AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Become one with Russia, da ? ♥

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Become one with Russia, da ? ♥   Sam 4 Avr - 1:11


Soviet Suprem - Soviet Suprem Party




[J'ai tâché de prendre en compte les relations IRL actuelles, mais, tu vois, comme j'ai pas un triple doctorat en géopolitique, si c'que j'ai mis te semble pas au poil, ou si tu estimes que ton perso devrait être dans les rela russes et qu'il ne figure point ci-dessous, ben tu m'envoies un MP pour dire scrogneugneu.]



Ceux qui sont désespérément attendus... Viens ! Vieeeens !!!:
 







Regretter le passé, c'est courir après le vent.


Son écharpe que si t'y touches tu perds ta main.

Il la tient de sa soeur Ukraine. Si le véritable amour est fusionnel, alors c'est ce qui le lie à elle. Il ne s'en sépare jamais, jamais. La lui prendre déclencherait l'apocalypse ; certes, ça en amuserait certains, mais il ne faut pas trop y compter. Aux rarissimes instant où il ne la porte pas, il l'a quand même sous les yeux, tous les jours, à chaque heure, depuis plus de dix ans. Bien sûr, parfois, elle souffre : les méchants agresseurs n'ont pas d'égards pour elle. Elle constitue une bonne prise, elle est parfois exposée aux jets... de café ou de sang. Mais elle est entretenue avec une délicatesse et un amour infini. Et de la lessive sans sulfates.







Territoires rattachés
Poupées russes






Si tu laisses ton cœur libre, il te mènera à la servitude.


Biélorussie

Elle est belle, forte, décidée et obsessionnellement amoureuse : Natalya est la femme parfaite. Mais c'est aussi sa petite soeur, et par voie de conséquence, pas assimilable à une femme. Le problème, c'est que c'est là une considération qui lui passe haut au dessus de la tête, à la demoiselle, et les si séduisants traits de caractère suscités virent au cauchemar. De harcèlement en menaces nuptiales, elle peut passer d'inquiétante à terrifiante, et c'est, en ce bas monde, l'une des deux seules personnes capables de lui flanquer une trouille à se pisser dessus. Ce qui le terrorise, c'est qu'il ne sait pas jusqu'où Biélorussie est capable d'aller, mais nombreux sont ceux à dire qu'elle est bien pire que lui... Malgré tout, elle reste sa petite soeur, et il lui voue une solide affection. Bien qu'il l'estime largement capable de se défendre seule, il n'hésiterait pas à foncer dans la couenne de quiconque s'en prendrait à elle.
Au delà de leur statut fraternel et des élans matrimoniaux nataliens, il existe entre eux un autre lien, une dimension géopolitique, auquel il ne veut absolument pas renoncer. La Biélorussie représente un soutien solide et constant pour la Russie, et elle est l'un des piliers de l'UEEA, qu'il considère avec un espoir pas même dissimulé comme le premier pas vers une nouvelle ère - ou Nouvelle Grrrande Famille, comme vous préférez.









Territoires annexés
Coffre à jouets




Vous avez beau nourrir un loup, il regarde toujours vers la forêt.


Lituanie

Si la position d'aucun des trois pays baltes vis-à-vis de Russie n'est enviable, c'est peut-être Lituanie qui a la plus pesante. Il est le plus multifonctionnel, et partant, celui qui a le moins de répit. La plus lourde charge que Russie aie balancé sur les épaules de Lituanie, c'est sa confiance. Et cette confiance qu'il n'a pas demandé le moins du monde, Russie la lui facture au prix fort. Lituanie lui sert absolument à tout. En revanche, c'est vrai qu'il lui arrive de prendre ses paroles en compte. Pour le reste, son 'amitié', il la lui impose tout aussi arbitrairement, et avec plus d'implacabilité encore. Certes il est ignoblement possessif, mais concernant Lituanie, c'est pire encore, probablement du fait qu'il entretient des relations trop cordiales avec des personnes que Russie abhorre.







Qui ne sait pas être serviteur ne pourrait pas être maître.


Estonie

Si Estonie est le moins malmené des trois amis côtiers de Russie, il ne le doit qu'à lui-même. Sa maîtrise de lui-même lui permet d'offrir moins de prise aux raids russes, en ne laissant paraître que peu son appréhension, et en s'efforçant de garder l'apparence de dignité posée qu'abandonnent très vite les deux autres. Qui plus est, sa grande capacité de réflexion lui évite souvent paroles ou actes malheureux. De fait, il reste quand même rare que Russie le tourmente, et il restreint un peu avec lui le contact physique dont il abuse avec les autres baltes. Aussi surprenant que ce soit, il existe un vague et ténu embryon de respect envers Estonie. Mais celui-ci demeure néanmoins un de 'ses' baltes, à remettre si besoin est dans le droit chemin pour réenclencher leur merveilleuse docilité ; l'estonien n'y fait pas exception. Il lui est aussi très utile : qui de mieux placé que lui pour le décharger des plus ennuyeux devoirs ?







Seul celui qui aime a le droit de blâmer et de corriger.


Lettonie

Lettonie est si mignon. Il a certainement d'autres qualités, mais pour Russie, Lettonie se résume à ça. C'est la plus douce des poupées, la plus amusante des distractions, et il y est sérieusement accro, impossible de s'en passer, parce que oui, d'une certaine façon, Russie y est attaché, de la même manière que les gosses s'attachent à leurs peluches râpées qu'ils traînent partout, littéralement, et qu'il peuvent aussi bien câliner que piétiner. Lettonie, c'est aussi un de ces petits jouets en caoutchouc qui font "pouic" quand on appuie dessus. Et probablement son jouet préféré entre tous. Il ne se lasse pas de s'amuser avec le petit letton, ça demande si peu d'effort ; un rien le fait paniquer, un rien le fait pleurer. Aux yeux de certains, ça peut ressembler à de la maltraitance, mais ce n'est pas de sa faute, après tout, si Lettonie est encore plus adorable lorsque ses grands yeux sont pleins de larmes...











Territoires alliés
Échanges de bons procédés





Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée.


Corée du Nord

Un étrange petit bonhomme, celui-là. Russie le retrouve souvent dans son sillage. Corée du Nord a un mode de pensée similaire au sien, et cherche à le côtoyer ; il lui témoigne un grand respect et pas mal de déférence, mais il ne semble pas le craindre. Il semblerait qu'il aspire à lui ressembler, ce qui peut sembler incompréhensible à bon nombre de gens. Toujours-est-il qu'il est d'une présence agréable et qu'il cherche à se rendre utile ; qui plus est, ses points de vue rejoignent souvent les siens. Il lui porte une certaine confiance, et est sans aucun doute ce qu'on peut rapprocher le plus d'un ami.










Territoires frontaliers
Hauts et bas à régularité variable








Avec de la patience, même le bois humide s'embrase.


Grèce

Difficile de domestiquer un chat ? On verra ça ! Russie se donne du mal, c'est sûr. Pauvre petit grec, si fragile, si précaire ! Heureusement que Russie est décidé à le protéger et lui enfoncer dans le crâne faire comprendre à quel point il est persécuté. Au nom des belles relations de leurs gouvernements respectifs. Et ceux qui penseraient que le but est de se rallier Grèce et de le monter contre les nations de l'U.E ne sont rien que des vils sournois... un peu trop perspicaces pour être honnêtes.





Quand le diable n'y peut rien, il délègue une femme.


Kazakhstan

Kazakhstan est branchée sur secteur. Quelle que soit l'heure, elle a toujours quelque chose à dire ou à faire. En soi, c'est quelqu'un que Russie tend à sincèrement apprécier, autant pour son caractère des plus distrrrayants que pour ce qu'elle représente(ra) : le petit pays aux longs cheveux sombres est un allié pour le futur. Malgré tout, il garde quelques réserves, du fait qu'Anara noue facilement relation, et qu'une partie de son entourage est partie intégrante de l'ouest hostile. Le temps, certainement, lui confèrera davantage de prudence, c'est ce qu'il espère... Car le Kazakhstan, tout comme la Biélorussie, a posé avec la Russie les pierres fondatrices d'un renouveau à venir.








En pays d'exil, même le printemps manque de charme.


Finlande

Ah, Finlande ! Le croiriez-vous ? L'adorable petit Finlande aux grands yeux humides ne l'aime plus, et c'est rien de le dire, au vu de la promptitude avec laquelle il lui montre ses jolies quenottes. Quel dommage ! Russie est si disposé à lui montrer toute l'étendue de son affection certes envahissante, mais on ne se refait pas ! A vrai dire, il se fout un peu des raisons de l'inimitié finlandaise, car il en rejette en bloc la faute sur Suède, c'est beaucoup plus pratique. Un jour, Finlande ne pourra plus se passer de lui. De gré ou de force.







Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré soi le parfum.


France

C'est compliqué, n'est ce pas ? Terriblement compliqué. Les choses allaient si bien fut une époque, mais.... Le principal problème de Russie vis à vis de France, c'est ce qu'il perçoit comme de l'instabilité pure et simple. Pour lui, France tourne et retourne sa veste sans arrêt. Il est assez méfiant à l'égard de France, bien que celui-ci se comporte de manière tout à fait amicale... Un peu trop même. C'est louche.





Même la gloire du fleuve s'arrête à la mer.


Allemagne

En cours, en cours @w@






Un homme sans patrie, c'est un rossignol sans chanson.


Prusse

C'est fou comme ils ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Prusse vomit Russie par chaque pore de sa peau. Russie sourit. Dire qu'il déteste Prusse serait aussi excessif que faux. Oui, il le rabaisse constamment, mais c'est qu'il estime que le comportement du joyeux albinos à la langue trop pendue est très déplacé. Tout se passerait bien mieux si Prusse venait humblement, sagement, prendre sa place de petite marionnette de chair, à ses côtés.












Territoires hostiles
Annihilation préprogrammée






Un malheur arrive, ouvre la porte.


Pologne

Pologne, c'est vraiment l'ennemi héréditaire. Probablement le seul slave qu'il NE VEUT PAS dans son entourage, ou alors muselé et ficelé, et encore. Mort à la rigueur, transformé en descente de lit. Avec Pologne, impossible d'envisager un cessez-le-feu. Il l'insupporte au delà de tout, l'intégralité de sa personne lui est détestable. Et le pire, c'est quand le roquet commence à japper. Le plus dramatique, c'est que Pologne n'a absolument pas peur de lui, alors que pour une fois, tiens, ça serait utile






Qui trop cherche la gloire y trouve le désespoir.


Amérique

Concernant USA, sa hantise première est qu'il finisse par s'intoxiquer avec un hamburger pas frais. Un évènement aussi épouvantable le priverait de son plus grand fantasme, qui consiste à peu de chose près à lui déloger les globes oculaires pour les lui enfoncer dans la gorge. Russie hait USA à peu près autant qu'il aime la vodka, ça situe. De ses braillements à sa philosophie de vie en passant par son grand sourire imbécile. Autant dire que chaque occasion de lui pourrir la vie est une bénédiction.






Parole n'est pas flèche et n'en perce que mieux.


Empire Mongol

Pas demain la veille qu'il l'avouera, mais la proximité d'Empire Mongol lui provoque des hausses d'anxiété assez impressionnantes. Il y a vraiment chez le professeur quelque chose qui lui donne une envie irrépressible de s'éloigner. Pour le coup, il fait profil bas en sa présence, ce qui ne l'empêche pas de le vilipender avec force quand il n'est pas là. Mais à voix basse, hein, parce que tout le monde sait qu'Empire Mongol sait tout, voit tout, devine tout. Le professeur l'angoisse tellement qu il a tendance à lui prêter des capacités complètement irrationnelles. En fait, sa principale préoccupation vis-à-vis de lui est de l'éviter. Son drame personnel ? La relation d'Empire Mongol avec Rus' de Kiev.

Revenir en haut Aller en bas
 
Become one with Russia, da ? ♥
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» From Russia With Love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 3-
Sauter vers: