AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal intime : Le petit cahier décoré d'Indonésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Journal intime : Le petit cahier décoré d'Indonésie   Lun 2 Mar - 20:09



Page 1



La vie réserve des choses étranges, que ce soit sensation, émotion, sentiment, impression, événement... Ce qui est étrange, par exemple, c'est que je me mette à écrire maintenant. De toutes mes années passées dans cette école, maintenant. Je crois que j'ai encore un peu peur. C'est comme une prise de conscience sur le fait que je suis ici. Loin des miens et de mon pays. Loin de mon idiote de soeur, et des deux autres aussi ( bien qu'à l'inverse, elles soient adorables ). Loin de mes parents et de mes traditions que je m'efforce de conserver dans mon petit coin de dortoir, quand Kazakhstan ne vient pas l'envahir. Je pourrais m'appitoyer sur mon sort, mais je ne pense pas que ce soit raisonnable. Dans cette école, nous sommes chouchoutés, sûrement un peu trop. Nous avons le confort du luxe, même si les cours sont difficiles et l'échec impardonnable. On nous bourre le crâne d'informations sur un pays qui n'avait pas grand intérêt avant notre admission - je ne critique pas les patriotes, cependant, ici je fais une généralisation. Ces souvenirs, parfois heureux, souvent violents et destabilisants, deviennent les nôtres. Si je le déteste, c'est à cause de l'histoire. Si je l'adore, également. Et tous nos liens avec nos camarades, sont-ils calculés, eux aussi ?

Je parle avec des représentants de pays inconnus au mien. Est-ce grave ? Est-ce que je les oublierai ensuite ? Est-ce qu'ils vont me tourner le dos ? Bah, je ne prendrais pas la peine de questionner les professeurs, ou ni même mes amis. Je crois que j'écris pour me vider la tête de ces interrogations inutiles, sans embêter personne. Ils me prendraient pour une folle, ou peut-être qu'ils me diraient qu'ils se posent les mêmes questions, mais lâche que je suis, je ne prendrais pas le risque. Je préfère parler de la pluie et du beau temps, de nos journées vides ( hier j'ai parlé avec Ginette, j'ai eu économie, j'ai mangé une part de cheesecake et que professeur Mongol il est trop beau ), et tout ça. Ces conversations n'ont aucune importance ou intérêt particulier, mais j'aime bien. Parfois, ça amène de bonnes choses. Comme Estonie, par exemple. C'est un garçon gentil, à l'air intelligent. Je vais demander à Allemagne si je peux demander son aide pour un article sur l'informatique. Ca m'embêterai qu'il m'aide et qu'il n'y ai pas son nom en bas de l'article, du coup, j'ai besoin de l'accord du président du club de journalisme. Mais il est sympa aussi, et comme Estonie est sérieux, je suis sûre que ça passera. Je prendrais quelques clichés et on en discutera.

Et puis France m'a embrassé le front. Je suis pas sûre du pourquoi du comment de ce geste, mais mon père fait ça aussi, alors ça ne m'inquiète pas trop. Il est gentil aussi, je crois. En tout cas, ils sont calmes, Estonie et lui. Bien que l'agitation et le bruit ne m'ont jamais dérangée - question d'habitude, et puis, ça me fait penser à la maison ; j'ai retrouvé, je crois, le garçon le plus idiot, le plus hystérique, le plus dérangé, le plus chiant de toute l'Académie. Honnêtement, je ne pense pas être une fille particulièrement difficile ou méchante, j'évite tout à priori. Mais là. . C'était trop. Je le savais turbulent, mais tout de même. Ce crétin, ce Danois, non mais pour qui il se prend ? Je ne veux pas généraliser, mais enfin, Norvège et Suède sont si calmes, et Islande et Finlande si gentils. C'est quoi son problème à celui-là ? Comment ils supportent ça dans l'Aile ? Quelle tête à claques ! Que je replace le contexte : il fait des blagues, bon. D'accord. Il parle fort et il court partout, ok, soit. Mais. Faire enfiler à Islande une robe de servante, éclater un tube de dentifrice sur le visage de Norvège pour le frapper ensuite, puis nous lancer des oeufs dessus... Attends. Quoi ?? Mais c'est quoi ce mec ? Sérieusement ? Je ne sais même pas quoi dire. En fait, voilà, je ne vais même pas en parler davantage, parce que ça m'énerve.

Plus important, plus angoissant : les prochaines sessions H.A.R.P. La date fatidique est tombée. Dans à peu près deux semaines, c'est moi qui y passe. Je ne me sens pas prête, mais je n'ai pas le choix. Le détroit de Malacca... J'ai l'impression de le connaître, et pourtant, je ne l'ai jamais vu, je n'ai jamais rien étudié dessus... Qu'est-ce que je vais faire ? De plus, je ne suis pas la seule concernée, il me semble. Si je rate, est-ce que ça influe sur les autres ? Chine, Malaisie ? J'espère que non. Je ne veux pas de telles responsabilités. Et pourtant, bientôt, je serais une Nation.

02.03.2015
Revenir en haut Aller en bas
 
Journal intime : Le petit cahier décoré d'Indonésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal intime : Le petit cahier décoré d'Indonésie
» Mon petit journal intime!
» Fiche et journal intime des persos
» Journal intime d'Aelita Stones
» JOURNAL INTIME de Julien Vogel!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives-
Sauter vers: