AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Piano II: I'm Bach [Autriche] (en cours)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Piano II: I'm Bach [Autriche] (en cours)   Ven 27 Fév - 22:48

Dossier scolaire

État civilà remplir par l'élève :

Nom : Edelstein
Prénom(s) : Roderich
Surnom(s) :
Âge : 19 ans
Sexe : Masculin
Date de naissance :  Le 26 Octobre.
Aile : Germanique
Pays représenté : République d'Autriche
Niveau scolaire : Intermédiaire

Morphologie et physionomieà remplir par l'équipe médicale et le psychologue :

Taille : 1m78.
Poids :  72 kilos. (Notes supplémentaires: Une corpulence dans la petite moyenne, penchant un peu vers le frêle, s'expliquant par une musculature relativement peu développée pour un garçon de son âge mais contrebalancée par une grande taille. A noter que, selon le professeur de sport, on ne le voit très souvent sur le terrain et qu’il s’essouffle fort rapidement dans n’importe quelle activité physique. Il admet lui-même qu’il n’est pas vraiment sportif et n’a pas l’alimentation la plus saine mais ne semble absolument pas résolu à y changer quoi que ce soit.)
Couleur des yeux : Violets
Couleur des cheveux : Brun froncé
Signe(s) particulier(s) : Il a obstinément refusé de l’admettre mais un examen rapide a révélé qu’il n’a strictement pas besoin de corriger sa vue avec des lunettes. A croire qu’il s’agit d’un choix esthétique plutôt qu’un besoin médical…Il semble très embarrassé par ce fait et s’est assuré du fait que cela ne serait pas ébruité au-delà de ce dossier.

Allure générale :

Son allure est toujours impeccable et relève d’un certain niveau d’obsession avec son apparence. Il porte toujours invariablement l’uniforme dans sa totalité, même s’il se plaît à remplacer la cravate par un jabot, un élan de customisation peu rebelle et plutôt conservateur par rapport aux « personnalisations » habituelles des élèves. Il déteste se montrer sans veste ou chemise bien boutonnée…et le fait de devoir se dévêtir au minimum pour l’examen médical l’a terriblement gêné. (Il a tenu à garder sa chemise sur les épaules.) En soirée et pendant le week-end, sa garde-robe n’est guère plus détendue : on le voit souvent en pantalon en tissu, en chemise et en veste, parfois un pull.

Note supplémentaire : Une observation rapide des vêtements pendant son examen médical révèlent que beaucoup sont raccommodés et manifestement de seconde main ou usés.

Note supplémentaire à la note supplémentaire : Pas que nous scrutions intensément les vêtements de nos élèves. Ce serait peu correct. Mais cela valait la peine de noter ce détail additionnel, selon le psychologue. Et je ne voudrais pas contredire le psychologue et créer un conflit au sein de ce rapport.

Note du psychologue: Je me demande si il porte des jeans.

Note de précaution: Nous ne fouillons pas dans les placards de nos patients et le commentaire ci-dessus est tout à fait superflu.

Attitude générale :

Il se tient toujours droit et de manière assez hautaine : tête droite, dos droit, épaules en arrière, bras souvent croisés. Il semble relativement crispé et semble incapable de s’avachir…du moins en public. Il marche de manière digne, assurée, et élégante, ce qui n’est point étonnant pour un profil « aristocrate » comme le sien…cependant, il marche très lentement et on ne le voit presque jamais courir. Quand il essaye, il abandonne tout de suite après et semble près à s’écrouler de fatigue. Par ailleurs, il semble se perdre très souvent même dans des lieux qui sont censés lui être familiers. Il a pris une heure pour trouver l’infirmerie et deux pour retrouver le bureau du psychologue, mais nous avons pu observer, en le voyant passer plusieurs fois par la porte de l’infirmerie en question, qu’il semblait toujours marcher avec une assurance et une certain arrogance, comme si il devait prouver au monde tout entier que, oui, il a eu raison de tourner à droite. Il n'a pas encore un permis de conduire donc nous ne pourrons savoir ce que cela donne sur une route.


Suivi psychologiqueà remplir par le psychologue :

Tempérament :

Une attitude quelque peu ambivalente qui montre bien le comportement assez altier de notre aristocrate. Poli et aimable, aux manières irréprochables, cela n’empêchera en rien Roderich de faire preuve d’arrogance, de supériorité et d’une froideur soudaine dès que quelque chose ne lui convient pas chez son interlocuteur. Quel que soit votre rang ou votre âge (la preuve vu son attitude envers l’équipe médicale et moi-même), il peut à tout moment vous considérer d’un air neutre et probant dès l’instant qu’il vous aura serré la main, comme s’il cherchait à calculer votre degré de respectabilité, observant chacun de vos gestes et écoutant chacune de vos paroles comme s’il prenait constamment note.

L’autrichien est calme, souriant, poli, aux propos et aux expressions modérées. Mais ce maintien élégamment cordial est toujours relativement neutre et lisse. Il se détend peu facilement avec les gens qu’il ne connaît pas bien, encore moins quand on lui demande de se confier dans un examen médical ou psychologique.  L’on sent qu’il est en train de mettre en place une procédure diplomatique en vous parlant, et si vous ne brisez pas d’une manière ou d’une autre l’armure qu’il a soigneusement érigé autour de sa personne, il vous laissera difficilement voir au-delà. Il semble posséder beaucoup de principes auquel il se tient religieusement. La décence de s’en tenir à des principes de bienséance et d’ordres, de respecter l’étiquette, ne point se ridiculiser en faisant preuve de faiblesse, de comportements disgracieux. N’accepter que le meilleur et le plus sophistiqué en ce qui concerne sa propre personne. Toujours agir avec discernement et sérieux, rester fidèle à ses principes, et être un être de « droiture », au propre comme au figuré. Il aime en parler extensivement.

Cela révèle d’une certaine obsession : celle de montrer à quel point il est irréprochable envers les autres et les sermonner pour ne pas l’être suffisamment eux-mêmes. En somme, cela témoigne d’une arrogance qui, paradoxalement, cache une personnalité relativement complexée qui dépend beaucoup de règles pré-établies et rigides pour ne pas perdre la face. En effet, il semblerait qu’à chaque fois qu’un sentiment inconnu, étrange lui survient, il fait tout pour le dissimuler de peur de ne pas savoir le contrôler.

Ce qui fait la force d’attaque de l’autrichien – son air de savoir tout des règles d’ordre et de bienséance – ne fait qu’accentuer ce qu’il ignore. Dès l’instant qu’il se retrouve face à quelque chose de d’imprévu et de gênant, dès l’instant qu’il est dans une situation où il ne peut plus garder son calme, on observe de nombreuses réactions diverses, qui incluent : s’énerver dans le vide, paniquer légèrement, être terriblement gêné, et adopter des teintes écarlates ma foi assez surprenantes. Et j’ai eu droit à toutes sortes de confessions bizarres dans ce bureau. C’est assez intriguant (et amusant) de voir cet élève au collet monté et à l’attitude si noble qui rougit, s’indigne et balbutie au quart de tour dès qu’il trouve que mes questions sont trop personnelles ou « peu décentes ». Si je trouve ça amusant en tant que vieux psychologue aguerri, Dieu sait ce qu’en pensent ses petits camarades !


Assurance :

Le profil calme et réservé de l’autrichien, avec ses règles strictes envers lui-même et les autres ainsi que son gêne systématique devant des choses dont la plupart des jeunes de 18 ans riraient…tout cela mènerait à penser que l’aristocrate devrait être relativement timide et mal à l’aise. Ce serait probablement le cas, si ce n’était pour cet aspect hautain de sa personnalité combinée à la détermination farouche et une bonne dose de défiance envers toute personne tentant de lui prouver qu’il a tort.

Car c'est- pardonnez l’expression - une vraie tête de mule, ce Roderich Edelstein. S'il a décidé de faire quelque chose, il s'accroche jusqu'au bout. C’est l’avantage de cette fierté qui l’habite, dans le sens où elle ne fait pas que lui dicter des règles contraignantes mais lui permettent de faire preuve de courage dans sa résolution infaillible. Même s’il échoue, l’autrichien demeure fort avec l’idée qu’il n’a jamais abandonné son but.

Malgré cet amour-propre excessif, vous ne le verrez généralement pas s’épancher sur lui-même et se vanter de manière disgracieuse, oh non…Au contraire, l’autrichien a un caractère qui, en plus d’être empli de ces nobles notions un peu chevaleresques, a l’atout indéniable de la sobriété et du sérieux. Il allie d’une manière assez habile l’allure d’un seigneur dans son château et le même genre d’habitudes qu’un comptable parcimonieux…Snob il est, certes, mais avec subtilité. Et cette attitude semble transparaître au niveau de ses camarades. Malgré son assurance altière et son exigence souvent arrogante envers lui-même et les autres, il peut aussi descendre sur terre et se mettre à la place des autres moins bien nés, tout en se fondant dans la masse. Même s’il demeure toujours un peu détaché et en décalage par rapport aux autres, d’autant plus de par sa nature de musicien. Par exemple, même si il serait tout à fait à l’aise dans un dîner diplomatique avec tous les pièges d’étiquette et de bienséance que cela impliquerait…il pourrait se perdre dans un supermarché et probablement paniquer devant un ordinateur ou un téléphone portable un peu trop sophistiqué.  

Relationnel :

Cela explique le fait qu’il semble réagir assez vivement à toute tentative extérieure de se montrer familier ou de l’embêter. Et par embêter, on veut dire tout ce qui implique essayer de l’approcher un peu plus près que la marge de sécurité qu’il établit entre lui et les autres. En conséquent, bien des personnes semblent l’embêter pour en tirer des réactions agacées et impatientes.

Notre autrichien n’a souvent qu’une seule envie face à ce constat…qu’on le laisse être au calme, seul, loin de toute agitation, perdu dans sa musique. Dans son petit monde où RIEN de gênant, d'inconnu et d'étrange peut lui arriver. Oui, en réalité, plus que d’être à contempler le monde du haut de sa grande taille et de son imposante attitude, Roderich en est passablement détaché…il semble adopter la plupart du temps un air neutre, comme s’il était encore à essayer de comprendre comment ce monde marchait et cachait son ignorance derrière une certaine nonchalance.

En temps normal lorsqu’on ne cherche pas à l’exaspérer par tous les moyens possibles et imaginables, Roderich est l’image même du calme.  Une journée rêvée pour lui est probablement lire un livre avec un café viennois et une pâtisserie, se promener dans un jardin et puis passer le reste de son temps à jouer au piano.  On apprécie généralement sa compagnie pour l’effet apaisant qu’il peut avoir sur les gens à ce moment là, et fait que, malgré sa sévérité et son sérieux, il est généralement empreint d’un optimisme et d’une amabilité sereine.
Roderich n’est pas quelqu’un de mauvais. Bien au contraire. Il part toujours d'une bonne intention 'morale' dans ses réprimandes et dira souvent « je dis ça pour ton bien ». Il semble embarrassé lorsque nous abordons le concept de gentillesse, considérant qu’il ne s’agit que d’un comportement correct et digne. Mais il possède toujours une calme bienveillance envers les personnes qu’il apprécie et semble souvent arborer une attitude de « grand frère » strict mais par ailleurs généreux. Je dirais qu’il dépend, en réalité, beaucoup des autres, même de ceux qu’il sermonne sans cesse.Il est plus fragile et refermé sur lui-même qu’il ne laisse paraître.

Comportement(s) à déplorer :

Il semble que suite à ses disputes et à ses dénis obstinés, Roderich soit certain d’une chose : il a TOUJOURS raison. Non, il ne s’est pas perdu : c’est simplement que la porte de mon bureau a été déplacée. Non, il n’a pas de problèmes avec ses parents. Non, il ne tente pas toujours de feindre de s’être tordu la cheville pour échapper au cours de sport. Non, la couleur de ce tapis ne va pas avec la couleur du divan de mon bureau, ce qui n’est probablement pas faux…mais je m’égare. En somme, il a toujours raison…mais les autres sont toujours, invariablement en tort. Ce qui, évidemment, cause quelques  tensions concernant ses rapports envers les élèves plus dissipés.  Tout ce qui n’est pas parfaitement à sa place dans l’ordre du monde établi dans l’esprit de l’aristocrate est à considérer avec un regard de désapprobation et de dédain, accompagné d’une phrase qui semble refléter son critère principal d’excellence, n’autorisant aucune marge d’erreur : "Ce n’est point digne."Je le sais parce qu’il s’est plaît de la moitié de ses camarades pendant toute une session au lieu de parler de ses propres défauts.

Tout est susceptible de l’énerver, un tout et un rien, nous l’avons vu plus haut.  L’autrichien élève rarement la voix, cependant, et son pouvoir autoritaire semble se faire plutôt à l’usure, capable de maintenir un débit de moralisation à la minute considérable. C’est ce qu’il appelle « faire preuve de diplomatie ».

Il est moralisateur, frustré et impatient face à la stupidité infime de ses semblables, mais cela n’est, somme toute, pas bien dangereux. En revanche il peut faire preuve d’accès de colère intenses bien que rares auquel j’ai eu la « chance » d’assister suite à une question un peu trop intrusive sur son enfance (du moins selon lui). C’est un patient relativement – si on veut utiliser un terme du célèbre psychologue autrichien – « refoulé » d’ordinaire qui révèle alors en ces moments là, la fureur froide qu’il retient d’habitude, dans le calme. J’estime peu nécessaire de le noter en tant qu’élève potentiellement « violent » vu qu’il n’a eu aucun antécédent de ce type et méprise les affrontements de ce genre. Par ailleurs, son gabarit ne semble pas s’y prêter. J’émettrais une théorie, celle que ce manque de force mais sa tendance à être têtu et arrogant, donc propice à s’attirer quelques ennuis, l’a forcé à trouver des moyens plus psychologiques de se défendre, ou d’attaquer par ailleurs. Très éloquent et doué avec les mots, il peut en conséquent se montrer très persuasif quand il veut se tirer d’une mauvaise situation. J’aurais dit « manipulateur » s’il s’agissait d’un élève avec moins de valeurs morales et de considération pour ses proches.
Si l’on rajoute à sa sévérité, son arrogance et son tempérament souvent colérique un certain degré d’immaturité dans ses rapports avec certains élèves et son gêne face à certaines situations, on pourrait se dire que cet élève possède un grand nombre de « défauts ». Cependant, ces aspects forts sont contrebalancés par son attitude noble, son calme et ses principes d’apparence inflexibles, ainsi qu’une générosité discrète envers ses proches. Par ailleurs je préfèrerais qu’un élève aussi rigide et exigent présente au moins quelques défauts, sous peine de céder complètement sous la pression qu’il s’impose !

Centre(s) d'intérêt :  La musique classique et tout particulièrement le piano, la cuisine, la couture.

Profil scolaire : Un bon élève, bien que souvent un peu distrait et « brouillon » dans son travail. Bien qu’un élève sérieux et intelligent, Roderich passerait bien volontiers ses leçons à composer de la musique en douce s’il n’avait pas pour objectif d’être parmi les meilleurs élèves. L’esprit de compétition le motive énormément, vu son amour-propre. Il excelle concernant les matières cérébrales telles que l'Histoire ou la Littérature et a un bon niveau dans les matières scientifiques...sauf pendant les examens pratiques où il a peur de se tâcher ou d’abîmer ses mains. Son niveau en Stratégie Militaire est assez bas, cependant, et son niveau en Sport...inexistant.

Langues Parlées: L’allemand (le dialecte autrichien-allemand ne diffère que légèrement concernant l’accent et quelques mots), un peu d’italien étant donné que certaines régions frontalières au sud de l’Autriche l’enseignent encore dans leurs écoles primaires, dû aux liens avec l’Italie conservés par l’Histoire, quelques notions de français (Il sait dire « va-t-en Francis » en français dans tous les cas, mais on espère que ses notions s’étendent au delà.)


Données biographiques et relationnellesà remplir par le psychologue :

Lieu de naissance : Vienne.
Lieu de vie avant l'admission à l'académie : Autriche, Vienne.
Situation des parents : Père: avocat; Mère: femme au foyer. Son père ne s’est jamais manifesté lors des réunions parent-professeur.  
Fratrie : Fils unique (et cousin d'Edwin Edelstein représentant Kugelmugel).
Conditions de vie avant l'admission à l'académie : Son milieu est on ne peut plus aisé étant donné qu’il est né dans une famille noble et très riche.

Scolarité avant l'admission à l'académie : Ce n’était pas un élève bien intégré et était souvent impliqué plus ou moins contre son gré dans de nombreuses bagarres – bagarres qu’il perdait le plus souvent du temps d’ailleurs, selon les rapports de son école primaire. Cet aspect ne l’a pas suivi lors de son intégration au sein de l’Académie lors de ses 12 ans et il n’a jamais abordé le sujet par la suite.

Événement(s) marquant(s) avant l'âge de 10 ans : Avant l'âge de 10 ans les rapports de son école maternelle en Autriche semblent indiquer qu'il était un enfant craintif et soucieux de plaire, souvent brimé par ses camarades qui tentaient le plus souvent d'envahir son espace personnel et de s'imposer brutalement, menant Roderich à chercher constamment refuge auprès de camarades plus forts capables de le protéger. Il semble que Roderich ait imité ce comportement à travers son amitié avec le représentant de Suisse, à partir de son arrivée.

Regard que porte l'élève sur son intégration à l'académie : Roderich prend ses fonctions de future nation très au sérieux...peut-être un peu trop au sérieux, au point de délaisser tout ce qui lui semblerait "peu digne" d'un représentant de son Histoire. Il s’ensuit qu’il semble peu se détendre et s’amuser en dehors de ses moments passés au piano.

Relationnel au sein de l'académie :  Prusse : Si on écoutait l’autrichien en parler excessivement il semblerait que Prusse porte en lui tous les vices et les défauts du monde, de l’égocentrisme à la chemise pas rentrée dans le pantalon. Il semble constamment énervé à son sujet avec un besoin inné de prouver qu'il a raison...et le fait de sortir avec lui dès à présent n'a apparemment pas atténué un certain esprit de compétition!
Allemagne : Il est à la fois admiratif et protecteur à son égard, et semble beaucoup dépendre beaucoup de lui dans certains aspects – probablement peu étonnant, vu la proximité économique et historique entre les deux nations qu’ils représentent ! A noter tout de même qu’il semble souvent l’exhorter à lui faire des gâteaux ou le ménage, et semble profiter du respect mutuel que l’allemand a à son égard.
Hongrie : Ils sont très souvent ensemble, tant et si bien que beaucoup de rumeurs courent quand à la nation de leur relation, et notre élève semble toujours balbutiant et gêné quand elle est mentionnée. Il semble qu’il soit assez protecteur, voire un peu possessif à son égard et refuse catégoriquement que l’on s’imagine que c’est plutôt elle qui le tire d’un grand nombre d’ennuis.
Italie du Nord: Il se montre constamment sévère à son égard et semble constamment exaspéré à son sujet, mais cela témoigne davantage d'un certain élan protecteur et de préoccupations presque paternelles, plutôt qu'une antipathie à son égard.

Evènements marquants au cours des années antérieures à l'Académie : Roderich a souvent parlé de son camarade et 'rival' le représentant de Prusse avant une frustration et un agacement non dissimulé et bien que ce soit parfois encore le cas, il semblerait qu'ils entretiennent à présent une relation amoureuse, bien que l'autrichien se sente pudique et discret par rapport à ce fait.

Il a aussi développé des relations de possessivité pathologiques à l'égard du piano de la salle commune - quiconque le touche ou pire, l'abîme, s'expose à sa furie.

Et vous ?

Surnom : Claire la fougère
Âge : Trop vieux pour ces trucs de weeaboo
Comment avez-vous connu le forum ? Je suis un vétéran dont on ne se débarasse jamais parce que je monopolise toujours Autriche et uniquement Autriche
Des commentaires ?
Et pour finir, le fameux code secret ! {des pâteeeuhs des pâteeeeuhs <3}


Dernière édition par Autriche / Roderich E. le Jeu 5 Mar - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Piano II: I'm Bach [Autriche] (en cours)   Jeu 5 Mar - 1:13

Hop là, terminé! <3
Revenir en haut Aller en bas
 
Piano II: I'm Bach [Autriche] (en cours)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» Cours de naviguation
» Règlement du cours de Métamorphose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 3-
Sauter vers: