AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'appel de l'aventure. Tragédie Grecque en cinq actes. || PV : Grèce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'appel de l'aventure. Tragédie Grecque en cinq actes. || PV : Grèce   Dim 12 Avr - 20:30



Mai 2007

Ce chemin, Shkëlzen le connaissait par cœur.
Ce trajet qui reliait leurs deux chambres, ce pont entre leurs deux âmes jumelles, l'Albanais l'empruntait plusieurs fois par jour. Il connaissait chaque ligne du carrelage, chaque décoloration du sol ou irrégularité du mur.


Du haut de ses onze ans, les cheveux coupés courts, la taille encore petite pour son âge, Shkëlzen ne manquait pas de joie de vivre lorsqu'il s'agissait de rejoindre le représentant grec de l'académie. Ce dernier serait sans doute occupé à rêvasser ou à dormir. D'ailleurs, il ne passait son temps qu'à ça. Porter le poids d'une si importante nation devait le fatiguer. Il finirait par s'y habituer et deviendrait encore plus fort ! Qu'est-ce qu'il était fort ce Grec ! Si Shkëlzen était considéré comme un garçon mature mais un peu solitaire, il changeait radicalement de visage e présence d'Herakles. Étant son cadet d'un an, Shkëlzen buvait littéralement toutes ses paroles et tentait - en vain, le plus souvent - d'avoir le même comportement que lui. Après tout, le Grec ressemblait à un véritable héros mythique et cela ne cessait - et ne cesserait jamais - de l'impressionner.


« Grèèèèèèèèèce ! »


Une fois de plus, l'Albanais avait envahi le territoire hellène, avec ses manières un peu rudes et son anglais balkanisé. Peu importe ce que le Grec pouvait être en train de faire, Shkëlzen entrait comme dans sa propre maison. Il secouait victorieusement ce qui ressemblait à un vieux parchemin - ou plutôt une feuille format A4 dont l'imprimé imitait celui du parchemin ( mais c'était beaucoup plus classe et épique de considérer cette modeste feuille comme un véritable parchemin d'une grande valeur. )


« Regarde ce que Turquie m'a donné ! »


Et il n'avait même pas honte. Il était fier de ce cadeau turc et il l'était encore plus d'avoir trouvé seul, l'idée de l'amener dans ce sanctuaire grec et de le partager avec Herakles. Qu'il était naïf de penser qu'ils pourraient faire de ses deux modèles, de véritables amis ! (Mais des amis pas trop proches non plus, il devait rester le numéro un ! ) Il s'approcha et déplia le rouleau de papier pour le lui montrer.

« Ce sont les plans de l'académie ! »


Les soi-disant plans ressemblaient surtout à des schémas grossiers colorisé sur [i]photoshop[i] mais lorsqu'on est âgé de onze ans, on se contente de peu pour être heureux.


« On v'découvrir tous les secrets de cette école ! J'suis sûr qu'dans la tombe du fondateur y a de l'or et des tas de trucs cools ! »

Dans l'imaginaire albanais, l'académie s’apparentait à un labyrinthe aux murs bougeant, aux nombreux passages secrets qu'exploraient les aventuriers sans peur qui devaient combattre les monstres, interroger les fantômes pour atteindre un trésor d'une richesse inestimable et ramener saine et sauve la jolie princesse...


Il donna la carte au Grec pour qu'il puisse la lire dans ses détails et sans lui laisser le temps de répliquer, il cria : « Voilà mon arme ! »
Tous les héros avaient une arme pour se défendre. Il brandit le double décimètre qui traînait sur le bureau de son ami avant de la ranger, la glissant entre sa ceinture et le tissu de son pantalon.

« Alleeeez Herak' ! Prends tes affaires, ton cheval et partons à l'aventure !! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'appel de l'aventure. Tragédie Grecque en cinq actes. || PV : Grèce   Dim 19 Avr - 19:05

Mai 2007 – Herakles Karpusi, 12 ans et toutes ses dents

« Grèèèèèèèèèce ! »

Ce cri, il le reconnaitrait entre mille. Non ce n'était pas sa maman adorée qui venait le câliner -ce qui était fort dommage d'ailleurs- mais ce n'était pas non plus le turc qui arrivait pour lui tirer les cheveux ou pour l'étouffer sous son oreiller. Rien ne peut être pire qu'une visite turque, mais ce dernier devait être occupé à se goinfrer de Loukoum ou de baklavas GRECS au miel. Herakles ne risquait donc rien à ouvrir les yeux pour voir qui venait de pénétrer dans son territoire sacré. Le jeune grec se redressa donc et se mit à observer le petit albanais de son regard émeraude.

« Regarde ce que Turquie m'a donné ! »

Cela faisait à peine un ans que le grec connaissait le représentant de l'Albanie et une année de plus qu'il supportait le turc dans sa classe. Malgré tout les livres de philosophie ou les mythes anciens que sa maman lui lisait le soir pour s'endormir, il ne connaissait pas grand-chose du monde, mais une chose était certaine: cadeau de Turquie = gros ennuis.

« Ce sont les plans de l'académie ! »

Intrigué, il attrapa le fameux plan qu'on lui agitait sous le nez. Herakles n'était pas architecte, loin de là même, mais il savait différencier un plan d'un amas de traits grossiers sans aucune cohérence. Le grec esquissa -intérieurement- un léger sourire amusé. Visiblement, Turquie n'était pas très doué pour le dessin.

« On v'découvrir tous les secrets de cette école ! J'suis sûr qu'dans la tombe du fondateur y a de l'or et des tas de trucs cools !»

La tombe du fondateur, de l'or et des tas de trucs cools. Il fallait avouer que l'albanais savait bien vendre son ridicule bout de papier. Herkales était curieux de nature et il savait très bien que Shkëlzen n'abandonnerait jamais son projet et qu'il continuerait de lui en parler pendant des jours, des mois, voir des années entières. Il n'est pas méchant en plus, alors Herakles pouvait lui faire plaisir de temps en temps... En prenant le risque qu'il s'y habitue et qu'il en redemande toujours plus.

« Alleeeez Herak' ! Prends tes affaires, ton cheval et partons à l'aventure !! »

« En route alors... Mais après tu me laisses finir ma sieste... Et je n'ai pas de cheval, on est pas au club d'équitation... »

Le grec se leva donc mollement et en baillant et attrapa le sac qui traînait au pied de son lit. Il lui restait quelques gâteaux pour le goûter et tout le monde sait que les explorateurs ont besoin de manger. Il redonna la carte à son ami pour la vie et le guida vers la sortie du dortoir.

« Où veux-tu aller...? »

Parce que c'est bien beau de vouloir partir à l'aventure, chercher un trésor, découvrir de nouveaux horizons, mais sans trajet bien défini, nos deux explorateurs n'iront pas bien loin. Regardez Ulysse, il a bien mis 10 ans à rentrer chez lui. Et cela était hors de question que cette excursion prenne 10 ans. C'est bientôt l'heure de la sieste. Et on ne manque jamais la sieste.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'appel de l'aventure. Tragédie Grecque en cinq actes. || PV : Grèce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aventurier, l'aventure vous appelle !
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» Partons à l'aventure !
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: RP-
Sauter vers: