AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]   Jeu 26 Fév - 14:43

La première personne à qui elle en avait parlé avait été sa mère. Une diatribe d'environ 15 minutes sur la laideur patentée de ses vêtements informes, cette chemise dont le col grattait contre sa peau délicate, sur le fait que la longueur de la jupe était tout simplement digne des mémés et qu'enfin le motif était une atteinte à la survie oculaire.

Réponse mamounesque ♥: " Tout les uniformes sont des dérivés de celui-là Anara. Tu serais restée au Kazakhstan, tu en aurais porté un du même genre. C'est un classique."

"C'est ce que disent les dinosaures en parlant de la Préhistoire."

Parce que c'était ça le souci. L'uniforme scolaire -selon la jeune kazakhe tout du moins- avait de vieux relans des années 60. Si elle s'amusait en prime à porter des serre-têtes, elle avait le total look de la gourde. Certes, quand on a une allure de gourde on se fondait vite dans la masse dans cette école mais là n'était pas l’intérêt. Et encore, les filles étaient au final moins à plaindre que les garçons. L'uniforme féminin avait une chemise un peu plus cintrée, des  volants, on pouvait encore faire quelque chose. Celui des garçons avait des pantalons immondes qui semblaient parfois les gratter à des endroits étranges (tout du moins c'est ce qu'Anara avait choisit de croire. Tout la faute des uniformes, voui ><).

Je pourrais continuer longtemps à vous assommer avec les détails sur les cravates (qui servaient souvent à faire des pitreries), aux chaussures trop rigides et au coton en été bien trop chaud et qui vous obligeait à coudre (ou plutôt à invoquer Chine et/ou Ukraine) des ourlets, remontant toujours un peu plus pour avoir de l'air, mais tout cela je ne le ferais point.

Car Anara avait décidé d'agir. Elle avait pris son courage à deux mains et était venu, tel le petit tank soviétique, voir les pontifs de la mode: l'aile latine.

A elle toute seule, l'aile latine avait France et les Italies. De l'extravagance et de l'organza dans les dortoirs masculins. Contrairement aux apparences, ou à la majorité sans doute de cette école, la représentante du Kazakhstan du haut de ses 15 ans avait autant de facilité à discuter avec Italie du Nord que du Sud.

L'habitude de côtoyer des caractères épouvantables, surtout quand soi-même on en a un qui est déjà bien corsé.

Puis Lovino, tout shtroumpf grognon qu'il était, était adorable quand on était une fille. Le charme italien semblait alors se mettre en route avec un mécanisme parfait: l'uniforme un peu mieux taillé que celui des autres (caractéristique des jumeaux pasta n°12), une mèche qui gigotait au vent et semblait garant du sourire enjôleur de Lovino.

"Italie du Sud!! Italiiiie! J'ai besoin de toi!"

Elle n'avait pas les beignets de la princesse Leïa mais des nattes qui reposait plus ou moins sagement sur ses épaules menues.

" Italie! Tu es mon unique espoir!"


Uber-dramatique ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]   Dim 29 Mar - 13:50

La salle commune l'après-midi où l'endroit où l'on peut se relaxer un tant soit peu. Surtout que c'était l'un des rares lieux où l'uniforme n'était pas obligatoire en semaine. Alléluia ! C'était comme un coin de liberté au sein de l'académie.

Bref, un moment que l'on voudrait passer en toute tranquillité. Et l'italien du sud ne dérogeait pas à cette règle. Encore moins en étant dans une tenue qu'il définissait comme décontracté et qui se composait d'un t-shirt blanc à manches courtes, rien de bien exceptionnel hein. Quant au pantalon, il s'agissait d'un jean slim gris clair avec quelques déchirures ici et là. Soit ce qu'il ne risque pas de mettre en dehors de cette pièce. Il tient encore à son image mine de rien. Après tout, l'Italie n'était-il pas un pays connu pour sa mode et son style vestimentaire avec des villes comme Milan, Venise ou Rome parmi les plus importantes dans ces domaines ?

Et entant que futur représentant de la partie méridionale de la péninsule italienne, Lovino se devait de se connaitre en mode. D'accord ce n'est pas un accro de tout ce qui est 'tendance' ou de la dernière saison telle une fashionista. Son truc c'était plus les classiques intemporels, les mocassins, les ensembles à rayures fines et verticales, les foulards pliés au cou ...

Certes le dernier accessoire peut facilement le mettre dans la catégorie des élèves homosexuels ... chose qu'il n'est strictement pas ! Il est bi bien qu'il le nie constamment ... enfin c'est loin d'être à l'ordre du jour.

Durant son temps de détente, le latin avait choisi de le passer avec un livre. Et pas n'importe quel livre, le premier tome de la trilogie " Tre romanzi di una giornata" de l'écrivain napolitain Raffaele La Capria. On ne va pas vous faire un résumé de l'ouvrage. Encore moins après le cri de détresse qu'il entendu. Retenant tout grognements et insultes qu'il aurait sorti habituellement si ce n'était pour la voix féminine qui l'interpellait.

"Si qu'est ce qu'il y a ? "

Un sourire venant s'installer sur ses lèvres alors que l'italien posait son bouquin dans un coin pour connaître l'identité de son interlocutrice surtout lorsqu'on le réclame tel le messie. Dans ce cas précis il devait endosser le rôle du sauveur de Kazakhstan. Il se demandait vraiment ce qui l'amenait au dortoir des latins surtout pour le voir parce qu'il était selon ses dires son seul espoir.

"Heu ... D'accord. Mais explique moi pourquoi au juste "

Parce que bon, ça ne le gêne pas d'aider une personne de la gente féminine, bien au contraire. C'est l'occasion rêvée de montrer que oui il sait se débrouiller seul sans avoir besoin de l'aide d'un certain espagnol des fois (des fois quand il n'y a rien qui lui fait peur ou qu'il n'est pas en manque caféine ou de tomates) et qu'il peut se montrer serviable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]   Mar 31 Mar - 21:00

Évidemment, Italie du Sud c’était pas le garçon le plus diplomate ni le plus accessible qui soit. Contrairement à son frère du nord, Lovino était connu pour un langage châtie, une propension à des méthodes douteuses, à un amour tout latin pour les tragédies et sa cruauté envers Espagne.

Cruauté qui selon certains dire était toute relative.

Très sincèrement, les mœurs latines lui importaient peu à notre kazakhe. Du haut de ses vastes plaines d’Asie Centrale où soufflait le vent sibérien venant du nord ouest, les préférences de Lovino lui étaient étrangères. Il y avait bien des rumeurs … mais non seulement il y en avait toujours dans cette école, mais en prime il y en avait énormément de ce type là sur les latins.

On disait de France bien des choses (et Anara était positivement outrée mais aussi France était toujours si aimable), d’Espagne tout autant (sauf qu’il était tellement commère que c’était lui qui en parlait le plus), de Feliciano qu’il ne faisait pas qu’ « étudier » avec Allemagne et de Lovino… eh bien…

Scandaleux.

Elle aimait bien les italiens cela dit. Ils étaient classes. Leurs uniformes étaient mieux coupés, tombaient plus juste et ils avaient une déférence précieuse à son égard comme à l’égard de toute les filles.

Et voilà que cette déférence prenait forme sous un sourire charmant, l’œil noisette pétillant sous la mèche brune. Ah, les ragots avaient tords, voilà tout ! Et ceux qui disaient que Lovino était malpolis et disaient toujours des gros mots… bon certes elle l’avait déjà entendu dire et faire mais jamais contre elle. Ça, c’était la preuve qu’il avait bon gout! Assurément.

Et toc!

"Heu ... D'accord. Mais explique moi pourquoi au juste "

« Bien sur que je vais t’expliquer Italie du Sud. » Un sourire sur le visage aux allures déterminées et l’eurasienne vint s’installer sur le sofa prés de l’étudiant. « Figure-toi que nous devons sauver les yeux de nos camarades. Il est temps de soumettre au Conseil des élèves, un nouvel uniforme. Je voulais avoir ton avis parce que toi et ton frère vous portez mieux l’uniforme actuel. »

Elle lissa une mèche derrière l’oreille, le regard de chat sauvage posé très sérieusement sur l’italien. « Cela peut sembler triviale bien sur, mais une bonne tenue est importante pour travailler correctement. Est-ce que les pompiers mettent des carreaux? non. Pourquoi? parce qu’ils seraient moins efficaces. Nous allons être nations et notre uniforme nous fait ressembler à Snap, Crack, Pop des paquets de Rice Krispies! Je trouve ça terrible! Tu n’es pas d’accord? »

Voilà, ça c’était un échantillon de ce que se tapait le pauvre Corée du Nord le matin au réfectoire ou le soir quand elle était d’humeur à lui accorder (ahah) sa présence. C’est ce que se prenait Kirghizistan tout le temps pendant les cours et Belarus en mode amitié infini. C’est ce que se mangeait Vietnam et Ouzbekistan sous les douches ou pendant les conversations nocturnes.

Beaucoup beaucoup de paroles ♥.

Ah ça va Lovino, t'es dans l'aile latine! T'as l'habitude!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]   Mer 6 Mai - 21:23

Il faut l'avouer, le brun l’aiderait sans la moindre hésitation. Chose qui changerait s'il s'agissait d'un homme. Dans ce cas bien particulier, soit il ignore avant d'accepter à contre cœur dans les cas où il aime relativement bien la personne. Sinon il l'envoyait bouler sans revenir sur sa décision. Autant dire que ses relations avec ses pairs masculins étaient loin d'être au beau fixe. Certains avaient leurs théories. Dont une selon laquelle c'était dû au manque d'une figure paternelle durant son enfance. Comme l'évoquait le psychologue de l'école (si vous avez tout de suite penser à Mr Tadd, vous avez le droit à un cookie).

Il prêtait toujours l'oreille à ses paroles avec un visage charmeur. Après tout, d'après les leçons de son grand-père sur les filles, nous passerons sous silence les cours plus 'adultes' dispensés à son arrivée à l'académie, il y avait un code à respecter.

Règle n°1: Garde son sourire face à une miss en toutes circonstances.

Règle n°2: Être poli et courtois.

Règle n°3: Toujours l'écouter !

Et cela il faisait son possible pour le suivre à la lettre, avec plus ou moins de réussite.

« Bien sur que je vais t’expliquer Italie du Sud. » 

Cela il s’en doutait un peu et donc le brun, se mit à considérer sa requête avec plus d’attention. Après tout, la faire répéter à plusieurs reprises ses intentions ne serait pas correct de sa part.

« Figure-toi que nous devons sauver les yeux de nos camarades. Il est temps de soumettre au Conseil des élèves, un nouvel uniforme. Je voulais avoir ton avis parce que toi et ton frère vous portez mieux l’uniforme actuel. »

Ah les flatteries. Qui pourraient les refuser honnêtement ? Personne et encore moins lui surtout si c'est pour complimenter son port des habits fournis par l’établissement.

« Je ne sais pas s’il on peut dire qu’on porte le mieux l’uniforme scolaire » 

Lovino passa une main au niveau de sa nuque de gêne. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours que ceci se produit.


« Cela peut sembler triviale bien sur, mais une bonne tenue est importante pour travailler correctement. Est-ce que les pompiers mettent des carreaux? Non. Pourquoi? Parce qu’ils seraient moins efficaces. Nous allons être nations et notre uniforme nous fait ressembler à Snap, Crack, Pop des paquets de Rice Krispies! Je trouve ça terrible! Tu n’es pas d’accord? »


Et là, la kazakhe soulevait un argument des plus pertinents: le mauvais goût des uniformes scolaires actuels. Une véritable plaie ! Bien qu’il ne saisissait pas entièrement ces références. Enfin bref. 

« J’avoue qu’ils sont assez ridicules pour ne pas dire affreux avec leurs carreaux et tout ! Eurk ! »

Eurk. Oui cette simple interjection contenait toute l’horreur qu’il ressentait pour ces habits.
Quant aux flots de paroles incessants, il connaît. Même très bien, il n'y a qu'à voir entre son jumeau, son grand père, Andorre et Espagne. De vraies pipelettes ! Il ne manque parfois plus que des petits gâteaux et du thé ... pardon du café dans l'aile latine. 

Mais en attendant, il y avait une tenue à devoir imaginer de toute urgence et donc, il posa sa question juste après l’avoir invité à s’asseoir.

« Bon tu as une idée pour le nouvel uniforme sur les couleurs ou les matières qu’on pourrait utilisés ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage au centre de la pasta! [feat Shtroumpf Grognon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]
» Début du voyage
» Voyage au centre de la terre avec un Pizzaïolo efféminé.
» (fouille) Voyage au centre de la terre. (terminé)
» Voyage au centre de l'enfer [Thalia & Nikolay]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: RP-
Sauter vers: