AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Ven 13 Sep - 21:27

Se mêler des affaires des autres était une spécialité française. Surtout lorsqu'il s'agissait de leur vie sexuelle.
Il y avait un moment maintenant que Francis observait ses camarades Italie et Allemagne – et là vous le voyez déjà venir, pourtant il n'a rien d'un précoce. Mais il ignorait ce qui le déconcertait le plus. La candeur à toute épreuve d'Italie... ou l'indécision persistante – assurément, c'était de l'indécision ! – d'Allemagne. Qu'une relation potentielle tarde tant à être consommée lui était absolument intolérable.

Or que faisait un français lorsqu'il souhaitait partager l'immense plaisir qu'il prenait toujours à faire une connerie mettre toutes les chances de son côté ?
Il multipliait son cerveau par trois.
… Par un et demi... Par un demi. Bref, il appelait ses deux meilleurs amis. Et que l'un d'eux soit l'aîné d'Allemagne s’avérerait forcément un avantage. Si.

Un week-end, Espagne et Prusse avaient donc été conviés à un atelier cuisine assez particulier. Francis n'avait pas cherché à donner le moindre détail, partant du principe que le prétexte « bouffe » serait un appât suffisant. Surtout pour l'espagnol qui avait la disposition physique et mentale d'une laitue. C'est-à-dire qu'il attendait volontiers, et souvent avec succès, que l'huile et le vinaigre lui tombent dessus.
Bisou. ♥

Le jour dit, il se trouvait déjà dans les locaux réservés au club de cuisine, à préparer les ingrédients dont il(s) aurai(en)t besoin... en chantonnant la recette pour un cake d'amour de Peau d'âne, refermant placards et frigidaire au moyen de coups de hanche savamment placés. Il avait maintes fois essayé ce cake, et maintes fois soutenu qu'il fonctionnait – mais difficile de juger de l'efficacité d'un aphrodisiaque quand on était soi-même enclin à désirer tout ce qui bougeait, n'est-ce pas et même ce qui ne bouge pas, adorable petite chaise ♥.
L'ingrédient secret dans la poche, il attendait ses deux camarades plus ou moins patiemment, s'activant en rythme dans la cuisine.

« Choiiiisissez quatre... ! choisissez quatre œufs frais ♪ Qu'ils soiiiient du mat'... qu'ils soient du matin frais ♪ Car à pluuuus deee viiiingt jouuuurs... ♪ Un poussin sort tou... un poussin sort toujours ♪ » Et si quelqu'un n'est pas content, on lui chante du Montagné. Mais en parlant de lui et de poussin... « Gilbert... ?! Antonio ?! » Il avait appelé ses deux meilleurs copains à tue-tête. Il exultait. Chacun irait de sa petite idée pour pousser Allemagne et Italie dans les bras l'un de l'autre. Ce serait merveilleux. Orgiaque. Un genre de petit conseil étudiant matrimonial. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Lun 30 Sep - 0:43

(Bon, mon excuse est recevable je crois, mais désolée du retard quand même ^^')


En Espagne aussi, on aime bien mettre son nez dans les affaires des autres. Sauf qu'il s'agit alors de commenter copieusement, à la rigueur de semer ou d'alimenter la rumeur, mais en aucun cas d'intervenir de quelque manière que ce soit, pis quoi encore. Ce genre d'implication, c'est tout juste bon à apporter des ennuis.
Et à faire des histoires.
Espagne a horreur des histoires. C'est dire à quel point les choses peuvent parfois devenir complexes, à côtoyer préférentiellement des specimens qui semblent s'en être fait leur leitmotiv.
La plupart du temps, néanmoins, le côté périlleux des diverses démarches entreprises n'était pas suuuper flagrant. En amont, s'entend. De fait, il lui arrivait ponctuellement de se demander si ce n'était pas tout simplement le talent caché de certains de ses proches que de rendre tout, absolument tout et n'importe quoi, susceptible de provoquer retenues/conflits/embrouilles en tous genre. Mais le questionnement n'était généralement pas poussé plus avant. C'est fatigant, et puis ça n'sert à rien.

En ce qui concernait l'allemand psychorigide et le joyeux petit rital... oui, à coup sûr, la relation pouvait sembler ambiguë à tout oeil pas trop-trop fermé, pas trop-trop obtus. Bien sûr, rien n'était concret ni prouvé, mais franchement, il devait bien y avoir quelque chose qui motivait, jour après jour, le germanique à veiller avec tant de dévouement sur un condisciple qui se distinguait, outre par sa propension à déclencher des catastrophes et le bordel, par une personnalité complètement aux antipodes de la sienne, pour autant qu'Espagne puisse en juger, vu qu'il pratique pas des masses Allemagne. Maiiis ok, ok, ça reste de l'ordre de la supposition. Ceci dit, même si cela devait s'avérer exact, il restait persuadé pour sa part que le mignonnet Feliciano était bien trop innocent pour que les choses aillent plus loin. Et qu'Allemagne était bien trop coincé pour prendre les choses en main.

En tous cas, il était loin, loin, trèèèès loin d'imaginer que France avait tout simplement décidé de le faire à la place dudit Allemagne - non, pas de tripoter Italie (encore que...), mais de prendre les choses en main (France, on ne parle pas de CES choses. Lâche !! Lâche ça de suite !!!).  De fait, ce fut dans une merveilleuse inconscience des joyeusetés à venir que ce weekend-là, le représentant de l'Espagne s'empressait - voui, on peut s'empresser tout en traînant les pieds, figurez-vous - vers la salle du club de cuisine, à tire-d'aile même, tel un brave pigeon pétri d'innocence stomacalement concupiscente. On lui avait promis à manger, oui ; du moins, l'avait-il entendu ainsi. Mais roh, y a pas qu'ça, non plus. Espagne n'a que la loyauté à la bouche... lorsque ce n'est pas une tomate. En camarade dévoué, il était tout prêt à, par exemple, servir de testeur à une éventuelle merveille culinaire tout juste mise au point. France était, en sus d'un bon ami, un bon cuisinier. Deux bonnes raisons de bouger son (royal) arrière-train dûement convoqué avec le reste de sa personne. Et de ne faire aucune remarque sur les beuglem.. sur les mélopées enchanteresses qui emplissaient le local au moment où il finit par se pointer, derrière un immense sourire rayonnant.


"Hola!!"  Et de se laisser tomber sur une chaise sans se départir de sa risette réjouie, déjà en train de se saisir de tout récipient laissé à sa portée pour en checker le contenu, avec un bel enthousiasme. "Qu'est ce que tu prépares ? C'est pas trop long ? Eh... ça a l'air bon, ça...!"


Espagne, retire tes doigts des ingrédients.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Mer 2 Oct - 1:39

Ooooooooh yeah !
Un week end épique en perspective !

C’était tout souriant, voire excité, à l’idée de retrouver ses amis de toujours, que Prusse s’était mis en route vers le club de cuisine. Qui dit cuisine dit nom nom nom ! Il espérait juste ne pas avoir à s’y coller. Les talents culinaires du Prussien se limitaient à des similis de pâté, semblable à de la terre, portant l’étiquette « gâteau awesome, ne pas toucher ! » …. Dans le doute ou quelqu’un passe par là et prenne vraiment cela pour de la terre…
En revanche, si France se mettait au fourneau …. Il en salivait d’avance !
Ouaip, il doutait encore un chouillat quand à ce que pouvait produire l’espagnol, mais il serait bientôt fixé.

En chemin, Prusse repensa aux relations qu’avaient son frère et Italie. Deux types géniaux, pour sûr ! Mais c’était juste de bon amis, de très bon amis. Oui, rien de plus. Juste des amis.
Allemagne avait suffisamment d’Awesonness pour faire ce qu’il voulait, même si cela impliquait de reproduire le contenu de certains magazines… Mais si vous savez ! Ces magazines qui circulent avec plus ou moins de discrétion dans la famille et dont le contenu est pour le moins … Génial ! De l’art à l’état pur ! Si si, je vous l’assure ! Vous voulez jeter un œil ? Non ? Bon bon …

Naaaaaoooooon !

Une vision venait de traverser son esprit pervers mélangeant Italie, Allemagne, du latex, une cravache et autres gadgets dont l’utilisation restait très peu catholique. Le côté pas cool de lire trop de ces magazines faisait que la moindre pensée de Prusse s’en trouvait légèrement décalé.

Ok ! Ils étaient de très bons amis, mais c’était tout ! Rien de plus ! Et s’il y avait autre chose il ne voulait pas le savoir !
Pour se changer les idées, il caressa la petite boule de plume enfoui de la poche de son sweat.
Aaaaaah ! Le mignon, le magnifique, le sublime, que dis-je l’Awesome Gilbird !
Pouah, rien de plus efficace pour se purifier l’esprit après cette pensée pour le moins répugnante. Purifier, du moins autant qu’un esprit prussien puisse être pur….
Il commençait déjà à penser à autre chose qu’a la mèche italienne frétillante et son propre frère qui…

Quoique le plus efficace pour ce changer les idées était encore de retrouver Espagne et France. Là au moins il était sûr de parler d’autre chose que d’Allemagne ou d’Italie, puisqu’aujourd’hui c’était atelier cuisine !

Dernier arrivé, mais cela n’avait pas d’importance car le trio était enfin réunit !!!
Il entra dans la salle en furie, tout en affichant ce sourire Prussien indéfinissable.

- Heyyyyy !  Qu’est ce qu’il y a au programme ?


Bien que Prusse soit awesome et qu’il ne doute en aucun cas de ses propres dons dans l’art de faire la cuisine, il préférait suivre les instructions de France qui avait déjà les mains à la pâte…. Par pur amitié hein ! Pas comme si le blondinet pouvait lui apprendre quoique ce soit … ksesesese !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Mer 9 Oct - 15:57

Francis avait déjà la main à la pâte, en effet, exactement comme il aurait eu la main au derrière d'Espagne d'une jolie fille – mais alors un peu flasque, le derrière, mon chou : d'après lui, une façon d'apprécier pleinement la cuisine était d'assumer sans réserve la dimension sexuelle qu'elle renfermait ; car le potentiel sexuel est un droit auquel peut prétendre tout, absolument tout ce qui compose ce si joli monde, n'est-ce pas – et non, je refuse de pousser l'horreur plus loin en ayant le vice de développer.

Le sourire qu'il arborait depuis un moment déjà s'élargit sensiblement lorsque Antonio, puis Gilbert firent leur entrée avec la gaieté et la fougue – et la dalle – qui les caractérisaient. Les considérant tour à tour avec affection, Francis ne s'empressait pas de répondre à leurs questions. Il savourait l'efficacité de son appât et gardait un petit air énigmatique ; celui de La Grande Connerie À Venir. Drapé dans son – pour l'instant impeccable – tablier blanc, il avait l'allure fière d'un grand Chef Pâtissier – faites comme si.
Afin de parfaire le tout, il s'empara du premier ustensile de cuisine qui lui tomba sous la main – oh, un fouet, comme c'est cocasse – et l'agita énergiquement avant de déclarer, la voix gonflée d'une solennité... défaillante – toujours, quand il s'adressait à ses meilleurs potes.

« Une bonne action ! »

Il désigna les ingrédients qui parsemaient la table – ceux-ci disaient cordialement coucou à Espagne et lui soufflaient des bisous tendres, les framboises surtout. En plus du gâteau enchanté que Francis destinait exclusivement au futur et heureux couple que formeraient bientôt Allemagne et Italie du Nord, il y avait de quoi confectionner de petites tartelettes salées et des Puits d'amour aux groseilles, aux framboises, et au chocolat-mirabelles – si je veux, d'abord. Ses yeux pétillaient.

« … Et pour ça, je vais en appeler à toute votre créativité. Je fournis le carburant : des petits fours et des pâtisseries. » Il agita de nouveau son fouet et eut un... comment appeler ça. Un frénétique haussement des sourcils – vous savez, celui qui se veut éloquent et entendu, voire franchement pervers. C'est qu'il s'apprêtait à leur dévoiler la raison pour laquelle il les avait conviés ici. Avec un naturel et un sens de la transition effarants, il leur demanda, en se penchant vers eux pour les faire entrer dans la confidence.

« Vous pensez quoi d'Allemagne et d'Italie... ? Ensemble, s'entend. » Il adressa un petit sourire engageant à Prusse – tous deux ne voulaient que le bien de son frère, é-vi-dem-ment – et plus engageant encore – d'un réconfort tout relatif – à Espagne, pour lui confirmer qu'il en serait bel et bien, aujourd'hui encore, comme toutes les autres fois. Il poursuivit pensivement après avoir déposé son fouet sur la table. « Y a un truc qui coince... » Très distraitement, avec une petite grimace ennuyée, il fit en même temps le geste de former un rond avec le pouce et l'index de la main gauche et de pénétrer ledit rond à trois reprises avec l'index de la main droite. « … Et on va faire tout notre possible pour que ça coince plus. » Il eut un hochement de tête déterminé qui acheva de donner à tout cela un air de mauvaise publicité pour lubrifiant.

« Antonio, mon chou. Tes réactions. Tes idées ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Lun 11 Nov - 3:11

(Je suis... mais désolée à un point que même pas tu peux te l'imaginer même si tu as l'habitude de laver toutes tes chaussettes à la main et de rempoter des bégonias au mois de février. J'ai chopé mon organisation now, j aurai plus de retard ^^')


Dans ses efforts inconsidérés pour gratter deux ou trois de ces ingrédients éhontément étalés sous son regard d'estomac ambulant - oh, les jolies framboises - qui semblaient vouloir à toute force lui sauter dans les mains, il se donna toutefois la peine de s'interrompre le temps d'accueillir d'un petit signe le prussien entré juste après lui, et attendait que France finisse par annoncer ce qu'il avait à dire - ça va, hein. A la limite, pendant quelques instants, aussi peu probable que ce soit venant de lui, on aurait pu croire à un simple atelier un-qui-cuisine-deux-qui-bafrent, mais là, tout espoir était mort. Une mise en scène comme celle qu'il vient d'instaurer, ça sent clairement l'sapin.
Et à l'instant même où tomba la sentence, coupante, impitoyable et sans appel comme la sonnerie d'un réveil des années 70, Espagne saisit toute l'étendue du coup fourré. Un plan à la Francis, sans filet, si ce n'est celui que le françois réussit toujours à trouver au fond d'une poche en cas de passage d'un poisson qui lui semble comestible.

Une bonne action ; rien que ces trois mots laissaient présager toute l'étendue des possibilités : catastrophe, cataclysme, cata... tonie ? Mais il fallait bien avouer que France savait introduire (chut.) les choses avec classe genre il te la met profond mais avec vaseline. Bref, il fallait dès à présent se détourner de ce gueuleton aux allures de bonbons devant la camionnette blanche, car le sujet était lâché.

Allemagne et Italie.

Et y a même pas moyen de faire semblant de pas comprendre :  avec France, les choses sont explicites ou ne sont pas. Okay, okay, t'emmêle pas les doigts, c'est clair. Et ce qui est tout aussi clair, c'est que Ça Allait Mal Finir. Pourquoi ? Parce que Ça Finit Toujours Mal quand on s'occupe des caleçons des autres, mon ptit France. Tu veux pas, disons, qu'ils se contentent de débattre des probabilités pour que Allemagne et Italie arrivent à se démerder tout seuls, en ricanant comme trois concierges portugaises ? Non ? Arf.

Soyons quand même honnêtes : ça aurait pu être pire, comme plan foireux. Voire même carrément dangereux. Si France avait eu une brillante idée d'accouplement du genre Allemagne et Liechtenstein, ou Italie et Biélorussie... Non, tout compte fait, on s'en sortait pas trop mal, si tant est que Prusse ne tourne pas soudainement de l'oeil à l'évocation de la potentielle vie  sexuelle de son pitit frère... Boah. Non, il fréquentait le pire pervers du coin, il devait être blindé. Ah bah alors du coup, Espagne peut dire clairement ce qu il pense, non ?


"Baaah, je dirais qu'y a pas un truc de coincé, mais plutôt deux : Italie et Allemagne - perdóname Gil, mais faut voir les choses en face, ton frère est pas spécialement le gars le plus détendu du coin. Et Felicianito, il est mignon tout plein avec una cara de cariño, mais il est aussi dégourdi qu'un calamar cuit.... Ça manque de PASIÓN."


Définitivement, ces framboises étaient attractives. Il en faucha une l'air de rien, couvrant les éventuelles protestations du pâtissier par une "idée" Alakon.


"Y'a qu'à les enfermer ensemble dans un placard et laisser faire Very Happy"


Sur que là, pour le romantisme tu peux repasser, mais la passion, elle y sera. Surtout quand Italie paniqué se mettra à braire pendant qu'Allemagne tentera de défoncer la porte à coups de latte, le tout dans un espace clos d'un mètre carré. La classe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Jeu 3 Juil - 18:18

Les ingrédients l'appelait lui aussi. C'était même pas de quoi préparer quelques gâteau : Ca avait l'air d'un buffet gaulois en bon et dû forme et il en profita pour piquer quelques framboises discretos au passage (Si Tonio le faisait il voyait pas pourquoi il ne pouvait pas le faire aussi. Enfin, faites gaffe de laisser des framboises pour la recette, quand même).
Il écoutait attentivement les délibération concernant son petit frère, encore hanté par les pensées absolument dé-gueu-lasse qu'il venait d'avoir à son sujet. Il préférait essayer d'effacer ça de sa mémoire en noyant sa honte et son dégoût dans les framboises.

 « Vous pensez quoi d'Allemagne et d'Italie... ? Ensemble, s'entend. »

Ah oui...Il en pensait beaucoup. Ça crevaient quand même un peu les yeux qu'il y avait quelque chose, bien que le prussien préférait se voiler la face : Pour n'importe qui d'autre, pas de soucis pour détecter avec une efficacité remarquable qui avait un crush monstrueux sur qui et aller les pousser l'un dans les bras de l'autre, surtout si c'est un poto : Sur ce point là il avait un comportement proche du français. Mais alors pour Ludwig...C'était une autre paire de manche ! Ca lui fait très bizarre d'imaginer son petit frère choupi mignon adoré avec quelqu'un. Mais il était temps de se faire une raison mon petit Gilbert : Ca fait longtemps que West a du poil au torse et a donc atteint l'âge raisonnable pour avoir une copine, ou dans ce cas précis, un copain.

« Y a un truc qui coince... »
NON FRANCE ARRÊTE CE MOUVEMENT OBSCÈNE SUR LE CHAMP.
Ses yeux, son âme, son innocence (je vous jure qu'il en a encore un tout petit peu) venait de fondre.
« … Et on va faire tout notre possible pour que ça coince plus. »

Et c'est un bon million d'image dégueulasse ambiance cuir,cuir,moustache qui déferla dans la pauvre petite tête de l'albinos, dont je ne ferais pas la description parce qu'il me reste un peu d'innocence à préserver.
Fatal error...Reboot dans 3 ,2,1....
Au redémarrage, il prit une pose un peu dramatique en braillant à travers la salle :
« MAIS FRANCIS CA VA PAS ! Parle pas de mon frère comme ça, ça me fiche tellement d'image dégueu en tête que j'en frôle la crise cardiaque !

"Baaah, je dirais qu'y a pas un truc de coincé, mais plutôt deux : Italie et Allemagne - perdóname Gil, mais faut voir les choses en face, ton frère est pas spécialement le gars le plus détendu du coin. Et Felicianito, il est mignon tout plein avec una cara de cariño, mais il est aussi dégourdi qu'un calamar cuit.... Ça manque de PASIÓN."

Encore sous le choc, il n'eu pas le temps ni l'énergie pour faire une remarque, mais il était plus ou moins d'accord : Allemagne n'était pas très...Dégourdi sur ce point là, pour ne pas dire carrément coincé. Et Italie bhen...C'était Italie, et que dire de plus que la magnifique métaphore calamaresque qui résumait très bien le personnage. Il aurait bien fait une comparaison à base de wurst molle, mais il fallait y aller molo sur les images douteuses maintenant.

"Y'a qu'à les enfermer ensemble dans un placard et laisser faire "

….Ah non mais là c'est de l'acharnement. Il manqua de s'étouffer avec une framboise en plus. Ça frôle la tentative d’homicide à ce stade là !  Gilbert toussa bruyamment pour dégager sa gorge :
« Dites les gars, au lieu de faire les commères, ça vous dirait pas de vraiment cuisiner ? Non parce que je pensais qu'on était là pour ça à la base »
Il sortit Gilbird de sa poche pour le mettre dans son cou, lui grattouillant gentiment le haut de la tête. Ça le calmait un peu après tant...De débauche mentale.
« Ah ouais et puis si on pouvait éviter d'évoquer d'un quelconque manière la vie sexuelle de mon p 'tit frère, ça serait génial. Non parce que sinon je pense que je vais vomir ou un truc du genre avant d'avoir finit le gâteau. Et j'pense pas que vous voudriez d'un gâteau au dégueuli ! »
On avait dit "cuisine français", et pas "cuisine anglaise".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Dim 13 Juil - 14:38

Francis savait qu'il pouvait indéfectiblement compter sur ses deux meilleurs amis pour aborder la Chose Sexuelle – au sujet et à l'insu d'un tiers, certes, mais c'était accessoire, n'est-ce pas. Enfin... presque. De fait, il y en avait parfois un qui se révélait plus difficile à convaincre qu'un autre – généralement Espagne. Ici, un très heureux concours de circonstances avait permuté les rôles habituels et les avait mis, Espagne et lui, face au délicieux traumatisme d'une tante Gilberte indignée. Francis eut un gloussement ravi, puis un éclat de rire.

«  Des images dégueulasses ? T'as besoin d'en parler ? Dis-nous en plus, mon poussin, on est là pour ça. ♥️ »

Inutile de préciser qu'il n'existait pas d'images dégueulasses pour Francis – et là encore, je me dispenserai d'y réfléchir plus avant. Il accueillit l'intervention d'Espagne avec enthousiasme, hochant frénétiquement la tête en arborant un petit sourire crétin.

« Et encore ! » ajouta-t-il. «  Vu l'énergie avec laquelle Feliciano bouge parfois les mains et les bras, c'est très prometteur, au fond. » Il eut encore cet improbable mouvement de sourcils pour appuyer ses deux derniers mots et, armé d'un sourire affectueux mais intraitable, s'empara du bol de framboises pour le mettre hors de portée des quenottes prussiennes et espagnoles.

« Je doute très fort que t'aies eue l'intention de cuisiner en venant ici, mon poussin. Je me trompe ? ♥️ Et l'idée d'Antonio est bonne. Mais un placard, ça serait encore un peu trop confiné, vous croyez pas... ? Faudrait pas que ça tourne à l'horreur... » Il eut un court moment de réflexion. C'est qu'avant d'amener l'idée du cake d'amour, il lui semblait nécessaire de rallier Prusse à leur cause pour de bon. Ce qu'il fit... plus ou moins brillamment.

« Mais réfléchis donc, Gil'. T'as l'occasion de mettre en place ce qu'il y a de mieux pour ton petit-frère chéri. Feliciano est parfait pour lui. ♥️ Sinon, il pourrait tomber sur quelqu'un d'autre, que t'approuverais beaucoup moins, et avec qui ça risquerait de vraiment mal finir et... » Francis, très souriant, perdit progressivement en assurance et, dans un haussement d'épaules mi-navré, mi-joyeux, admit de bon cœur que son argumentaire était complètement bidon. Il reprit avec plus d'aplomb. « Mais c'est curieux, quand même, que tu deviennes aussi réticent quand il s'agit de la vie sexuelle de ton frère. Qu'est-ce que ça change ? Tu es Prusse, pas Prude. » Il eut un air rêveur qui en disait effroyablement long sur ce qui se jouait maintenant dans son esprit corrompu. « Puis ça n'a rien de dégueulasse, au contraire. ♥️ Allemagne est tellement joli qu'il rend la Sexualité parfaitement envisageable et permet de dépasser toutes les inhibitions. ♥️ » Distraitement, il entreprit d'éloigner tous les récipients de ses deux amis – des fois que Prusse mette sa menace à exécution Very Happy – et poursuivit en gloussant, bien décidé à obtenir une coopération totale. « Enfin, si tu préfères, on peut toujours parler de la vie sexuelle du concierge. Ce bon vieux Mario bedonnant dont la raie des fesses est toujours apparente... Tout ce qu'il y a de plus artistique. ♥️ Mais là... J'ai peur qu'Antonio ne se mette à vomir aussi... » Il eut un battement de cils très tendre pour Espagne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   Sam 4 Oct - 23:09

«  Des images dégueulasses ? T'as besoin d'en parler ? Dis-nous en plus, mon poussin, on est là pour ça. ♥ »

Antonio ne voulait vraiment pas savoir quelles images pourraient traverser l'esprit de Gilbert, et encore moins avoir droit aux commentaires et avis de Francis sur le sujet. Pas qu'il soit prude, loin de là, mais bon il n'avait vraiment pas envie d'imaginer Ludwig et Féliciano en train de faire ça. Surtout au vu des magazines cochons que l'allemand dissimulait sous son lit et que le prussien leur avait une fois montrer pour rire. Même Francis, pourtant expert en la matière, avait déclaré qu'il avait appris quelques trucs utiles ce jour-là, c'était dire...

Cependant, ça valait le coup rien que pour voir la figure choquée de "tante Gilberte". Le prussien avait une expression tellement horrifiée que l'espagnol ne put se retenir d'en rire, comme le français.

Il laissa Francis continuer de déblatérer et essayer de convaincre de prussien de rallier son idée, quelle qu'elle soit. Parce qu'Antonio n'était pas dupe, pour qu'il aie refusé son idée comme ça -alors qu'elle était très bien, il était absolument certain que Ludwig sauterait rapidement sur Féliciano, ne fusse-ce que pour faire taire ses jérémiades en l'embrassant- c'était que Francis avait déjà son idée en tête sur "Comment réunir Allemagne et Italie" - dans tous les sens du terme. Eux, ils n'étaient là que pour l'aider à accomplir son projet.

Laissant à regret ce qu'il restait de framboises, il écouta d'une oreille distraite le blabla du français et régla plutôt leur sort à une poignée de tomates bien rondes, bien rouges et bien juteuses qui traînaient non loin. Si belles, si savoureuses ces délicieuses tomates pensa-t-il, un air béas sur le visage. Il devrait peut être en ramener aux dortoirs et en donner à Lovi. Alors l'italien lui sourirait doucement et...

La réalité le percuta de plein fouet et il redescendit brusquement les pieds sur terre en entendant Francis évoquer la vie affective du concierge..

"No Francisco, tout mais pas ça! Si tou en parles, ye vais en faire des cauchemard!"

Il préférait être privé de tomates pendant un mois, être forcé de manger de la nourriture anglaise... non quand même pas, ça c'était au-delà de tout, que d'imaginer la vie sessouelle du vieux sexagénaire grisonnant, en net surpoid, aux cheveux graisseux et au pantalon tombant qui dévoilait une généreuse -et horrible- portion de ses fesses flasques et molles.

Préférant en revenir à leurs moutons -et éviter au passage un sujet dégoûtant qui risquerait de les faire gerber tous les trois-, il coupa rapidement cours à cette dangereuse dérive.

" Ye souppose que si tou nous a fait venir ici particoulièrement, c'est qué tou avais déjà oun idée derrière la tête - une raison autre que de pouvoir les appâter en leur promettant de la nourriture made in France s'entend. Alors, qu'est-ce-que tou comptes faire amigo?~"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recette pour un cake d'amour ♥ [Prusse et Espagne :B]
» Une recette simple et utile pour contrer le choléra
» Civet de lapin aux épices
» Pétition pour sauver les galgos. (lévriers espagnols)
» Réalisation d'une anthologie de poème ._.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 2-
Sauter vers: