AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Papa polonais pas très plombier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Papa polonais pas très plombier   Jeu 27 Nov - 22:21

Mini-fiche de présentation du PNJ


Józef  Łukasiewicz


Nature du lien familial : Père
Age : 62 ans
Profession : Ouvrier dans une usine automobile
Domicile : Varsovie, Pologne
Langues comprises et/ou parlées : Le polonais est sa langue natale.
Il comprend et parle le russe presque couramment bien qu'il n'acceptera jamais de l'avouer.
Il comprend l'anglais même s'il le parle de façon relative.

Liste des liens : /






Description physique :
Une chose est certaine, Feliks n'a certainement pas pris de son père au niveau du physique. L'homme est une armoire à glace, culminant à un mètre quatre-vingt-neuf, il est surtout épais. D'une corpulence carrée, l'âge ne lui a pas retiré une ferme musculature, témoin de longues années de travaux physiques. Néanmoins, les années lui auront tout autant octroyé un ventre à alcool certain. Les cheveux noirs émaillés de mèches grises et blanches sont en bataille, plutôt courts, tandis qu'une naissance de barbe perdure sur sa mâchoire carrée, la bouche tirant vers le bas , l'air peu aimable, voire carrément hostile avec ses épais sourcils broussailleux froncés. S'il parle peu, le ton grave laisse entendre une voix capable de gronder fort s'il s'énerve. Seule exception : les prunelles vertes aussi claires que celles de son fils.






Caractère :
Józef ne parle pas, il pose un regard inquisiteur, voire méfiant sur tout ce qui l'entoure et surtout sur ce qui ne lui est pas familier. Son regard est perçant, bien plus que celui de Feliks. Silencieux, il a pour habitude de grommeler dans sa barbe plutôt que de s'exprimer clairement. Il est un homme à la fois outrageusement borné, pire qu'un âne, et rancunier, même lorsque cela ne le concerne pas personnellement. Józef aime se sentir maitre de la situation et, lorsque quelque chose lui échappe, il réagit de façon agressive plutôt que de se montrer décontenancé. Lorsque le polonais vient finalement à lâcher quelques mots, ce sont souvent des critiques, sèches et directes, Józef apparait comme un grand pessimiste, et plus encore, un homme vachement aigri. Pourtant, il ne voit pas réellement tout en noir, il s'agit plutôt d'une habitude qui l'a profondément marqué que d'un réel défaitisme, de ce fait, Józef a du mal à dire ce qui lui plait et le compliment rare. Il est, par ailleurs, extrêmement maladroit envers les marques d'affections qui le mettent affreusement mal à l'aise. Il préfère se tenir à une raisonnable distance. Très croyant, si Feliks est à la fois homophobe et raciste, Józef l'est ...dix fois plus. De toute manière, tout ce qui est bon vient de Pologne après tout. Il possède une grande fierté en sa nation et ne veut surtout pas entendre parler de Russe. Malgré le tableau dépeint de façon plutôt négative, Józef possède un attachement fort. Effectivement, alors qu'il n'exprime pas son affection, celle-ci est indéfectible, ainsi, il observe souvent de loin, par souci de protéger les personnes qui lui sont chères. Son acharnement, à l'image de celle de son fils, est tout autant indéniable. Il reste et demeure ferme sur ses convictions, avec assurance. Il a le regard dur mais est incontestablement d'une grande force morale.






La relation entre le personnage et le pnj
Distante, entre le jeu de cache-cache et celui du gendarme et du voleur. Józef ayant toujours énormément travaillé, il a passé beaucoup de temps loin de son fils, en plus de sa froideur naturelle envers les contacts. Alors, Feliks a redoublé de bêtise pour espérer attirer son attention. Le blond n'est jamais plus une catastrophe que lorsqu'il veut que son père le remarque. Celui-ci reste néanmoins distant, par ailleurs, officiellement, il affirme qu'il n'est venu que pour vérifier l'état des lieux de l'Académie. En réalité, il considère qu'il doit se montrer difficile envers son fils pour l'endurcir et s'inquiète, de loin, de son développement. Józef reste alors autoritaire vis à vis de Feliks, ne laissant passer aucun écart.

Quelques headcanons que vous exploitez pour votre personnage à vous (l'étudiant)
-Bébé, Feliks a eu une période où il avait l'étrange tic de mordre la main de son père quand celle-ci était à portée...quand bien même il n'avait pas encore de dents.
-Józef a été très surpris, puis en colère lorsqu'en rentrant de son travail , un jour, il a découvert Feliks affublé d'une robe par ses soeurs sans que sa femme ne trouve cela dérangeant. Il s'en est inquiété quand Feliks se trouvait plutôt bien dans cet accoutrement. Józef a alors décidé que la meilleure solution était de l'envoyer, après l'école, aider le prêtre à la chapelle du quartier. De toute manière, il n'avait pas le temps de s'en occuper lui-même ni sa femme, tandis que ses filles devaient étudier, de plus, ils n'avaient pas l'argent pour une nounou ou une garderie. C'était arrangeant.
-Un jour, Feliks a repeint les chaussures neuves de Józef en rose. L'intérieur avec.
-Quand il est arrivé à l'académie, Feliks recevait un appel de sa famille toutes les semaines. Sa mère lui parlait, parfois ses soeurs. Il ne savait pas que c'était son père qui demandait à appeler.



Revenir en haut Aller en bas
 
Papa polonais pas très plombier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur papa Dessalines
» Host papa
» Pour une occasion très spéciale !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Papa lui m'affirmait qu'existait son étoile .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: École :: Salle de Bal :: Visite des parents-
Sauter vers: