AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hell is around the corner ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hell is around the corner ♪   Ven 10 Avr - 13:36

Spoiler:
 

Ain't gonna waste my hate ♪ But I'm so greedy when they say ♪ Better to give than to receive ♪

10.04.2015


« Vous êtes ici depuis six ans maintenant. Six ans, c'est énorme. Et que vous le vouliez ou non, vos camarades se sont habitués à vous, comme vous vous êtes habituée à eux. En somme, il va falloir reconnaître que vous n'avez plus nécessairement sur eux le pouvoir lacrymogène d'un oignon coupé. »

Ma psy est complètement perchée.
Et, bien sûr, elle joue la carte de la provocation... en faisant découler d'une accoutumance ce que j'estime ne devoir qu'à mon propre effort diplomatique – si.
… Je refusais encore de voir un psy régulièrement en septembre dernier. Je me disais que je pouvais arriver à bout de mes « problèmes » toute seule. C'est vrai, en un sens. Mais ici, il ne m'est pas vraiment permis de procéder comme je le voudrais. Et « faire des concessions » est une notion que je ne maîtrise pas encore... le principe – complètement bidon – étant de ne pas compenser ladite concession par une paire de claques distribuée ailleurs de façon plus ou moins aléatoire.

Il m'a semblé qu'endurer les caquetages de cette femme serait un bon début. Je l'ai fait pour mon Grand frère – ♥ – et moi.
… Elle a commencé par me faire remarquer que j'étais encore trop « impérieuse » avec mon entourage, comme avec moi-même. Je lui ai répondu qu'elle s'écoutait pisser. Et tout a débuté comme ça.

Elle m'a proposé de jouer à un jeu. En me suggérant, avant toute chose, de relire attentivement les pages de mon journal intime, notamment celles qui représentaient pour moi un « moment charnière », afin d'y déceler tout ce qui pouvait trahir le tempérament tyrannique qu'elle observait chez moi – et qui, d'après elle, est à l'origine de tous les « échecs comportementaux » essuyés jusqu'à maintenant. Avec ça, elle avait cette façon absolument dégueulasse de dire « Pour peu, bien sûr, que vous ayez un journal intime... » tout en insinuant « Je sais pertinemment que vous en avez un. »
J'ai voulu lui répondre que les seules charnières que je connaissais étaient celles que je faisais sauter en enfonçant des portes. Et puis, finalement, je me suis dit que c'était tout aussi bien de fermer ma gueule. Pour une fois.
Il faut bien admettre que... :
Spoiler:
 

… Ouais. OK. C'était peut-être un peu dictatorial sur les bords. Et c'est vrai que mes bonnes résolutions n'ont pas vraiment porté leurs fruits, jusqu'à présent. Mais je n'ai cassé aucun os ces deux derniers mois. Et c'est déjà bien.

Le « jeu » qu'a proposé ma tarée de psy, donc, c'est un genre de petit challenge social mensuel. Elle a sous-entendu très prudemment que ce serait au moins une façon de me distraire de mes « obsessions habituelles » – j'ai encore des doutes là-dessus, et j'ai surtout préféré ne pas relever.
Chaque mois, elle fixe un thème, prolongeable en fonction de ma « mauvaise grâce » à remplir le défi.
J'ai vu la gueule du premier thème.
« Vous accorderez de la valeur aux refus de vos camarades. »

… Eh bah j'étais pas contente. Je me suis levée en beuglant que j'avais pas le temps pour ces conneries, et que c'était pas la peine d'essayer de me transformer en grosse niaise qui aime se foutre des pâquerettes dans le pif et dans le cul.

… Et puis finalement... j'ai essayé en douce.

Qu'est-ce que ça signifie, concrètement ? Un exemple. Hier, j'ai fait remarquer à Slovaquie et Monaco qu'elles avaient le gabarit idéal pour me servir de cobaye lors d'éventuels entraînements de catch.
Il y a eu comme un malaise.
Au moment même où elles ont tâché de décliner mon offre, « accorder de la valeur à [leur] refus » a consisté à :

1. Ne pas leur adresser un, je cite ma psy, « regard mi-dédaigneux, mi-incrédule ».
2. Ne pas les assommer d'un revers sur la nuque...
3. … pour les embarquer sur mon épaule et aller tester leur faculté de rebondissement dans l'herbe du parc.
4. Essayer plutôt de comprendre la logique qui veut que l'on puisse ne pas souhaiter faire si violemment l'expérience de la gravité.
5. Admettre qu'un refus peut prendre une forme plus diplomatique qu'un je-vais-te-frapper-jusqu'à-ce-que-tu-acceptes.

… Bon. J'en dis quand même qu'il n'y a rien de bien folichon à astiquer la susceptibilité des gens.  Plutôt que de la laisser dormir une heure de plus comme elle le voulait, j'aurais préféré bouter Anara hors de son lit d'un bon coup de pied au cul pour la forcer à courir avec moi dès 5h45 du matin.

Moralité : il est difficile d'accorder du crédit au moindre refus quand un refus ne nous a jamais arrêté.
… Même – et surtout – celui que m'a toujours opposé Ivan. Je ne suis pas dupe du petit manège de la psy, d'ailleurs. Je sais bien où elle veut me mener. Le refus d'Ivan est le seul auquel je suis contrainte d'accorder de la valeur.
Il paraît qu'il n'a pas apprécié l'idée de mes affiches.

Revenir en haut Aller en bas
 
Hell is around the corner ♪
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Michael CORNER
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: RP 2-
Sauter vers: