AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu me fais visiter Da ? [Pv Chine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tu me fais visiter Da ? [Pv Chine]   Mer 31 Déc - 22:23

   




Le mois de décembre se terminait et la visite des parents dans l'établissement par la même occasion. Et ce n'était pas plus mal. Si Rus' de Kiev était une mère tout à fait charmante et calme, il n'en était pas de même pour son père. Il préférait encore passer ses soirées seul dans le dortoir que le voir lui et sa mauvaise humeur. Russie avait dû prendre sur lui pour ne pas l'encastrer dans un mur.
Oui, nous parlons bien de son père. Mais quand l'homme à des paroles et un comportement désobligeant face à sa mère, il valait mieux ne pas être dans les environs. Et l'homme avait profité de chacune des occasions qui s'offraient à lui pour rabaisser l'ancienne empire. C'était pour dire à quel point Ivan avait fait preuve d'une rare maitrise de lui pour ne pas le massacrer.

Il n'y avait rien de plus important pour lui que sa famille entendez par là, sa mère et ses deux sœurs. Enfin voilà rien de bien joyeux et son père avait pourri ses vacances.
Le Slave aurait encore préféré rentrer en Russie que de rester ici dans ce pays de capitaliste, il aurait été mieux auprès de Katya. L'Ukrainienne lui manquait plus qu'il n'y paraissait, il avait bien son autre sœur, mais... Disons que ce n'était pas la même chose. Katya aurait été d'un bon renfort durant cette visite. Enfin soit. C'était fini et tous les parents étaient rentrés chez eux. Et pas que les parents... Pour une raison encore inconnue Lituanie était retourné chez lui avec sa mère. Sans donner la moindre explication.
Russie était remonté au dortoir et avait eu la mauvaise surprise de voir la chambre du balte vide. Le lit défait plus rien. Il ne restait plus rien. Le brun, c'était littéralement et totalement évaporer comme une bouteille de vodka qu'on aurait laissée ouverte au soleil.

Tout cela cumuler avait mis le Slave de mauvaise humeur et pour faire passer cela, il prit la décision de quitter l'école et aller en ville pour y faire un tour histoire de penser à autres choses. Sa veste sur les épaules, il déambulait dans les rues.

Il se dirigera immédiatement vers le quartier chinois. Il  n'avait pas du tout envie d'aller du côté Occidental, beaucoup trop proches du ricains, il se mit à pester à voix basse. Il détestait l'amerloque, ça n'était pas nouveau. Mais bien entendu, pour passer vers le côté oriental, il fallait passer par l'autre quartier et le jeune homme ne put que ressentir qu'un dégoût grandissant en voyant le capitalisme suinter de partout dans les vitrines. Franchement encourant, le Slave pressa le pas, regardant devant lui. Puis il bifurqua sur la droite et arriva enfin à son point de destination.
Tout était éclairé de rouge, d'orange ou encore de jaune. À choisir, il préférait l'ambiance qui régnait ici. Plus calme. Ivan souffla dans le vide, le froid transforma son souffle en buée. Russie remonta un peu son écharpe se couvrant le bas du visage. Le froid montait un peu, mais rien à côté des hivers russes. Mais il se sentait un peu plus chez lui ainsi...

Le "blond" se mit à marcher dans les ruelles éclairées par les lanternes accrochées aux files et les enseigne de magasin. Il y avait quelque chose ici qui était différent. Mais au moins il avait pu s'éloigner de l'école et par la même occasion de ce qui lui causait du mouron. Le grand se laissa guider par les odeurs tantôt poivrer. D'autres plus douces rappelant l'anis étoilé ou encore la cannelle de chine.
Il s'arrêta un bref moment devant une épicerie. Regardant le stand coloré avant de se remettre en route mains en poche et écharpe jusqu'au nez. S'effacent peu à peu dans la foule. Bon oui, il ne s'efface pas complètement vue sa grande taille, il dépassait parfois les habitant d'une bonne tête ou deux.
Il fit un second arrêt quelques mètres plus loin devant une autre vitrine devant laquelle il se pencha un peu pour regarder de plus près.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu me fais visiter Da ? [Pv Chine]   Lun 12 Jan - 3:32

Le mois de décembre avait donc été éprouvant pour certains. Et les histoires de famille aussi. Chine avait observé  le tout d'un oeil extérieur, ses parents n'ayant pas pu se déplacer jusque là. Il supposait que ç'avait été une bonne chose pour nombre de ses condisciples, car s'il y avait bien un sentiment commun à la quasi totalité des étudiants de l'Académie, c'était le sentiment de déracinement. Chine estimait qu'il avait de la chance, de ce côté-là. Certes, comme les autres, et malgré les années, il avait parfois un solide mal du pays, mais l'affection éperdue qu'il portait aux membres de l'aile asiatique lui procurait un sérieux palliatif. Et, bien sûr, il y avait la proximité du quartier chinois, qui était une véritable bénédiction. Le moindre coup de blues était enrayé par une visite dans ces rues-là. C'était une technique qui fonctionnait depuis son arrivée à l'école. Quelques minutes de marche lui permettaient de se retrouver dans une atmosphère semblable à celle dans laquelle il avait vécu ses dix premières années de vie, d'entendre parler tout autour sa langue natale, de garder un contact étroit avec son pays, en fait. Oui, il avait beaucoup de chance.

Il y avait une autre raison pour laquelle il fréquentait assidument le quartier chinois. Il y avait ici beaucoup de choses qu'il ne pouvait trouver nulle part ailleurs, et qui lui évitaient de demander de longs et hasardeux envois postaux. Ça pouvait être tout et n'importe quoi. De la nourriture ou des ingrédients pour la cuisine. Des livres. Des vêtements. du thé. Des menus objets dans ces boutiques débordant de bric à brac. Des endroits où Yao passait systématiquement, la pharmacie traditionnelle, et l'herboristerie, pour obtenir les précieux remèdes en vue des petits malheurs qui survenaient dans l'aile asiatique.

Beaucoup de visages asiatiques arpentaient ces rues au quotidien, bien sûr. Mais on y croisait bien souvent de nombreuses silhouettes bien caucasiennes aux traits occidentaux, venues faire quelques emplettes, se restaurer ou simplement en faire le tour, parce qu'il fallait bien dire ce qui était , surtout du point de vue très objectif - sisi. - de Chine : le quartier chinois est très joli et très agréable. Et il était toujours content et fier de constater à quel point Chinatown attirait les gens.
Mais même au milieu d'une rue hétéroclitement peuplée, difficile de louper la masse de Russie, et Yao le repéra de loin, à l'instant même où il sortait du petit supermarché bondé, à croire que tout le monde avait décidé de s'y prendre, comme lui, un bon mois à l'avance pour les préparatifs de la célébration du nouvel an. L'air froid l'avait saisi à la sortie du magasin. Il glissa le sac à son poignet, et rajusta sa veste avant de s'avancer.

Yao aimait bien Russie. Son pays et le sien avaient une histoire étroitement liée et des relations diplomatiques des plus cordiales, mais au delà de ça, le russe était affable et amical envers lui, même si Chine le retrouvait très, très souvent dans son sillage et qu'il jaillissait souvent de nulle part directement dans son dos, lui provoquant des frayeurs qui, un jour, il en était sur, finiraient par avoir sa peau. Et à la différence de ses petits asiatiques, il avait, en grandissant, gardé en constance ce côté enfantin que Chine se lamentait de ne plus trouver que ponctuellement chez sa tripotée de petits frères et soeurs d'adoption. Qui plus est, à la différence de... certains ><" , Russie manifestait intérêt et respect pour la glorieuse et ancienne culture chinoise. De fait, il ne fut pas surpris outre mesure de le trouver là, à scruter une vitrine, et il esquissa un léger sourire. Autant de raisons que Chine avait d'apprécier la gigantesque bestiole slave.
En revanche, il n'avait pas l'aveuglement ukrainien dans la rétine. Il comprenait bien pourquoi Russie était généralement isolé et souvent craint, et n'en blâmait pas ceux qui le fuyaient. Le russe se montrait volontiers intimidant, voire menaçant. Quant à savoir dans quelle mesure il le faisait exprès, là, c'était une autre histoire, et Yao n'a pas pour vocation une triple maîtrise de psychologie enfantine, en fait. Et ce n'était, en fait, pas ses affaires, non non, il n'y faisait pas attention, il n'avait rien vu. Parce que disons-le, à l'instar de son gouvernement, Chine a cette bonne propension à ne pas voir ce dans quoi il n'a aucune envie de s'impliquer.

Il approcha, curieux de voir ce qui absorbait Russie, et une fois près de lui, il manifesta sa présence en élevant la voix.

"Ni hao Russie aru. Tu as l'air absorbé. Qu'est ce qui t'intéresse à ce point là dedans aru ?"
Revenir en haut Aller en bas
 
Tu me fais visiter Da ? [Pv Chine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Je te fais visiter...sans que tu me mordes" [Ayane Dragneel & Jérôme Banes]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Le Costa Rica abandonne Taiwan et reconnaît la Chine
» Chine: Amérique, va en enfer
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: