AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   Lun 21 Juil - 21:35

Dydd Sadwrn, 5 y.p.
Saturday, 5 pm

Il y avait comme un parfum de pelouse mouillée dans l’air. Il n’avait pourtant pas plu de la journée, mais l’arrosage de l’herbe avait vite fait d’éveiller son envie d’aller tâter le terrain. Comme à son habitude. Il ne pouvait pas attendre une minute de plus pour aller se jeter dans l’herbe et se dirigea d’un pas rapide vers les vestiaires en chantonnant la mélodie de ce que tout supporter des Llanelli Scarlets considérait comme l’hymne de l’équipe.

Mae bys Meri-Ann wedi brifo, a Dafydd y gwas ddim yn iach.
Mae'r baban yn y crud yn crio, a'r gath wedi sgrapo Joni bach.


Il déposa son sac de sport sur un banc et retira son tee-shirt qu’il roula en boule et envoya dans le casier d’en face. Seul dans la pièce, il ne gêna pas pour commencer à chanter de vive-voix.

Sosban fach yn berwi ar y tân,
Sosban fawr yn gollwng ar y llawr…


Il en fait de même avec son pantalon et les baskets combo chaussettes qui valsèrent entre les deux « poteaux » du dit-casier. ESSAI ! +5 points pour le Pays de Galles. Cinq pseudo-points que Iestyn fêta d’une voix plus forte, levant les poings au ciel :

… A'R GATH WEDI SGRAPO JONI BACH !

Le chantonnement reprit. Maintenant en sous-vêtements et le quart d’heure patriotique passé, il s’assit sur le banc et s’attela à l’équipement : protège tibias, short et épaulettes. Le gallois avait beau être expérimenté dans ce sport et passer la plupart de ses entrainements seul à faire de la préparation physique, il n’en n’était pas pour autant un Sébastien Chabal en puissance. Il était plus du genre Arwel Thomas niveau gabarit.

Il finit par retourner chercher ses baskets et les enfila à la hâte en attrapant ses crampons à la main. Il ne tenait pas à se faire réprimander une énième fois par le Tonton car « t’comprends, c’fait pour aller s’l’herbe mouillée l’crampons, pas sur l’bitume d’stade. » Avec le temps, il avait fini par imprimer le principe dans un coin de son cerveau entre les cases « I ♥ Sheeps » et « I bloody hate English people ».

En parlant de Tonton, il n’était pas encore arrivé. Il était plus de cinq heures passées et Iestyn n’était pas vraiment super chaud pour refaire de la préparation physique. Il attrapa son portable en sifflotant toujours le même air. Il entendit trois, quatre, cinq tonalités. Puis Pictes daigna enfin décrocher :

« T’es encor’en r’tard Tonton. Y’a entrain’ment ‘jourd’hui t’sais. J’t’attends au stade. »

Il raccrocha au  nez du dit-Tonton. Pas sûr qu’il apprécie mais c’était pour la bonne cause. Le sifflotement reprit. Il rangea son portable et son sac dans le casier et sortit des vestiaires.

L’odeur de pelouse trempée entraina un sourire non moins content à Iestyn, comme chaque semaine. Il prit la direction du local où étaient entreposés les plots et quelques ballons dans un filet. Cette fois, c’était la variante 1972 qui passait sur le disque :

Who beat the All Blacks,
Who beat the All Blacks,


Il se dirigea ensuite vers le terrain sur lequel il posa les affaires d’entrainement et son cul, et changeât de baskets.

Who beat the All Blacks
Good old Sosban fach.


Il profita du temps qui lui restait pour tâter la tenue des crampons sur l’herbe en tapotant les pointes contre la surface, puis entama quelques tours de terrain en guise d’échauffement en attendant que l’Oncle daigne enfin arriver. Il avait surtout intérêt.


Spoiler:
 


Dernière édition par Wales / Iestyn K. le Dim 21 Sep - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   Mar 22 Juil - 14:45

Samedi ! Jour trop cool de la semaine où il y a ni cours, ouais même pour un prof c'est la délivrance faut pas se faire des illusions à ce sujet même s'il vous adore, et où c'est total freedom ! Autant direct que Duncan c'est le genre à regarder durant la dernière minute de la dernière heure de cours du dernier jour, vous avez compris l'idée, l'aiguille qui se balance sur l'horloge jusqu'à la sonnerie. Pire que ça ! Il est même plus excité que les élèves, presque le premier à sortir en glissant dans les couloirs par la suite, et que le weekend il surkiffe à mort !

Ouep c'était le meilleur jour de la semaine pour Pictes ! Tout d'abord le lendemain, contrairement au dimanche qui est classe mais moins shiny, il y a pas cours encore donc ça voulait dire teuf le soir si besoin ! Le sens pratique de ce jour ! Et autant dire qu'il profitait à donf et comme un dingue de ce jour-là, totale impro sur toute la ligne pour cette journée, se faisant rarement un planning ultra détaillé comme une personne sérieuse et responsable le ferait. Sauf que voilà. Lui il l'était pas ! Le côté adulte et la maturité, ainsi que le tralala qui va avec, autant dire que c'est passé à la trappe.

Il y a le bon côté de la chose, surtout ça c'est le plus important, mais il y a aussi le mauvais. Un peu comme un mowgai, c'est mignon et tout doux, mais si t'as zappé de ne pas le nourrir après minuit t'es cuit dans la marmite mon potos. Et son Gremlins à lui pour cette superbe journée c'est un des neveux, Iestyn alias Trotro et cherchez pas pourquoi vous pouvez pas tester, genre qui le phone à la base ça il y a pas de blème en soi bien au contraire. Mais qu'il lui raccroche au nez ! Sérieux il y a des fessées le luc à l'air qui ont pas été faites ! Et pour quoi en plus ? Lui raconter nawak !

Bien sûr que non il y avait pas entraînement ! C'était marqué sur son calendrier là, au stylo rouge et souligné, « Trotro - Rugby ». Ah merde... Epic fail ! Ouep bah voilà ! Mine de rien le neveu il mérite quand même une fessée, point à la ligne, et s'il doit aller lui donner sur le terrain alors ok c'est volontiers qui va lui donner. Juste le temps de mettre un autre truc qu'un jean troué quand même, un peu d'tenue ça fait jamais de mal, et un t-shirt spécial gadoue & co. Transformation magical doremy, ou pas. Hop le bermuda et le haut changé, il choppe les crampons au passage pour les mettre sur le terrain tout en courant vers le stade. L'échauffement avec l’entraînement on va dire.

« Nope mais t'v'voir toi ! J'vais t'appendre à raccrocher au nez t'oncle ! Sale 'tit ingrat ! »

La délicatesse à la Pictes. Toujours un grand moment alors qu'il surveillait d'un œil le petit Walou se préparer, pendant qu'il enfile ses shoes de son côté, il s'fait déjà un cinoche dans la tête voir comment lui faire bouffer de l'herbe ! Ah oui Duncan il aime ses neveux, d'ailleurs on s'demande souvent comment ils se comprennent là avec le gallois, et parfois faut leur montrer d'une manière assez particulière bien que brutale. Rien de salace oh faut se calmer, Ladies contain your orgasms, c'est pas parce qu'il a déjà vu Trotro à trois ans sur le pot que voilà.

On tapote les shoes sur la pelouse voire si c'est bien accroché, porte-bonheur style en même temps, et voilà l'Anglo-saxon qui approche de la terreur d'champ de moutons ! Le plaquant direct au sol, à la barbare il y a pas de raison que ça en soit autrement, c'est ça aussi la beauté du sport ! Bon c'est quand même de la famille faut pas non plus abuser et piquer un poney à Mongol au passage, expression please, et faut y aller doucement. Chatouilles ! Obligé !

« 'Cuse-toi ! Sinon j'continue jusqu'à c'que t'sois 'bligé de changer d'froc à cause d'pipi accidentel ! »

Ouep Trotro ! Il déconne pas en plus lorsqu'il dit ça, déjà été testé et approuvé, et il est total ready pour recommencer l'expérience avec Walou en cobaye !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   Mer 23 Juil - 17:33

Il était loin d'avoir procrastiné depuis ce petit quart d'heure passé à trottiner, puis à faire quelques aller-retour en monté de genoux. Rien qu'avec ça, c'était le Niagara de la transpi sur ses tempes et sur le creux de ses reins. Il était très loin de s'en soucier. Comme on dit : au rugby, tu passes 90 min à affirmer que t'es pas blessé même si t'as la tronche en sang ; au soccer, tu passes 90 min à affirmer que tu es blessé juste parce qu'on t'a effleuré. On reconnait là les sports d'hommes, de vrais. Les gallois n'étaient pas connus pour être des lopettes. Ils aiment la musique, le chant et la poésie, certes, mais ce ne sont pas des lopettes. >:I

Il entama ensuite quelques largeurs de terrain en pas chassés : deux à gauche, on s'retourne, deux à droite etc. D'quoi avoir d'beaux cuisseaux m'dame, goutez-moi ça. Cet enfant est parfait, mais d'où tient-il sa malchance avec les filles ? Sans doute de sa timidité qu'il refoule dans le rugby. Ouais, l'était près à bouffer d'l'herbe et par tous l's'orifices si c'tait pour gagner, ou prendre l'onc' pour l'p'tit frère anglais. C'lui là, il le plaquerait bien au sol pour lui faire bouffer tous les vers de terres du monde, puis en faire du bara brith écrasé. Mais on n'était plus au temps de Owain Glyndwr, et c'était désormais tout en « diplomatie » qu'il fallait faire les choses. Dans le genre coup en douce mais dit tout haut. La Russie quoi (trololo).

Heureusement pour lui, la diplomatie n'existe pas sur un terrain de rugby.

Il n'avait rien vu venir. Il s'était à peine arrêté qu'il se mangeait déjà le sol. Pas le temps de souffler ni de penser « Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch », l'ennemi picte l'avait déjà plaqué sur la pelouse, chatouille au bout des doigts.

Le gallois éclata juste littéralement de rire. Du genre qu'il était déjà rouge de l'échauffement et qu'il était passé de la pêche au piment en trois secondes. Le tonton savait qu'il était chatouilleux, à peine avait-il frôlé sa taille qu'il éclatait à nouveau.

« 'Cuse-toi ! Sinon j'continue jusqu'à c'que t'sois 'bligé de changer d'froc à cause d'pipi accidentel ! »
« A-AHAHAHAH-NON ! » essaya-t-il d'articuler. « Jamais ! »

C'était juste foutu. « On va tous crever » pour ne pas citer Mme Placard. Ca avait l'avantage de muscler les abdominaux au moins. Il fallait bien trouver une utilité à la chose. Quant à savoir comment il avait deviné qui l'avait attaqué, il suffisait de voir le niveau mental de la dite-attaque qui marchait toujours aussi bien depuis dix-huit ans.

Qu'il aurait aimé qu'Ecosse soit là pour lui faire sa fête.

Après plusieurs minutes et malgré tous les spasmes de rire, Iestyn avait quand même fini par réussir à choper les poignets de Duncan pour le faire stopper. Finie la récréation, maintenant faut bosser. Dur d'avoir l'air sérieux avec un sourire comme ça.

« Allez, arrêt' maint'nant. T'veux m'faire mourir 'u quoi ? »

Pas sûr qu'il obéisse mais le gallois avait fini par réussir à se relever et à s'échapper de l'emprise de cet oncle démoniaque. Essoufflé, il prit tout de même le temps de reprendre un peu d'air, mains sur les hanches, tout en bénissant les épaulettes pour l'encaissement du choc. Tonton, c'était quand même un gabarit au dessus hein. Il se vengerait à l'entrainement, c'était certain.

Il n'avait d'ailleurs même pas commencé les choses sérieuses qu'il était déjà crade. On avait beau dire pour le fantasme masculin du combat de femmes dans la boue, c'était tout de suite moins attirant avec l'luc vert. Mais il n'était pas là pour débattre des fesses de Hulk (pas le joueur de soccer du Brésil hein).

« Bon. T'prévu quoi pour une fois ? » C'pas qu'tu viens pas souvent au rugby mais v'là. « D'passes ? D'transformations ? D'la mêlée ? »

Non parce qu'il comptait bien revêtir l'habit du guerrier gallois pour prendre tout ce qui passe pour un pushing ball et pourquoi pas d'venir aussi fort que Croustibat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   Ven 25 Juil - 15:30

Le rire de Trotro avait un truc de totalement magique, déjà parce que c'est quand même super rare de l'entendre faut quand même l'avouer, car plus il rigolait pour Duncan avait envie de continuer sur cette lancée. Forcément ! Coller une pancarte qui t'défends de fumer ou vient t'interdire de rentrer quelque part c'est l'meilleur moyen d'être sûr que ça sera pas respecté, liberté de chacun merde quoi, et là c'était exactement pareil le fait qui couine de le laisser tranquille. Meilleure façon de l'encourager à continuer l'oncle !

Mais bon Pictes il l'aime son neveu, même lorsqu'il est chiantos à mort en lui raccrochant au tel comme un 'tit con, et le voir rire il kiffe pas mal. Même quand c'est forcé comme maintenant. Après tout le rire c'est trop le signe de joie par excellence, avec le sourire qui shine tellement qu'il faut des lunettes d'soleil pour s'en protéger, donc dans la logique des choses lorsqu'il entend quelqu'un de la fratrie qui rit c'est que tout est 'k et ça c'est cool. Il les adore heureux, avec la banane aux lèvres, même quand il lui casse l'pieds pour rester poli.

Gentleman qu'on vous dit ! La preuve l'Anglo-saxon laisse faire Iestyn quand il lui choppe les poignets, tant qu'il fait pas comme l'dos et qu'il vient pas lui péter c'est total 'k, avec un sourire qui disait qu'il était trop fier de ce qu'il venait de lui faire subir. Ouep c'est comme ça qu'il faut apprendre le respect aux jeun's ! Et peut-être aussi avec une fessée, ouep toujours mieux qu'une giffle faut l'avouer, même si en réalité il n'avait jamais ô grand jamais donné ce genre de traitement ou autres à leur encontre. Il avait une mère pour ça hé ! L'éducation c'est une affaire de femmes, hop là rien de macho ou quoique ce soit d'autre, elles gèrent juste largement mieux que lui !

« Ouep ! Même si t'mérites plus qu'ça pour l'coup d'phone que t'm'as passé ! »

Ah ouep en revanche il est rancunier comme pas deux, les crasses qu'on peut lui faire il les rend jusqu'à la moindre 'tite pièce de centimes, et il en faut pas mal pour s'faire pardonner ! Bon sauf les neveux, et le reste de la famille aussi faut pas trop déconner, qui ont un pass exprès qui garanti qu'il fera pas trop longtemps la tronche. Duncan avait beau avoir plus de trente ans, même si parfois on a un doute mentalement hein, bah il fait encore du caca boudin comme s'il en avait cinq !

En tout cas il pouvait vraiment pas s'empêcher de pouffer, rire hein pas faire la pouffe j'vous rassure, en voyant le derche vert pelouse de Trotro ! Mais quelle idée d'mettre du blanc aussi punaise ! Vengeance ! C'était déjà un début en tout cas, ouep or de question de s'arrêter en si bon chemin après tout, si le neveu voulait en chier -pas littéralement nope- alors il allait réaliser son vœu ! Se relevant aussi, parce que nope Duncan n'allait pas rester le luc par terre à le regarder bosser, toujours avec son sourire du vainqueur sur la face.

Pour une fois ?! Mais il s'foutait d'lui en plus ! Arg ! S'il y avait bien des choses que Pictes supportait pas, encore plus que l'machine à café de la salle d'profs pour dire le level là, c'était qu'on se foute de sa tronche ! C'était officiel ! Trotro il allait grave souffrir durant cette séance, déjà c'était obligé que l'objectif était de l'faire revenir à plat ventre dans l'aile, et il serait pas prêt de l'engueuler parce qu'il est à la bourre au rugby ! Quand on attaque un empire, l'empire t'en met pleins la gueule ! Ou un truc du genre, c'était dans un film en tout cas.

« Vu t'level faudrait tout faire, ç'serait pas d'luxe en fait ! »

Bim ! De rien c'est total gratos, pas besoin de remercier au passage, love you quand même ! Bon c'était pour l'énerver et l'emmerder un bon coup, genre ça faisait déjà deux jours que Duncan l'avait pas embêté donc forcément ça pique trop, même si dans l'fond faut pas croire mais il est plus que hyper méga super fier de Walou ! Lui et de ses frères, faut pas les oublier quand même, genre ils pourraient faire nawak qu'il serait quand même fier d'eux. L'amour familial aveugle c'est beau.

Prenant un ballon, faisant signe au petiot de reculer le plus possible, si comme si on dirait qu'ils allaient s'entraîner à faire des passes gentiment bah c'était bien mal connaître Pictes ! Nope parce que là c'était pas avec ça que l'tite vengeance personnelle ferait son bout d'chemin, fallait lui donner des bleus et des courbatures dans la limite du raisonnable, tout en montrant la virilité de ce sport pour les hommes ! Ah oui au moins les deux s'entendaient sur le fait qu'il y avait rien de mieux que le rugby, dénigrement puissance 1000 du foot au passage, il y avait aussi l'art mais c'est une autre histoire.

« T'but c'est d'passer l'poteaux ! T'as intérêt à courir vite parce que si j't'plaque c'est deux tours d'terrain ! »

Ouep il lui annonça tout ça en braillant aussi fort qu'il pouvait pour que Trotro l'entende à l'autre bout du terrain, bien qu'il aurait fallu être plus que sourd pour pas l'entendre, lui lançant donc le précieux ballon. Lui laissant deux trois secondes, le temps que ça capte dans l'cerveau quoi, et il approcha en courant de lui. Règle n°1 du rugby t'as intérêt à avoir des bonnes jambes ! Règle n°2 'tention à pas t'prendre un coup par t'oncle qui veut à moitié ta peau ! Compris ? 'K ! C'est parti !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   Mar 5 Aoû - 11:47

« Eh. »

Seule réplique pour le coup du « ça t’ferait d’bien un bon coup d’décrassage ». La moue galloise trahissait on ne peut plus le bon boudage. Duncan en manquait pas une pour le provoquer et il avait tapé dans le mille. Iestyn allait se venger. Prend garde à toi Tonton. Les ancêtres ont peut-être baissé l’froc devant les anglais, mais lui, ne se ferait pas avoir par toi. Famille ou pas. C’était même encore mieux pour se taper dessus genre ambiance malsaine chez les anglo-saxons mais ils s’aiment tous autant qu’ils haïssent l’envahisseur. T’sais ? Le truc inutile avec des gros sourcils qui pète plus haut qu’son cul avec son accent londonien. Demi-frère ? Ouais et il s’en serait passé. Mais l’même culture. Il aurait fallu l’foutre chez les germaniques. Et pis, t’vas voir si l’empire va t’en mettre plein la gueule. Il attend de voir.

En attendant en effet, il ponctua le pouffement précédent de Tonton par deux doigts, paume vers lui, en direction du-dit Tonton. Eh. Fais pas chier. Il avait que ça comme fringues et t’façon, même sur du noir ça s’voit qu’t’chié dans l’froc.

« C’toi qui faudrait décrasser. T’viens jamais à l’entrainement et t’commences à avoir l’bide à bière. »

Idem. C’était gratos et totalement genre raciste de l’anglais. C’tait un peu l’but aussi. Il ne s’attendait pas ce que son oncle lui fasse de cadeau et encore moins sur le terrain. Si Iestyn avait la possibilité de lui en mettre plein la gueule, il le ferait. Du genre j’te mords l’oreille – et pas sensuellement – et j’te pète les côtes à coups de coude. C’est beau l’amour entre oncle et neveu.

Il recula d'une bonne trentaine de mètres au signal de Duncan et écouta attentivement les instructions, ballon reçu dans les mains après un lancé digne de la puissance d'un phoque en plein faisage de graisse. 'K 'K, c'tait pas compliqué comme exercice mais Iestyn était sûr et certain qu'il allait en chier sa race comme jamais. Il pourrait faire le con et courir dans l'autre sens parce que Tonton, dans s'n'envie d'lui mettre l'raclé de s'vie, il a oublié de préciser quels poteaux : devant ou derrière. Et 'pis t'façon, c'pas deux tours d'terrain qui lui faisait peur. Il avait survécu à la vue d'cul d'Ecosse, 'l'pouvait sortir vivant d'ça.

Il calât le ballon contre son torse. Il était prêt maintenant. Et Pictes lui fonçait déjà dessus.

Ohputainohputainohputainohputainohputainohputainohputainohputain

La surprise resta deux secondes, puis changea le gallois en une sorte de super guerrier. Transformation Magical Dorémi alors qu'il démarrait à la vitesse de Speedy Gonzales et fonçait en direction de Pictes avec la pure et simple envie de lui en foutre plein la gueule. Fallait qu'il lui pète les pattes arrières jusqu'à ce qu'il ne puisse plus marcher. Ouaip, il allait regretter ses absences au rugby, c'tait sûr.

En attendant, le gallois faisait ce qu'il pouvait pour esquiver le picte qui lui fonçait dessus comme un anglais fonçait dans un pub un vendredi soir. Eh, il était en train de crever là, l'était pas Usain Bolt, le sprint c'tait pas s'spécialité mais tant qu'il échappait au Tonton Vengeur, tout lui allait. D'ailleurs, les poteaux étaient en vue, l'esquive avait marché. Motherfucking soulagement de quelques secondes ... jusqu'à ce qu'il rencontre le sol.

Réflexe 1 du Gallois au rugby : s'recroqueviller pour qu'l'ennemi n'chope pas l'ballon jusqu'à c'que l'assaut s'termine

Réflexe 2 : s'relever en f'sant l'gueule parce qu'on est un mauvais perdant

« CACH ! »

... et hurler un bon gros « putain » dans s'langue natale parce que c'soulage l'moral.

Réflexe 3 : exécuter l'punition d'deux tours d'terrain en ruminant s'n'amour propre passé aux oubliettes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)   

Revenir en haut Aller en bas
 
BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BOUGES TON CUL, FEIGNASSE ! | pv : Tonton (Abandonné)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Memoires de Jacques Mesidor: Un tonton macoute ne peut pas etre un mapou
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: