla du cuir chevelu. Tarzan, trop zoophile. Jumanji, c’est un jeu. Dans la famille Delajungle, tous les rôles avaient été attribués à l’exception de celui de Nigel, le père. On a tout de même sa dignité. Le même sort avait été réservé à Sydney Fox et ses comparses. Mowgli, peut-être, mais s’il portait fort bien le slip rouge l’idée de devoir faire l’éléphant lui plaisait moins.

Quoique.

Les noms défilaient dans sa tête, aucun ne convenait. Au désespoir, il envisagea de se faire Hara-Kiri pour éviter le déshonneur et donc de descendre aux cuisines pour se faire une tartine de fromage frais, quand vint la délivrance.

Freyja ♥.

C’est bien connu, quand toute personne normalement constituée se voit aux prises avec les forces démoniaques du destin (aussi connu sous le nom de l'aile slave), elle se tourne vers son sanctuaire.

Et de sanctuaire, Danemark en avait trois bien distinct : le sport, l’amusement et Freyja.

Autant tout combiner en un miracle conséquent. Et c’est pourquoi, vers 9h30 du matin, tandis que notre mignonne et adorable petite moutonne choupette remontait du réfectoire, le danois se précipita vers elle.

Viking style.

« Féfette!! Prépare ton sac ma grande ! On va à la fête foraine!! »

Parce que les manèges étaient là. Bord de plage pendant tout l’été. A nous les barbe-à-papa, les grand huits, les trains fantômes et le palais des glaces !

Excité comme un gamin le jour de Noël et qui découvre la nouvelle collection Lego, Mathias colla un sonore baiser sur la douce joue de sa petite sœur et la fit tourner en l’air, la reposant et chuchotant.

« Mais que nous deux. Je kiffe les copains mais là on fait ça que toi et moi. »

La simplicité des saucisses.

Parfois fallait faire comme ça. Puis Freyja avait tendance à faire comme les fleurs qui ne se referment quand y’a trop de soleil et lui il était déjà trop agité de nature.
Ni une, ni deux, ni même quarante, Mathias kidnappa Féfette dans la jungle de la bordure côtière, là où le bruit, les cris des forains et les odeurs appétissantes prenaient une quintessence colorée.

Il glissa les mains dans les poches de son jean et décocha un sourire tandis qu’il ne pensa à rien d’autre qu’à sa destination.

S’ils se dépêchaient, ils en avaient pour à peine 20 min de bus. Ouaip ! Avant qu’il y ait trop de monde !

« On y va?! »

Lui il a déjà les pieds au bord de la salle commune du dortoir nordique si tu veux. Il pense à rien. Il a de l’argent sur lui, ses papiers et son téléphone. C’est bien suffisant en fait. S'il fait chaud ben tant pis, si il pleut tant pis, s'ils ont faim, mangeront là-bas etc...

Pas le temps de tervigéser!! La patience est tout à fait sa dernière vertu.

ALLEZ! VIENS!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Mer 9 Juil - 18:50

L'été, un tout petit mot de deux syllabes qui cache tellement de choses derrière ses trois lettres. On y retrouve le soleil, la mer, la plage, et aussi les vacances. Ô divin temps libre en perspective, plus besoin de porter l'uniforme ou devoir aller en cours trop compliqué pour les petites cervelles, parfois même c'était du temps pour ne rien faire car on n'en possède jamais assez pour cela. C'est sans doute ainsi que la plupart des personnes voyaient ce simple mot, Féroé faisait partie de cette majorité or comme tout bonne membre de la fratrie des Nordiques il y avait d'autres adjectives et idées qui s'y collaient, l'autre face ajoutait chaleur, sécheresse, coups de soleil.

Et autant dire que lorsqu'il faisait chaud, soit plus de 27° étant donné que son archipel avait la chance d'avoir un courant d'air tempéré contrairement aux autres, l'envie de ne rien faire prenait largement le dessus. Enfin là aussi c'était tout aussi relatif, juste qu'elle préférait de loin lire un livre à l'ombre avec une boisson à porter de mains que d'aller se faire cramer la peau sur le sable brûlant, et elle comptait donc bien profiter de ces deux mois pour se la couler douce il fallait bien l'avouer. Oh elle n'était pas contre une activité ou une sortie proposée, la preuve étant que lorsque Sealand ou Slovénie avaient une idée en tête elle suivait tout simplement, juste qu'il ne fallait nullement compter sur elle pour trouver quelque chose malheureusement. Pas de la mauvaise volonté, elle n'en donnait que très rarement, juste un mal fou à se décider encore plus si elle est prise de court.

Freyja était donc partie sur cette mentalité à suivre pour les semaines à venir, à engloutir des polars tous plus haletants les uns que les autres ou même suivre les autres dans une galère, et son programme pour aujourd'hui était même prêt. Elle s'était levée vers 8h, pas question de compter les moutons trop longtemps, s'était préparée et avait pris des pommes au petit déjeuné, puis ensuite elle comptait relire avec frissons et envie le premier tome de la série d'Adler-Olsen. Non pas parce qu'il possédait de moitié le même nom famille qu'elle, c'était une pure coïncidence et il était danois, juste qu'il avait l'art d'établir un suspense insoutenable.

Et c'est ainsi qu'elle remontait toute guillerette vers le dortoir Nordique pour prendre tout ce dont elle avait besoin. Sauf que voilà, depuis le début elle avait oublié un détail de la plus haute importance, la tornade lui arriva dessus sans qu'elle ne put réagir ou produire le moindre son tant il était rapide. Si ça n'avait pas été son frangin, avec sa bonne humeur légendaire, qui l'attaquait il était certain qu'elle aurait fui à toutes jambes ou se serait faite toute petite en implorant Gud de l'épargner. Tout ce qu'elle put dire c'était juste un simple petit cri de surprise lorsque Mathias la souleva après l'avoir embrassé et dit qu'ils iraient à la fête foraine, ne sachant au passage si elle devait s'accrocher à lui ou même lui rendre le bisou, autant dire que c'est le genre de surprise qui en dehors du plus âgé la tétanisait presque.

Oh une sortie seule avec son grand frère, aucun ami ou de l'aile invité, elle avait l'impression que ça faisait une éternité. Après tout il n'était pas toujours facile de s'organiser entre eux, de trouver quelque chose qui leur plaît en commun, tant leurs caractères étaient nettement différents. Elle aurait voulu faire une activité plus calme, car oui connaissant l'aîné ça ne serait pas une promenade de santé, mais vu le sourire qu'il lui lançait elle ne voulait en rien le peiner en refusant. Certes elle ne ferait pas le grand huit, non ça c'était trop terrifiant, cependant elle ferait un effort pour tout le reste.

« Ja... Calmes toi d'abord, on va y aller hm. Je prends un sac et j'arrive. »

La preuve était qu'elle n'avait même pas le temps de prendre ses affaires qu'il fallait déjà partir, le côté insouciant du Danois qui ne prépare rien, alors que de son côté il faut toujours le minimum de préparation quand même. La Féringienne laissa sur le palier de l'aile Mathias, non vraiment elle ne pouvait partir ainsi, sinon il viendrait la perturber et elle oublierait la moitié des choses. C'était toute une organisation entre le porte-monnaie, les pansements parce qu'on ne sait jamais, les papiers d'identité, des mouchoirs, de la crème solaire, un téléphone portable. La vraie petite escapade en somme, et ce n'est que lorsqu'elle vérifia pour la troisième fois qu'elle avait bien tout qu'elle le rejoint, avec un petit sourire à la fois franc et enjoué même s'il n'était pas aussi expressif que la plupart des personnes. Prêtre à la suivre, il était le meneur après tout.

« Dis... On pourra faire du carrousel... ? »

S'il y avait bien une attraction qu'elle avait envie plus que tout de faire c'était bien celle-ci, pour une fois qu'elle savait ce qu'elle voulait, il y avait quelque chose de nostalgique dans les chevaux de bois qu'elle trouvait quelque peu magiques.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Sam 12 Juil - 15:07

Tout les grand-frères de cette école adorait leurs petites sœurs. Mathias n’avait pas la prétention de se croire que supérieur ou inferieur dans ce domaine. France et Espagne adorait Monaco et Andorre, Russie couvait Ukraine et Biélorussie (ah non, là c’était peut-être le contraire), Pays-Bas vénérait Belgique etc.

Non, rien de terriblement révolutionnaire dans son affection sans borne pour la jeune féringienne. Il avait néanmoins une absolu confiance en elle et cela dérivait d’un seul et unique point : elle ne lui ressemblait en rien ou presque niveau caractère.

Aussi sérieuse et mesurée qu’il n’était enclin à la marade et à l’excès. Aussi réfléchie et timide qu’il n’était impulsif et dangereusement ouvert.

Ce qui était différent avait toujours beaucoup trop plu au danois. Ce qui le faisait avancer envers et contre tout aussi. Ce n’était pas pour rien qu’il aimait deviser avec Norvège ou Pays-Bas quand bien même ils étaient des dondons froids d’abors .

Ranafout.

Il était chaleureux pour trouze (au moins).

« Ja... Calmes toi d'abord, on va y aller hm. Je prends un sac et j'arrive. »

Un sac? Mais! On va à l’aventure!! Comme ça, hop!

Il trépigna un moment et fronça le nez. Il est calme. Un peu excité à l’idée de sortir en compagnie de sa petiote de sœur mais ça n’importe qui le serait –enfin, n’importe qui qui aurait la chance d’avoir Fefette en petite-sœur ce qui se réduisait à lui et uniquement lui.

Un dodelinement de tête et il sifflota les mains glissant dans les poches. La mélodie d’ Eivør vint d’elle-même. C’était apaisant et Trøllabundin restait une musique qu’il avait gardé de sa petite enfance, l’apprenant –mal- avec Freyja du haut de ses 40cm.

« Dis... On pourra faire du carrousel...? »

Il cessa de siffloter et pencha sa frimousse, un large sourire se découpant dessus.

« Du carrousel? c’est le truc avec les petits chevaux? ça marche mais …» Mathias eut un petit air chafouin en sortant de la salle commune nordique en compagnie de Freyja, toujours nonchalant dans sa démarche un peu guerrière d’emblée –les remontées vikings, que voulez-vous :3-. « … tu fais le Niagara avec moi ! C’est de l’eau Freyja… »

L’air de dire, si y a de l’eau on ne craint franchement rien. Ce qui selon le danois était totalement vrai. Il poussa la porte et s’étira derechef sous les rayons du soleil. Excellent ! Le temps en plus était complaisant ! Il n’y avait plus qu’à filer !

« On y va sur mon vélo? »

La question était rhétorique: bien sur qu'ils y allaient sur son vélo ♥. L'amour de sa vie quoi. Après le risalamande et Fefette ♥.

[Aventure suivi directement à la Fête foraine ♥♥ - Clôt ♥♥]

Note en plus pour se culturer::
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Mar 15 Juil - 14:38

Le carrousel c'était beau, c'était calme, ça tourne en rond lentement et de même pour la montée des chevaux en bois. Autant dire que si la demoiselle devait se représenter sous la forme d'une attraction foraine, par un coup de baguette magique, ça serait bien celui-ci, ou peut-être la pêche aux canards. Après tout elle aussi métaphoriquement elle tourne en rond, suivant les autres, et ne sait jamais si elle doit monter ou descendre le tout sur une musique à la fois festive mais non tapageuse. Oui la Féringienne aimerait vraiment en faire, même si elle imaginait déjà le frangin crier joyeuse à qui voudrait bien l'entendre que le cheval devrait aller bien plus vite, pour une fois qu'elle était décidée pour quelque chose il ne fallait pas la couper dans son élan.

Un petit vent de panique se fit quelque peu, tout d'abord lorsque Mathias semblait réfléchir à cette attraction bien qu'il ait le sourire et ensuite lorsqu'il lui annonça le deal en échange, elle n'était pas devant l'attraction qu'elle périssait déjà à l'avance rien qu'au nom. Elle savait bien qu'il ne s'agissait que d'eau, peut-être même que la perspective de ne pouvoir s'accrocher à rien était plus effrayant qu'un grand huit, mais voilà le coup de prendre de la hauteur pour ensuite retomber à toute vitesse était une source d'angoisse. Le Niagara, déjà rien que le nom avait de quoi faire frémir lorsqu'on s'imaginait les chutes derrière ce mot, n'était pas cependant le pire qu'on pouvait à la fête foraine et lui fallait donc être conciliante puisqu'il acceptait pour le carrousel. Timidement elle hocha la tête, acceptant d'aller à la future potence et peut-être même que s'ils le faisaient en premier alors plus vite elle en serait débarrassée, jouant quelque peu avec la lanière de son sac.

« Bien... Va pour le Niagara alors hm... Un seul tour cependant je te préviens... »

Parce que bon Féroé a des limites au sujet du masochisme, totales même les barrières, elle voulait bien faire un effort mais il ne faut pas non plus pousser le mouton dans le ravin sous peine de voir le reste du troupeau suivre. Mais ceci est un autre débat. Suivant donc le grand Viking jusqu'au local à vélo, le laissant sortir l'engin - rien de salace dans cette phrase merci, et se posa derrière lui sur le porte-bagage tout en s'accrochant à Danemark pour éviter que la dégringolade promise au manège ne se fasse en cours de toute. C'était un peu une habitude prise s'ils devaient se déplacer à deux sur une distance quelque peu éloignée, le plus âgé était toujours celui qui pédalait sur le vélo et pour ça elle n'allait pas s'en plaindre bien au contraire, préférant quand même de son côté la randonnée ou une balade en voiture étonnement. Cependant elle devait bien avouer que la brise provoquée par le mouvement n'était pas désagréable, au contraire, et la blonde se serait bien volontiers accordé une sieste mais bon le trajet n'était pas si long.

« On a de la chance, il n'y a encore pas beaucoup de monde à cette heure-ci hm... Tu veux commencer par quoi ? Le Nia... gara ? »

Descendant du vélo elle voyait l'attraction de loin. S'il était possible pour une Nordique de devenir plus pâle, déjà qu'à son niveau c'était pas mal, alors elle le serait et le tout accompagné d'une décomposition précoce. Non Freyja ne l'avait pas imaginé si haut, et à en croire les cris de certains dessus ça devait encore plus l'être une fois dessus, le fixant avec peur et angoisse. Après réflexion elle pouvait se passer du carrousel, ce n'était pas la mer à boire n'est-ce pas, Danny regarde il y a un palais des glaces et ça fait pas peur !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Sam 19 Juil - 12:49

Les chutes du Niagara il les avait vu, et en bonne compagnie. Ce n’était pas si loin à vrai dire de New York. Quelque chose comme trois ou quatre heures de car. Vraiment.. Une parfaite frontière entre les Etats-Unis et le Canada.Ce qui impressionnait toujours le plus dans ces chutes, c’était le bruit. Un chaos formidable qui recouvrait d’un son tonitruant le moindre gazouillis. L’eau tombait sur les rocher en continu, avec force et il était resté un bon moment à regarder l’eau s’abattre sur le caillou et ce dernier rester stoïque.

Il ne savait jamais s’il voulait être une chute ou un amas de caillou. Amphoriquement parlant évidemment.

Freyja, elle, c’était évident, tenait plus du joli galet poli. Stoïque elle l’était depuis toujours. Même quand il l’entrainait dans des jeux dangereux quand ils étaient petits. Elle subissait, avec élégance, les idées loufoques et peu sur de son frère et ce depuis l’âge où elle glissait à quatre pattes sur le sol, totoche en bouche et grands yeux bleus émerveillés.

Par essence, Freyja parlait peu. Or le silence parfois gênait Mathias malgré lui. Cela avait tendance à exacerbé l’une de ses –très- rares frayeurs : celle de la solitude. Mais il est des silences comme des yaourts : il y en a avec autant de gouts que l’on désire et celui de sa petite sœur, lé dérangeait parfois mais si peu comparé à ceux d’autrui.
C’était pour cette raison qu’il ne chercha pas à entamer plus que ça la conversation durant le trajet. Il sentait le corps frêle de sa soeurette derrière, le visage s’appuyer sur son dos, le vent fouettant ses cheveux et les muscles travailler à chaque coup de pédale.

Tout comme la piscine, le vélo était source de liberté. Mathias adorait le sien. Il l’avait payé avec ses économies (chichement donné par far èé) et l’avait amélioré dés qu’il l’avait pu et s’il roulait à toute vitesse comme un dératé en général, il tempéra son ardeur –juste un petit peu- égard au petit mouton adorable qu’il transportait avec lui.

Puis elle avait dit oui au Niagara ! C’était un peu la fête !

Il rangea son vélo avec un cadenas qu’il avait piqué à Norge Odin seul savait comment (celui-ci pour pouvoir toucher à ses affaires, fallait se lever tôt…) et glissa ses mains dans les poches joyeusement, humant l’air délicieuse des fêtes foraines, barbe-à-papa et pommes d’amour dont les contours étaient rouges d’envie d’être croquées ♥

« Oui on devrait commencer par ça ! » il eut un sourire espiègle « comme ça le pire sera passé pour toi Féfette :3 »

Un éclat de rire et il lui fait signe de regarder le tourbillon de nuage où les gens étaient assis sur un banc et ce dernier montait et descendait à toute vitesse.

« Ou on peut faire ça ?… je taquine je taquine!! » Il donna un petit coup de front gentil contre les cheveux blonds de la féringienne et lui proposa plutôt le stand de kermesse avec ses boites de converses empilés et ses balles molles. « On essaye ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Mar 22 Juil - 10:54

Vraiment ? Mais sérieusement ? Mathias voulait vraiment faire pour de vrai le Niagara ? Oh Gud. Voilà que Freyja suppliait le tout-puissant de faire tomber en panne l'attraction, que la fête foraine se trouve momentanément fermée à cause d'une épidémie foudroyante mais pas trop grave quand même, ou mieux que celle-ci disparaisse comme par enchantement de la surface de la terre. Et voir le frangin surexcité faisait encore plus montrer l'angoisse, c'était un peu comme un indicateur ou l'échelle de Richter de la catastrophe, plus le Danois ne tenait plus en place plus le manège serait effrayant au possible. Et si pour lui il était drôle de la voir ainsi dépérir à petit feu, reculant même d'un pas au passage alors que les cris continuaient inlassablement en boucle, alors autant dire que de son côté ce n'était pas la joie. Tout le contraire même, bien qu'il ait raison sur le fait d'en être débarrassé, campée sur sa position que la pêche aux canards ça peut être drôle quand même après tout.

Si Danemark voulait sa mort il pouvait le dire directement, alors qu'il lui montrait un grand huit à faire froid dans le dos, et il y avait des méthodes plus douces pour l'achever quand lui donnant une crise cardiaque. Ah oui c'est sûr que là le cœur de Féroé battait à toute vitesse, pourtant elle était toujours aussi pâle si ce n'est plus, et tout ceci n'était en rien quelque chose d’agréable. Après tout si l'attraction était une torture en soi, entre la vitesse qui plaque contre le siège et se retrouver la tête en bas durant quelques secondes, l'idée de devoir attendre et s'installer à bord avant le démarrage, les vérifications de sécurités, voir les personnes qui ont déjà fait un tour être malades... C'était bien ça le pire. Non pas qu'elle était d'une impatience, bien le contraire, mais plutôt prise dans l'angoisse grandissante avant même le démarrage.

« Ça ne fait rire que toi Mathias hm... Tu sais bien que si je le fais c'est uniquement pour toi... »


Autant dire que l'humour Danois et Féringien n'étaient pas sur la même longueur d'onde, alors qu'elle tournait quelque peu la tête au coup de tête affectueux du frangin pour lui signaler que non elle ça ne la faisait pas rire du tout, et si l'effrayer était un moyen de s'amuser pour le plus âgé alors elle lui ferait vite passer cette envie. Bon elle ne savait pas encore comment, question fourberie elle est loin d'être la première, mais elle allait y réfléchir alors qu'ils allaient vers un chamboule-tout. Voilà ça c'était quelque chose qui lui plaisait plus, pas besoin de montrer dans un train qui peut dérailler, et en plus il y avait des choses à gagner. Oh. La petite blonde n'était pas du genre envieuse, même lorsqu'on lui demandait ce qu'elle voulait pour son anniversaire se soldait généralement par un ''rien'', même si pour le coup elle aimerait tant remporter quelque chose et avoir l'honneur de pouvoir affirmer qu'elle l'avait mérité à la force de ses petits bras.

Cependant n'est pas un Barry Bonds qui veut, meilleur lanceur de base-ball avec sept trophées, et autant dire qu'elle n'était pas prête de remporter un prix. Ça frôlait, ça faisait légèrement tanguer les boîtes, mais rien de plus. Et voir le frangin à côté y arriver sans trop de difficulté, faut dire qu'il est aussi taillé pour ça le grand Viking et qu'il fonce dans le tas avec le sourire, ceci donnait un sentiment quelque peu décourageant. Oui bien sûr elle aime son frère, dans la mesure du raisonnable et de l'éthique, mais parfois l'envie de mieux faire que lui était bien présente. Sans doute le côté indépendantiste qui faisait son bout de chemin, pas toujours facile surtout s'il faudrait par la suite tenir tête à la famille, tout en se mélangeant avec le fait d'être heureuse pour lui qu'il puisse y arriver qui tirait sur le côté souveraineté danoise. Pas facile tous les jours d'avoir le même niveau de représentants de deux partis politiques qui s'opposent clairement sur leur orientation.

« Tu es bien plus doué que moi à ce que je vois... Tu sais je crois que... hm... on devrait faire le Niagara... »

Lançant la dernière balle qui ne toucha encore pas les conserves, devant se faire à l'idée qu'au passage tant pis elle n'avait rien gagné malgré les encouragements du forain, elle tenta de soumettre cette suggestion. Vraiment. Plus vite elle s'en débarrassait plus vite le nœud qui se formait dans son estomac allait partir, et ainsi elle pourrait profiter pleinement de la suite de la journée, venant donner un sourire timide à son frère par la même occasion. Pitié Mathias. Regardes les yeux de mouton triste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Ven 25 Juil - 17:34

« Ça ne fait rire que toi Mathias hm... Tu sais bien que si je le fais c'est uniquement pour toi... »

Certes. Mais c’était souvent le cas avec le danois, non ? Il avait conscience –ou pas- d’être parfois excessivement exigeant avec ceux qu’il aimait. Cela affectait sans aucun doute ses relations. Il exigeait, demandait, acculait les autres jusqu’à les éloigner de lui.

Irrémédiablement.

Quand bien même c’était ici sa plus grande peur. Il eut une moue contrarié à la réplique de sa petite sœur, comme si elle ne faisait aucun effort. Comme si elle devait se plier de bonne grâce –et avec joie- à ce qu’il lui imposait. C’était chouette comme manège ! Elle devait s’amuser ! Elle devait.

Il l’aimait cela dit. Complétement. Avec l’intégralité du packaging danois à ce niveau là. Mathias n’aimait jamais à moitié. De la légèreté de l’être pour la plupart des gens, il en devenait subtilement sérieux dans ses affections totales et intègre dans sa fidélité d’ordinaire éparse.

Il n’avait qu’une seule petite sœur comme Freyja, et il comptait bien ne plus jamais laisser qui ou quoi que ce soit les séparer. Mais, il ne fallait néanmoins pas se tromper. Sa tendresse envers elle était sereine et peu jalouse. Il ne considérait pas au final les iles Féroé comme sa propriété. Pas vraiment. L’acceptance ne se consolidait pas par le désir de posséder. Néanmoins, il voulait une certaine exclusivité de titre. Il serait, il devait être la seule figure de grand frère valide aux yeux rêveurs de la jeune blonde.

Évidemment, il l’emportait sur elle au jeu de kermesse et eut un simple sourire chaleureux à la remarque de sa petite sœur. Il n’y avait vraiment rien d’étonnant à ça. Mathias faisait rarement des efforts pour ménager les gens en terme physique. Peut-être dans ses rapports plus intimes, et encore. Il n’était jamais question de vraiment s’excuser –parce que cela revenait à ça- de sa façon d’être.

« On peut faire les petits chevaux maintenant ? et encore une fois après le niagara, non ? »

Le grand blond eut un sourire conquis et passa le revers de son avant bras sur le front. Il faisait chaud. Beaucoup trop pour un nordique quand bien même ce dernier était un mexicain du nord.

« Tu veux pas une glace là ? »

Tu veux pas un frigo ? un bon sang d’igloo ? devenir un glaçon ?

« Un mister freeze ! » un gros sourire « ça me fait toujours penser à far. Tu sais qu’il en fout direct une dans ta trombine si tu l’appelles comme ça ? »

Ce qui voulait dire en d’autre termes, qu’il s’en était sacrément pris dans la frimousse. Mais aussi, y’avait pas moyen d’être un fils plus insolent et chiant parfois, fallait bien l’admettre.

Farfouillant dans sa poche, Mathias en sortit deux dollars et tourna son nez vers la plus chou des juniors –ça c’est grâce à l’adn- :

« Un bleu pour toi ? »

Bleu c’était framboise. Lui il prenait toujours rouge. C’était fraise.

Tant que c'était pas du cassis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Mer 30 Juil - 12:22

Parfois Freyja avait des doutes sur la capacité de concentration de son frère, rien de méchant de sa part mais juste une certaine constatation qui s'était faite au fil du temps, et encore aujourd'hui il venait apporter un poids de plus à son hypothèse selon laquelle Mathias n'entendait qu'à moitié. Ou plutôt uniquement ce qui l'arrangeait, des mots sélectionnaient partiellement dans la conversation, tout en jetant à la poubelle ce qu'il considérait comme étant du pur superflu. Elle le suppliait de faire un tour de Niagara, histoire de s'en débarrasser, tout en caressant le doux espoir que le plus âgé dans sa bonté d'âme infinie dédaigne annuler l'attraction. Mais rien de tout ça. Certes c'était très plaisant de sa part de lui proposer le carrousel, elle en avait très envie, mais ce n'était nullement ce qu'elle lui demandait. De même lorsqu'il ajoute faire une nouvelle fois un tour sur la machine de la terreur, pas la pire mais déjà bien angoissante, alors qu'elle avait été très claire en lui affirmant que ça serait un tour ou rien.

Féroé n'était pas une bavarde, elle prenait toujours son temps pour trouver la réponse adéquate à donner, et engager spontanément une discussion n'étant point son fort. Même avec son frère. Si les gens pouvaient penser en les voyants tous deux qu'il était plus aisé pour elle d'être bien libre de parole avec Danemark, bien que la timidité dont elle faisait preuve auprès autrui n'existait pas avec  lui, en réalité tout ceci en était bien loin. Il y avait là une censure qui s'était mise naturellement dans sa tête, la liberté de parole n'était pas franchement de mise, de peur de blesser le plus grand. Avec lui elle modérait ses propos, évitant des sujets tant leurs caractères étaient bien différents, et préférait se murer dans un silence tout en encaissant sans jamais broncher à son égard. Comme à cet instant. Juste un léger soupire à l'évocation de la glace.

« C'est comme tu le souhaites hm. N'importe quel parfum fera l'affaire tu sais... »


Elle lui sourit de tout de même, il était là pour s'amuser et ça semblait bien être le cas, car après tout tant que Mathias était heureux c'était bien là le principal. Vrai qu'avec la chaleur ça n'était pas vraiment de refus, le laissant encore une fois décider car après tout son frère aimait avoir une emprise sur tout ce qu'il faisait, tout en le suivant comme un petit mouton derrière lui. Ah oui Far, ça faisait déjà un certain temps qu'ils ne s'étaient pas vu tous deux, bien que parfois effrayant elle l'aimait sincèrement tout en le gratifiant du surnom de papours – superbe contraction de papa et ours. Ne voyant pas vraiment le rapport entre un Mr Freeze et lui, quoique. Le côté sans doute froid et qui peut faire mal aux dents, pas de la même manière certes mais tout de même, là d'accord. Regardant tout autour la foule qui commençait à affluer, le brouhaha qui se faisait plus dense, et les quelques attractions qui ne comportaient aucun risque surtout.

La Nordique n'aurait su l'expliquer mais elle se détacha de son frère alors qu'il avait le dos tourné, sans doute dictée par le besoin de faire quelque chose qui lui faisait vraiment envie, pour aller vers un palais de glace. Pas celles à manger, non ça c'était Mathias qui s'en occupait, mais bien un parcours à traverser en évitant de se cogner contre des vitres ou des miroirs. Non en réalité elle voulait juste prendre l'air de son côté, montrer sans doute à son frère ce que ça faisait de devoir suivre sans avoir son mot à dire, et peut-être aussi pour le mouton dessiné sur la pancarte. Regardant son frère de loin, occupé à faire la queue, elle prit son courage à deux mains autant qu'elle pouvait et paya donc l'entrée. Elle n'aurait su dire combien de temps elle a tourné en rond, sans doute qu'une dizaine de minutes, avant de commencer à paniquer et de se rendre compte de sa bêtise. Ça avait été atrocement idiot de sa part, angoissant de ne pas trouver le chemin, prenant son téléphone pour envoyer un message à son frère.

Je suis perdue au palais des glaces...

Dans le fond son frère avait beau être têtu, un peu trop crieur, ou même bagarreur le résultat n'en restait pas moins le même. Elle avait besoin de lui, et le plus vite possible serait le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   Mer 13 Aoû - 18:48

N’importe ? n’importe c’était risqué quand même. T’allais te retrouver avec un mister freeze tutti frutti Féfette. Après t’allais bougonner silencieusement et encore une fois Danou n’allait rien comprendre. Un esprit simple dans un corps simple. La simplicité c’était le Bien et Mathias en était l’un des plus beau –chut, j’autopromotionne la bête- spécimen.

Il va néanmoins jusqu’au marchand de glace. Brave frangin, se posant le moins de questions possible quand il s’agissait des désidératas imprécis de sa petite sœur chérie. Dur de lui dire non à quoi que ce soit quand elle vous regardait avec des cils de biches qui faisaient 44 milliards de kilomètres (il exagère s’il en a envie! Il est roi bande de sagouins!), une moue tout à fait mignonne et un air innocent que même c’est facile la plus innocente de cette école mais ça aussi quand on a un gars comme Inde ou une gonzesse comme Hongrie dans le secteur, je vous avouerais que c’est pas beaucoup dire.

N’empêche! C’est vrai!

« Un framboise, un fraise. Tak. »
fit Mathias, sans se soucier du bruit de mitraillettes qu’il donnait en guise merci à ce pauvre petit américain en face de lui. Surtout qu’en plus il n’avait pas dit « s’il vous plait » mais vous saurez que ça n’existe pas au Danemark. On est poli dans l’attitude (hahaha) et on est heureux sans arrêt.

Cqfd: s’il vous plait? ben oui mon pépère! Vu que ça nous plait toujours!

En revenant pas par la Lorraine parce que c’est Ned qui a les sabots, Mathias leva son minois vers là où normalement, Féfette aurait du se tenir.

Huh.

No Féfette.

Qu’est-ce que c’était que ce bordel. Glissant les mister freeze dans les poches de son jean (et croyez-moi on avait beau être un scandinave viking blond et grand et tout, on avait l’air tartignolle quand même avec des bâtons glacés dans les poches du jean), Mathias mit ses mains en porte-voix et se mit a littéralement gueuler le doux nom de sa petite sœur.

« FREYJA FREYJA FREYJA FREYJA FREYJA FREYJAAAAAAAAAAA FREYYYYYYYYYYYYYYJA FREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEYJA »

Le danois allait se faire réprimander pour tapage jocturne (que c’est en journée hein) quand il rétorqua que déjà on avait kidnappé sa sœur et que de suite fallait voir si y’avait un patapouf, gros nez avec une écharpe dans le secteur ! C’était un gros suspect ! Azy toi tu fais quoi ? me tire pas la manche je te dis ma sœur elle a dispa…

Une vibration.

Depuis quand les mister freeze vibrent ? oO. Le danois a un air perplexe –qui s’avère être contagieux vu que le garde l’imite derechef tant l’arrêt abrupt des récriminations l’a prit au dépourvu à son tour- puis se met à docilement palper ses fesses.

Il se met à rire. Cette bonne blague ! « C’était pas les Mister Freeze! Ni mes fesses! C’était mon téléphone!! »

Ok, on est content pour toi mon petit réglisse. Ça lui fait une bonne jambe au garde qui commence à se demander s’il est encore temps d’appeler l’hôpital psychiatrique imaginant sans peine les alerter à propos d’un simili Thor, complétement jeté du ciboulot (certaines personnes sur ce forum parlerait d’araignées au plafond parce que ce sont des êtres vils qui aiment mettre des araignées sous le nez de votre serviteuse ici présente !).

Un gros bruit de hoquet tout en aspiration qui se traduirait donc visuellement dans un texte écrit par : « ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! »

Ni une ni deux, une bourrade bien placée sur l’épaule du garde qui voltige plus loin et Danou se met à courir vers la maison des miroirs.

« FREYJA J’ARRIVE!! »

Ça pour arriver il arrive. Et même il déboule. La bonne demoiselle qui se lève en lui disant qu’il n’a pas pris de ticket ? ah ben y’a de quoi rire tellement il passe vite devant elle et saute par dessus le tourniquet rentrant tel Thésée dans le labyrinthe des miroirs.

Ok. Ça veut dire que soit il a Ariane (t’en fais pas Féfette, il t’abandonnera pas comme une malpropre sur la plage parce que de toute façon t’es sa sœur) , soit il se tape le minotaure (f*ck yeah ! !).

Problématiquement, le palais des glaces c’est peut-être l’attraction qui énerve le plus notre danois. Faut rester calme, tenter plusieurs sortit, et surtout surtout faut pas tout casser.

Flock flock flock (bruit des gouttes d’eau).

Hvad encore ?

Ah ! les Mister Freeze dans les poches. Ah mais bordel! Mais!

- Nous rappelons à notre aimable clientèle que Mathias et Patience, ça rime trop mais alors TROP pas-

« VOUS ALLEZ M’ENLEVEZ CES PUTA*NS DE GLACES MAINTENANT OU JE CASSE TOUT AVEC L’AIDE D’ODIN ET TOUT ET FOR FANDEN JE SUIS SUR C’EST SUÉDOIS CETTE CONNERIE DE PALAIS DE GLACE! »

Vous vous souvenez de la fille à l’entrée qui avait tenté de dire qu’il n’avait pas de ticket ? Eh bien cette demoiselle, tout à fait charmante que même Mathias tentera probablement d’inviter pour une glace un jour prochain, eut la bonne idée d’ouvrir le Palais des Glaces. Tout les miroirs se tassèrent, se mettant à la verticale. C’était un procédé uniquement employé pour les employés quand ils devaient nettoyer l’attraction et évidemment quand un fifou s’y perdait.

Freyja était à l’autre bout de le pièce contre un mur, petit agneau apeuré et Danemark se précipita contre elle en la serrant fort.

« Ça va? tout va bien? J’ai ton Mister Freeze! »

C’est pas cool la vie?  sunny 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est le son de l'été Olé Ola Olé! Feat Freyja.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Militaires 3/3
» What about playing chess?
» Gratte quelques cordes {- Feat Ulysse}
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: