AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]   Lun 6 Avr - 5:36




Les Balkans
Légende de la carte
En orange : le centre du monde || En jaune : Espaces périphériques


Dossier scolaire

État civilà remplir par l'élève :

Nom : Hoxha [Hodja]
Prénom(s) : Shkëlzen 
Surnom(s) : « Shkëlz », « Alby »
Âge : 18 ans [ lors de la dernière visite médiale effectuée en mars 2015]
Sexe :
Date de naissance : 28 novembre
Aile :  Méditerranéenne 
Pays représenté :  Republika e Shqipërisë || République d'Albanie
Niveau scolaire : Intermédiaire – 2e année


Morphologie et physionomieà remplir par l'équipe médicale et le psychologue :

Taille : 1m75
Poids : 73kg
Couleur des yeux : Brun
Couleur des cheveux : Châtain foncé tirant sur le noir

Signe(s) particulier(s) :

« J'ai un tatouage, v'voulais le voir ? J'l'ai payé en faisant des p'tits boulots l'hiver dernier ! »

Shkëlzen possède un tatouage, simple et discret, noir, représentant un aigle à deux têtes. Il en est très fier et le montre facilement aux autres, d'autant plus qu'il se trouve sur son poignet droit, le rendant aisément visible.

« Quand j'suis arrivé ici, j'ai r'marqué que dans l'imaginaire les aigles étaient répandus, mais ça n'enlève rien à s'charme, au contraire... Vous en pensez quoi ? »

Il a tendance à avaler quelques syllabes lorsqu'il parle rapidement – preuve indéniable de son enthousiasme – mais la plupart du temps, il fait de son mieux pour s'exprimer dans l'anglais le plus correct.

Niveau équilibre alimentaire et condition physique, l'Albanais est en grande forme : il pratique beaucoup de sport. Il ne mange pas de porc.



Allure générale :

De taille et de corpulence moyenne, brun avec la peau très légèrement basanée, Shkëlzen se décrit lui-même comme banal. Ni particulièrement beau, ni particulièrement laid.

Shkëlzen porte l'uniforme de manière correcte. Il ne se plaint pas du port de l'uniforme. Il n'ira pas jusqu'à dire qu'il trouve cette exigence fondamentale mais il trouve au sien plusieurs aspects positifs : contrairement aux vêtements qu'il a toujours eu, l'uniforme demandé par l'académie est de bonne facture et depuis le temps qu'il doit le porter, il s'y est habitué. Par contre, il a insinué que les carreaux étaient désuets.

Ses tenues plus contractées sont simples. Il ne fait pas vraiment attention à ce qu'il porte. Pantalons en jeans, tee-shirt à manches plus ou moins longues, des sweats « confortables ». Il possède un manteau en cuir de couleur noire, usé mais dont il ne se sépare que lorsque le temps le lui permet. Il porte principalement des tons grisâtres ou sombres, parfois rehaussé par une touche de rouge. À l'image du drapeau national de son pays.

Il est extrêmement rare de le voir porter des tenues traditionnelles rattachées à l'histoire de son pays. Ces vêtements-là sont beaucoup plus bariolés et colorés. Il n'en a pratiquement jamais porté en Albanie et donc l'habitude l'a suivi jusqu'à l'académie.
Attitude générale :

Le sourire facile, la démarche nonchalante, la posture détendue, Shkëlzen apparaît comme un garçon qui n'est pas hostile à la rencontre. Ni de nature angoissée ou méfiante, il a plutôt tendance à ne pas se mêler des conflits qui ne le concernent pas (mais il considère qu'il a un rôle à jouer auprès des Balkans). C'est un garçon que l'on pourrait définir comme « contradictoire » mais lui-même se perçoit davantage comme un « nuancier. » Une palette de couleurs qui ne pourrait pas se réduire à une ou deux teintes mais qu'il faut prendre dans son intégralité et dans toutes ses nuances. Il ne cherche pas à se mettre en avant ( mais veut se faire remarquer par certains – ceux qu'ils trouvent « intéressants ».


suivi psychologiqueà remplir par le psychologue :


Tempérament :



« Sérieux, j'crois pas être une prise d'tête … Je suis comme ça. C'est tout. L'vie c'est un fil sur lequel j'suis en équilibre. Faut pas qu'je fasse l'con. »

« Ne pas faire le con », selon ses propres mots seraient sans doute équivalant à « rester prudent ». Shkëlzen parle peu de lui , il a été difficile d'obtenir de lui qu'il parle de sujets plus personnels. Toutefois, même s'il a souvent détourné les questions pour ne pas y répondre, de manière générale, il s'est montré sérieux lors des entretiens avec l'équipe médicale. De nature calme, il n'en est pas pour autant silencieux. Il aime la musique, le bruit, les bavardages. Longtemps rongé par une réserve qu'il n'explique pas – ou qu'il ne veut pas expliquer ? – le jeune homme est étonnement souriant et ouvert. Imprévisible, il a donné l'impression aux membres de l'équipe, d'être indiscernable. Il n'est pas imprévisible dans le sens impulsif ou très indécis : il sait ce qu'il veut – il est plutôt surprenant dans ses choix.

D'après une autre hypothèse émise par l'un des membres de l'équipe, pour lui « ne pas faire le con », serait de revêtir un habit de clown pour feindre de ne pas accepter ses responsabilités. À l'unanimité, l'équipe médicale admet pourtant que c'est un garçon mature mais une part de lui n'accepte pas complètement cette maturité et cette vivacité d'esprit qu'il dissimule en faisant l'idiot.

Sous le coup de la colère, il a beaucoup de difficulté à mesurer ses paroles. Cherchant à blesser volontairement son interlocuteur, il se replie de manière presque stratégique derrière un masque cruel et froid. Selon lui, il n'y a pas de véritables explications à cela. Lorsqu'il est hors de lui, c'est plus fort que tout le reste.

Shkëlzen est un garçon tolérant envers les différentes cultures et religions cependant, il n'apprécie pas qu'on s'intéresse de trop près à ses histoires.
Assurance :


Depuis un ou peut-être deux ans, Shkëlzen a gagné en confiance et en estime pour lui-même. Il apparaît tellement sûr de lui qu'on pourrait croire qu'il a toujours été comme ça. Lorsqu'il est arrivé à l'académie, il était très fermé sur lui-même, ne cherchant pas à nouer de liens avec les autres. Aujourd'hui, il considère qu'il avait besoin de temps pour apprendre à se connaître et que maintenant qu'il sait qui il est et ce qu'il veut, il peut – enfin – s'occuper un peu des autres.

En public, il s'exprime clairement, sans angoisse et sans retenir ses pensées lorsqu'il veut les partager. Et d'après un mot d'un collègue de l'équipe médicale – terme que je trouve très juste – le jeune homme aurait un côté « fanfaron ». Cet aspect de sa personnalité ressort surtout lorsqu'il est d'humeur à plaisanter. Sans doute un rôle qu'il se donne. Peut-être pour s'intégrer plus facilement.
Relationnel :

Il fréquente parfois certains représentants Balkans mais son cercle relationnel était très limité bien qu'il tend à s'agrandir peu à peu. En sortant de son isolement, il s'est révélé très ouvert, aussi bien sur le plan culturel que religieux, il cherche à s'adapter, conscient qu'il n'a pas – je le cite - « été d'la partie pendant quelques années... Vous comprenez, l'gens se connaissent depuis longtemps ici... mais comme j'sortais pas beaucoup, bah, lorsque vous leur demandez ce qu'est l'Albanie, il vous répondront quelque chose comme...c'est la gjakmarrja, la guerre du Kosovo et les poubelles de l'Europe, mais tout l'monde oublie qu'on protège les ours bruns et les loups... »

À l'époque, il n'était simplement pas prêt à se tourner vers les autres. Maintenant, il tente de se sociabiliser, aussi bien sur le plan diplomatique que personnel. Avec les autres Balkans, il n'hésite pas à prendre des initiatives et à se placer comme leader même si cela ne plaît pas à tout le monde. Il endosse parfois le rôle du modérateur pour apaiser les conflits entre eux.

Depuis que l'Albanie est devenu candidat à l’adhésion à l'Union Européenne, Shkëlzen cherche davantage à connaître les représentants des pays intégrés dans l'Union. Il est persuadé qu'il peut « séduire et conquérir » pour changer les représentations que les autres nations doivent avoir de l'Albanie. « Tout est une question d'image. Edi Rama, l'ancien maire d'Tirana a dit un truc comme Faut changer la réalité pour que l'image de l'Albanie change... (1) Blablabla. Et il y a pleins d'trucs qui tournent pas rond ici mais j'crois que les gens ont besoin de moi. Surtout les Balkans. »

(1) Edi Rama, premier ministre : « Pour nous, vivre hors de l'Europe serait aller contre le sens de l'Histoire. Il s'agit pour l'Albanie de quitter les mauvaises habitudes héritées des temps anti-démocratiques. Nous allons transformer la réalité pour que l'image du pays change. Je suis persuadé que mon pays a besoin de l'Union européenne comme l'Union a besoin de nous. La candidature de l'Albanie est l'un des révélateurs du choix devant lequel se trouve l'Union européenne : soit elle va vers un grand projet, soit elle se renferme sur elle-même. »


Comportement(s) à déplorer :

- Bien qu'il se déclare « contre la violence », il a eu quelques altercations avec d'autres représentants des Balkans. À surveiller impérativement.

- Il a toujours aimé le grand air mais depuis qu'il s'est ouvert aux autres, il a pris l'habitude de forcer ceux-ci à l'accompagner. Et même s'il nie toute responsabilité, il semblerait que le représentant de la Grèce est l'une de ses principales victimes. Autre remarque par rapport au représentant de la Grèce : Shkëlzen aurait une tendance à s'inviter régulièrement dans la chambre de son camarade.


- Shkëlzen est souvent la proie de cauchemars ou d'insomnies – au départ, nous avions cru que c'était une excuse pour venir se glisser en douce dans la chambre du représentant de la Grèce, en pleine nuit, d'ailleurs, ce dernier ne s'en est jamais plaint : apparemment, Shkëlzen s’asseyait simplement au bureau et lui parlait tandis qu'il dormait. Ce comportement a duré jusqu'au moment où l'équipe médicale a attesté de la récurrence de ses mauvaises nuits et l'a pris en main.

Actuellement, il ne ressent plus le besoin de venir parler de ses cauchemars. Nous avons constaté que l'amélioration de ses nuits correspond à la fin de son « isolement ». Ces notes sont également meilleures.

Toutefois notons que ces améliorations ont connu un revers : Shkëlzen s'est passionné pour les jeux d'argent et, pour imiter l'alimentation de certains Albanais, il aurait bu pendant quelques jours, du raki ( d'après lui, c'est l'un des alcools les plus consommés d'Albanie) versé dans son café matinal. Résultat : il s'est très mal porté pendant plusieurs jours, se plaignant de maux d'estomac. Après la confiscation de cette boisson, il assuré qu'il n'abuserait plus du règlement. Des soupçons persistent. Peut-être une consommation occasionnelle de bière, aucune preuve à l'appui.

- Le jeune Albanais fume. Il fume beaucoup. Depuis qu'il est majeur dans son pays, aucune interdiction possible. D'ailleurs, l'équipe médicale s'est questionnée sur la provenance de l'argent qu'il utilisait pour s’acheter son tabac.

Centre(s) d'intérêt : La Grèce, les jeux d'argent (il semblerait qu'il joue surtout en ligne), le football, la musique, le cinéma.

Profil scolaire : Shkëlzen se repose sur ses capacités ainsi que sur les connaissances acquises les années précédentes. Ses notes sont en progrès mais certaines résultats sont encore fragiles, notamment en Sciences Humaines et Sociales et en Économie. Toutefois, il est particulièrement travailleur en Mondialisation, en Informatique, ainsi qu'en Diplomatie et Coopération.

Langues Parlées:

L'Albanais. « J'suis pas un génie, et j'excelle pas en classe mais je suis vraiment doué avec ma langue. » Par « doué avec sa langue », Shkëlzen entend « doué avec les mots ». Il a raconté au psychologue que c'était la seule véritable force dont il disposait vraiment. Comme Mère Teresa, même si « c'était pas une catho, elle était généreuse. »

L'Anglais. Bonne maîtrise, avec un petit accent.

L'Italien : Niveau LV2 (le Grec n'étant pas dispensé)

Langues non Parlées ( qu'il croit maîtriser ) :

Le Turc : Bases élémentaires : formules de politesse et expressions repêchées ici et là. Nous ne pouvons pas considérer qu'il le parle couramment.

Le Grec : Il cherche à apprendre depuis qu'il a intégré l'académie.


Le Français : Obligatoire dans les écoles albanaise pendant longtemps, Monsieur et Madame Hoxha parlaient français lorsqu'ils voulaient avoir des conversations privées. Shkëlzen reconnaît quelques mots mais pas assez pour comprendre ou parler la langue de Molière.



Données biographiques et relationnellesà remplir par le psychologue :

Lieu de naissance : Korça, sud-est de l'Albanie. « Je suis né près de la Grèce, c'est un signe. »


Lieu de vie avant l'admission à l'académie :  Tirana, capitale de l'Albanie.

Situation des parents :

Mère : Issue d'une famille d'agriculteurs dont elle est la dernière née, Madame Hoxha ne pouvait pas hériter de la petite ferme familiale. En suivant son mari à Tirana, elle espérait leur offrir un avenir meilleur à ses trois fils. Épuisée par les heures de travail qu'elle accumulait, elle a succombé à la maladie lorsque Shkëlzen avait cinq ans. 

Père : Situation actuellement inconnue. Monsieur Hoxha a disparu lorsque Shkëlzen avait treize ans. Le jeune homme en veut énormément à son père d'avoir quitté le foyer. Il insinue même qu'il porte le nom d'un traître et qu'il ne veut plus jamais entendre parler de lui. Par la suite, les enfants de Monsieur Hoxha n'ayant pas été victimes d'un réseau de criminalité organisée, Shkëlzen en a déduit que son père n'est pas parti parce que sa vie était menacée mais plutôt pour mieux vivre : en abandonnant ses fils qu'il devait percevoir comme un fardeau. Information non vérifiée.

Note administrative : Représentant légal de l'étudiant  : Ajan Hoxha, frère.

Fratrie : Deux frères (Ajan, 25 ans et Nazim, 21 ans) dont il est très proche.

Conditions de vie avant l'admission à l'académie :  Par rapport au reste de l'Europe, la famille Hoxha touchait très peu de revenus bien que ceux-ci étaient suffisants pour faire vivre la petite famille dans un milieu modeste. Malgré certains épisodes difficiles – qu'il qualifie lui-même de « drames » – Shkëlzen affirme avoir eu une enfance heureuse. Il a appris à se contenter du nécessaire et a développé beaucoup d'astuces pour ne jamais manquer de rien. Élevé par un père souvent absent, il a passé énormément de temps à explorer les rues de Tirana. Développant la même passion pour le football que ses frères, il s'est réfugié dans la pratique du sport pour fuir ses doutes et ses peurs. Lors de son entrée à l'académie, sa séparation avec ses frères a été très difficile.

Scolarité avant l'admission à l'académie : Conscient que son père possédait assez d'argent pour envoyer ses fils à l'école, Shkëlzen était un élève appliqué et sérieux – sans doute le plus travailleur de la fratrie. Curieux et mature, il a rapidement emprunté les livres de ses frères sur la mythologie et la culture antique – notamment grecque. Avec le temps, son attrait pour les savoirs anciens et les livres s'est estompé, remplacé par le football.

Événement(s) marquant(s) avant l'âge de 10 ans :  Le décès de sa mère. Préparé à l'idée de la perdre en raison de l'insuffisance de soins médicaux qu'elle recevait – qu'elle refusait d'avoir, préférant mettre de côté le peu d'économie qu'ils avaient – Shkëlzen a vécu la mort de sa mère comme une véritable injustice. Il l'a vu sombrer peu à peu, il s'est senti impuissant face à la maladie et a fini par se dévaloriser, se rendant responsable de ce qui s'était passé.

Regard que porte l'élève sur son intégration à l'académie : La prise de conscience nécessaire au bon déroulement de sa scolarité a été assez tardive. Rejetant son intégration, Shkëlzen a cherché à fuir. Pour lui, représenter l'Albanie était chose impossible. Impensable. En quête de sa propre identité, il ne parvenait pas à assumer ce rôle qu'il voyait comme une condamnation. Toutefois, cela ne l'a pas empêché de beaucoup travailler : il pensait utiliser le savoir acquis à l'académie pour obtenir un bon emploi en Albanie. Et au fur et à mesure de sa scolarité, il s'est ouvert aux autres et a commencé à accepter son rôle. Il ne considère pas sa position comme une chance ou un privilège. Il prend plutôt cela comme une opportunité qu'il ne doit pas manquer s'il veut sortir sa famille de la pauvreté. Fier de son pays, il semble de plus en plus attaché à son peuple et il se sent davantage impliqué dans les problèmes de stabilité politique des Balkans.

Relationnel au sein de l'académie :   ~ relations à définir avec les joueurs/joueuses ~


Les Balkans : Ceux qui appartiennent au groupe « On s'insulte, on se tape dessus mais au fond, on s'aime. »
Les Européens : « La conquête de l'Union Européenne, c'est pour bientôt, promis. »


-  Grèce : Albanie aime rappeler sa grande amitié avec le Grec, qui, de son côté, se fait plus discret. Shkëlzen se montre très intéressé par la culture grecque. Il parle souvent du Grec et semble lui porter une attention toute particulière. Il se montre même bienveillant avec lui.

- Italie du Sud : Vieille rivalité qui s'est transformée en une bonne entente.

Kosovo : Même si leurs cultures et leurs modes de vie sont différents, les deux se sont rapprochés avec le temps. Considéré comme un membre de la famille de Shkëlzen, celui-ci tente par tous les moyens de l'éloigner du représentant Serbe.

- Macédoine : Rivalité qui transparaît en sport et en classe. Également dans leurs rapports avec les autres Balkans.

Serbie : « On a essayé d'discuter, mais ça passe pas. On va pas forcer les choses. » Relations très tendues malgré quelques efforts. D'un point de vue international, les deux pays ont des rapports compliqués et chaque nouveau différend renforce le gouffre qui se creuse entre les deux.

- Turquie : Bonne entente. Shkëlzen a beaucoup de respect pour son aîné qu'il prend comme un véritable modèle, n'hésitant pas à se ranger de son côté lorsque le Turc a besoin de soutien.


Et vous ?

Surnom : Rallie
Âge :
Comment avez-vous connu le forum ?
Des commentaires ?  Contre l'invasion des -STAN, je dis : LES BALKANS CONTRE-ATTAQUENT !!! ♥
À propos du personnage de Vietnam : j'ai donc décidé de le lâcher. Je m'excuse de ne pas avoir profité du reboot pour le faire et j'espère que cela n'occasionnera pas trop de problèmes... J'espère que vous m'excuserez et que vous ne me mangerez pas. Je ne suis pas comestible.
Pour Albanie : les sous-parties de ma fiche sont assez inégales, et donc, dites-le moi s'il faut préciser certaines catégories en particulier ! ~
Et pour finir, le fameux code secret ! Noisettes.


Dernière édition par Albanie / Shkëlzen Hoxha le Ven 10 Avr - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]   Lun 6 Avr - 9:04

BEN SI ON TE MANGE!! ((468515646

hjgfhjgsudkjgkfdgsfk *sautille* Oh là là tu veux vraiment la guerre contre les pays en -stan, Shkëlz? :3. T'es sur? Anara n'est que paix, amour et miel :3.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Sud
peuneujeu
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]   Lun 6 Avr - 9:15

Pas de sang dans les couloirs ♥.

Validé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Que tu sois Albanais, Kosovar, Macédonien ou Serbe, quand Mère Teresa parle, tu la ferme. » || République d'Albanie [Fiche terminée]
» Et en albanais ?
» TUK ► sois forte et tais toi.
» Ce n'est qu'un adieu, ne sois pas triste car je ne le serais pas, Petit Bison.
» Ecole de musique - Gérard Macé a invité ses éléves à un après-midi batterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: Archives 3-
Sauter vers: