AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)   Mar 20 Jan - 15:42

Le tout c’était de convaincre.

Ils avaient plus en commun qu’il n’y paraissait en tout cas selon Anara. Certes, niveau caractère c’était un peu le jour et la nuit et elle était aussi agitée et fébrile que lui se montrait calme et silencieux. Certes. Mais leurs histoires respectives les rapprochaient.

Garants de langues qui étaient mais ne s’entendaient pas régulièrement dans les rues de leurs capitales (on y entendait les langues de ceux qui régnèrent, ceux qui avaient gagnés. La culture aussi était écrite par les vainqueurs) ; Réservoirs d’empires gigantesques qui s’étalaient sur plusieurs fuseaux horaires. Amoureux de la nature (les moutons, les chevaux, 30 millions d’amis…) et surtout les yeux en corazon avec certains profs.

Une cristallisation nette, à la Stendhal, qui les faisait se tenir tout sourire avenant lorsque les professeurs Phénicie et Mongol entraient en scène.

Cela avait été sacrément sulfureux cette histoire avec Mme Phénicie. Proprement scandaleux. Heureusement qu’ils avaient arrêté parce qu’elle avait été à deux doigts de se faire virer. En tout cas c’était ce qu’Anara avait entendu dire Taïwan qui l’avait tenu de la bouche de Corée du Sud, lui-même en ayant discuté avec Espagne qui jurait ses grands Dieux que France avait été témoin mais qui s’avérait que c’était Irlande qui en avait parlé à Angleterre comme quoi elle avait capté la réprimande dans le bureau du Directeur.

Ou quelque chose dans ce genre.

Mais de source sur hein!! Et certifié!

Ça aurait été bête, se disait Anara dans sa profonde sagesse adolescente, de se faire lourder en tant que Pays de Galles. Il était bon dans son rôle Cymru en prime.

Elle? elle attendait. Quoi me diriez-vous? Maiiiiiis non, pas l’apocalypse! Ça on avait Corée du Nord dans le dortoir c’était l’équivalent. Non, non mesdames et messieurs! Anara attendait la fin de son cursus. Elle avait tout prévu et seule sa grande amie biélorusse était au courant. Elle finirait, obtiendrait son diplôme et enlèverait Mongol sur un beau cheval (Natalia projetait pareil avec son frère et un tank. Les grands esprits se rencontraient toujours ♥.)

Puis, prends toi ça dans les dents Russ de Kiev !

(Autant dire que Natalia approuvait doublement même si elle ne voyait guère ce qu’Anara pouvait bien trouver à ce #@vdjfs!!!–elle a du vocabulaire coloré ok-)

Tout ceci enfin pour dire qu’Anara et Iestyn avaient pas mal de choses en commun, plus que ce ne laissait augurer les apparences. Et c’est pourquoi la kazakhe avait fermement décidé que ce serait un ami même s’il ne parlait pas russe, qu’il n’avait pas de marque asiatique et qu’il ne semblait pas apprécier le miel plus que de raison (tout ça ça se travaillait, t’inquiètes Iestyn, t’es pas rendu encore).

La jeune kazakhe, forte de son expérience avec Chine, s’était dit que ce serait bien de vendre encore des trucs. De l’argent de poche ! Et il fallait envisager ce qui allait être utile dans peu de temps.

D’ici quelques jours (car ouais on fait ce qu’on veut et on dit que c’est aux alentours du 10 février) la Saint Valentin arrivait. Et avec cette dernière son cortège de présents guimauvesques à souhait.

« Cymru ah tu tombes bien!! J’ai eu une idée brillante! Absolument épique ! Bientôt c’est la Saint Valentin, nous devons vendre des fleurs et des chocolats! Chine dit qu’il faut fournir la demande. Et en grosse quantité. Toi et moi on va cueillir des fleurs des champs! » entonna t’elle joyeusement, emmitouflée dans son manteau, bottes hautes et nez dans son écharpe tandis qu’elle chopait son camarade britannique à l’orée de l’aile anglo-saxonne.

Oui, comme je te le dis bouffi!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)   Mer 21 Jan - 10:28

La veille, il avait appris que son père fréquentait (enfin ?) quelqu'un. Une amie d'enfance de deux ans sa cadette revue le jour de Saint Dwynwen à Pwllheli. Il n'avait pas demandé à son paternel ce qu'il faisait ce jour précis dans la petite ville de la Péninsule de Llŷn et quelque chose à ce sujet le trotait dans la tête. « T'fou ! J'jamais f'té S'Dwynwen et S'Val'ntin d'm'vie et c'pas maint'nant qu'j'vais c'mmencer » qu'il lui avait dit au téléphone. Cela avait laissé le jeune Gallois pentoit, mais il avait décidé de laisser couler. Les amourettes de son père ne le concernait pas, d'ailleurs, il n'avait même pas daigner demander le prénom de l'heureuse élue.

That escalated too quickly for the young Welshman.

Et puis son père n'était pas romantique pour un sous, contrairement à son fils.

Avec la Saint Valentin qui approchait, le Gallois avait d'ailleurs prévu de faire un tour en ville aujourd'hui pour une séance repérage (à 4 jours de la date butoir, moi c'est ce que j'appelle être à côté de ses pompes). Il avait enfilé son manteau d'hiver noir doublé laine ainsi que son écharpe verte et bleue imitation tartan (pure laine et tout, filé et tricoté maison, t'es trop jalouse), prêt à partir. Il vérifia qu'il avait tout dans ses poches (portable, carte d'identité, argent) et referma la porte de l'aile derrière lui.

Ouip, il aurait bien compté faire son petit tour tout seul s'il n'avait pas entendu le magnifique accent kazakhe crier son nom en crescendo.

« Cymru ah tu tombes bien !! J’ai eu une idée brillante ! Absolument épique !  »

Bonjour à toi aussi Anara, pensa-t-il. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres. Il connaissait mieux le Kazakhstan depuis quelques semaines (il ne savait pas ce qu'il s'était passé pour qu'ils viennent à se fréquenter à ce point, mais cela ne dérangeait pas plus que ça le Gallois) et pendant ce laps de temps bien court, il avait appris une chose : quand Anara te demande ou a décidé quelque chose, elle ne te laisse pas le choix. Que ce soit pour le thé, les investigations à la bibliothèque ou autre.

« Bientôt c’est la Saint Valentin, nous devons vendre des fleurs et des chocolats ! »

Noter le « nous » qui indique directement que le Gallois était déjà embarqué là-dedans bien malgré lui et sans savoir de quoi il retournait.

« Chine dit qu’il faut fournir la demande. Et en grosse quantité. Toi et moi on va cueillir des fleurs des champs ! »

Madame la Colonnel avait parlé. Pas le temps de râler un « Sérieusement, tu me vois, cueillir des fleurs comme Heidi ou aller dans la forêt pour faire une cabane comme Tristan et Iseult » que sa cadette l'embarquait en dehors des bâtiments. Si lui avait quelque chose d'autre de prévu, il pouvait se la mettre sur l'oreille, à moins de devoir négocier (et Iestyn était toujours aussi nul dans ce domaine).

A la sortie, le froid ambiant lui congela les oreilles. Il la força à s'arrêter. L'air était sec et le peu de vent qu'il y avait suffisait à lui faire remonter son écharpe jusqu'au bout du nez. Puis, il lui jeta un coup d’œil résigné.

« D'fleurs au mois d'février. T'pas pris l'canabis d'Pays-Bas p'r d'thé à t't hasard ? »

Il haussa à sourcil à sa propre phrase. Il n'y avait aucun moyen qu'il y ait des fleurs à cette époque de l'année. Cette fille divaguait très légèrement.

« A moins qu't'veuilles vendre d'buissons ou d'la mousse. Pas très r'matique t't ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)   Mer 21 Jan - 16:00

Il avait des soupirs qui courbaient. Ça se trouve l’herbe et la végétation en faisait de même chez lui, elles allaient avec le vent puis revenait se déployer fièrement sous le soleil.

Elle eut une pointe de remords qu’elle chassa d’un revers de main.

Ne jamais regarder en arrière. Pour rien ni personne.

C’était maladif quasi. Des restes d’un monde soviétique pétri d’ordres. On n’avait pas abrité Karlag et ses fantômes, Steplag et sa poussière ou Semipalatinsk et ses éblouissement dévastateurs sans conserver des traces, sans finir par en sentir l’autorité radioactive couler dans ses veines. On avait assené à son pays pendant 70 ans cette vérité indubitable, et le président en vigueur continuait de le faire également, à sa façon :

La fin justifiait toujours les moyens.

Elle s’arrêta au geste du gallois et fronça le nez, impatiente.

« D'fleurs au mois d'février. T'pas pris l'canabis d'Pays-Bas p'r d'thé à t't hasard ? »

Elle leva son nez fin et rond dans une moue arrogante ne comprenant que la moitié de la phrase baragouinée (l’essentiel).

« Si c’était le cas Cymru, je me fournirais chez Afghanistan. » « Tu crois qu’il n’y a aucune fleurs ? chez moi la terre ne s’arrête pas parce qu’il y a un ‘peu’ de froid ou de gel. C’est ridicule! »

Certes. Et ça semblait ficher son plan par terre. Elle glissa ses mains en petits poings rageurs dans les poches de son manteau.

« A moins qu't'veuilles vendre d'buissons ou d'la mousse. Pas très r'matique t't ça. »


« Ah ah très drôle. … tu allais quelque part ? » finit-elle par demander en remarquant –enfin- que son ami était vêtu de son manteau, écharpe, gant et tout le tintouin moumonnesque. « Tu sais il y a surement des primevères glacées, des pensées, peut-être même du mimosa. C’est ce qu’il pousse dans les steppes au Kazakhstan. Si ça peut pousser chez nous…. »

Ça peut pousser partout.

« Oh peut-être que tu allais chercher des cadeaux pour la Saint Valentin ? Mmmm tu devrais me remercier, je vais te faire faire des économies. »

Et c’est sans ambages qu’elle lui décocha un sourire confiant, la haute natte venant se poser sur son épaule. Si Iestyn était une bonne pâte, Anara était sensible à tout ceux qui pouvaient générer un réel intérêt. Pour tout ces défauts et notamment le gigantesque fait d’être britannique –pardon- la kazakhe devinait que le garçon calme avait tout un univers derrière l’iris vert. Il y avait plusieurs élèves comme ça dans cette école. Pas forcément ceux que l’on croyait. Pas forcement les nations simples ou connus.

Iestyn pouvait rester des heures assis, jambes tendus et visage tourné vers le ciel, yeux clos face à l’horizon.

De manière inhérente c’était quelque chose que la jeune kazakhe respectait.

Les steppes lui manquaient de plus en plus. Plus les jours avançaient plus le manque devenait insupportable. Elle se cacha le nez dans son écharpe en marchant lentement.

« J’ai pris des sacs en tissu. Ce sera bien pour les fleurs. Ukraine doit savoir faire des couronnes. On pourrait faire ça et les vendre à l’école contre des thés ou des cafés ? ce serait chouette. Ils trouveront ça romantique…ce serait mieux avec des chevaux…»

Des chevaux fluffy ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)   Ven 23 Jan - 10:34

Avec le temps, il avait appris à écouter sans juger. Avec le temps, il avait appris qu'il y avait de biens meilleures choses à voir et de personnes à rencontrer dans le monde et, que la vie ne se résumait pas au cercle très privé du Royaume-Uni. Il n'en avait pris conscience que cette année, mais il n'était pas trop tard. Le Gallois n'était pas encore un cas désespéré.

Il plongea ses mains dans ses poches. Malgré les gants, il n'arrivait pas à les réchauffer, et ils n'étaient dehors que depuis deux minutes.

La réaction kazakhe lui fit hausser les sourcils. Elle n'avait apparemment pas compris son humour. Il fallait dire qu'il ne reflétait pas l'énergie désopilante de Prusse au quotidien - sauf quand il a bien bu, là, il pète la forme -, aussi, il ne se vexa pas de sa remarque. Il avait pris l'habitude du caractère un peu « rentre-dedans » de Anara (entre guillemets parce qu'elle n'est pas non plus Hongrie), ce qui ne dérangeait en rien le Gallois qui enviait presque toute ce dynamisme qu'elle dégageait.

« Ah ah très drôle. … tu allais quelque part ?  »

Il n'avait pas eu le temps de répondre qu'elle enchaînait avec les fleurs de son pays. A nouveau, il manqua de lui dire, perplexe, que « Le Kazakhstan, c'pas vraiment le même climat qu'ici  », mais elle continuait sur sa lancée sans s’apercevoir qu'il n'arrivait pas à en placer une.

« Oh peut-être que tu allais chercher des cadeaux pour la Saint Valentin ? Mmmm tu devrais me remercier, je vais te faire faire des économies.

- Qu'est-ce t'en sais. »

Il avait répondu d'une voix boudeuse. La mention de la Saint Valentin et ce que cela impliquait le fit légèrement rougir, bien qu'il ne tenait pas particulièrement à parler de ce sujet avec la Kazakhe ni à offrir des fleurs cueillies dans la forêt à sa Valentine. C'était peut-être très bucolique et ressemblant à Iestyn, mais les roses rouges, c'était quand même mieux. Le Gallois n'était peut-être pas un incollable du langage des fleurs comme Japon, mais il savait que ce signifiait ce qu'il allait offrir.

De toute façon, la séance repérage tombait à l'eau, il n'avait le temps qu'aujourd'hui, samedi était le jour-j et il ne comptait pas emmener Anara avec lui.

Anara qui continuait à parler : d'Ukraine, de couronnes de fleurs à la Lana del Rey, de thé de café... de chevaux (?)

« J'crois qu'j'ai pas l'choix, répondit-il dans un premier temps, bien avant de se rendre compte des paroles de la jeune fille. P'quoi d'chevaux ? T'vas d'mander à Mongolito d't'en prêter un d'club ? »

C'est que le club d'équitation n'était pas vraiment la porte à côté.

« D'illeurs, j'suppose qu'tu vas lui offrir un truc. »

Elle ne pouvait pas cacher (et elle ne le cachait pas en fait) ce visage rayonnant qu'elle arborait à la vue du prof' de mondialisation. Il n'était pas vraiment jaloux, il n'aimait tout simplement pas ce prof (d'où le surnom et la moue ennuyée qu'il arborait derrière son écharpe).

Il poussa un petit soupir qui s'échappa en une volute épaisse de vapeur dans l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beaucoup de bruit pour rien -part ouane- (Feat Pays de Galles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien pour écrire à sa mère...
» Départ précipité
» Ton âme aussi pure puisse-t-elle être, tu ne déteindra pas sur mon coeur noircit.
» Militaires 3/3
» Fäardrill Aëndal [Ménestrel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: