AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous allons devenir grand ami, Da? ♥ (pv Russie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Nous allons devenir grand ami, Da? ♥ (pv Russie)   Mer 15 Avr - 2:22



14 Février 2008
13h NY.

Alors aujourd'hui, c'était LE jour important ! Toris vient d'arriver à New York après un voyage presque interminable en avion. Voyage dans lequel Liet a éprouvé pas mal l'attente. Après la lecture, la fringale et la sieste, il fallait dire que notre nouvelle nation n'était pas super ''fraîche''. Une bonne douche froide se faisait largement désirer !!

Liet récupéré ses deux valises presque aussi lourdes que lui, voir même plus ! Ce qui n’était pas difficile vu la taille et l’âge du jeune homme. Qui du haut de ses dix ans venait d’être lâché dans un pays à des milliers de kilomètres loin de chez lui. Mais en sortant de la salle de débarquement, la première chose qu'il vu, c'était une petite échoppe qui vendait des déjeuners ! Sauvée !!! Toris se précipita aussi vite que possible avec ses deux énormes boulets jusque-là, les posa et commanda juste un croissant et un chocolat chaud. Bon, ceci dit, il prit aussi une bouteille d'eau pour la route !

Il n’était pas encore près d’arriver et il ne savait pas quoi en plus il n’avait aucune idée de qui devait venir le chercher. Il débarquait vraiment là… Le jeune garçon se remit en route son paquet déjeuné dans son sac, traînant ses valises derrière lui.  Le regard allant de droite à gauche, il allait se perdre, si ce n’était déjà pas fait !
Pas de panique Toris tout va bien, tu… Tu as dû avoir un peu d’avance.

Voilà un faible réconfort et mensonge que se disait le jeune homme tout en avançant, ce n’était pas le cas, l’avion avait même eu une heure de retard à cause d’un problème à l’escale précédente. Et il y n’y a personne pour le récupérer, ok la panique commence à monter. À cet âge-là pas de moyen de communiquer et oublier le gsm ! Lituanie ne connaît pas encore cela et il faudra un bon nombre d’années et d’heure de brassage d’oreille à la polonaise pour qu’il daigne en prendre un. Pour l’heure, le stress montait tellement vite qu’il en avait les larmes qui montaient aux yeux.

Il n’avait jamais demandé à être là, il voulait juste une chose retourner à Vilnius, son vilnius, Ville dont il connaissait chaque pavé, les visages des gens de la ville étaient connu, le boulanger tout. Tout était un point de repère pour lui. ET là du jour au lendemain plus rien. Il n’avait plus Motina, pas d’aide. Et le pire de l’histoire où ne lui avait pas donné l’adresse où il devait se rendre.

C’est dépiter qu’il se résolut à s’arrêter dans le hall principal coincé entre ses deux valises, regardant la foule qui passait autour de lui dans le vacarme où se mélangeaient les paroles et les bruits de pas, on pouvait même distinguer le pas rapide d’une femme à talon qui courrait, une passagère probablement qui sait ? Quand tout ce bruit devient habituel et se faisait oublier une main imposante viens se poser sur son épaule le faisant sursauter.
Tu dois être Toris ni ?

Le jeune homme n’avait pas eu le temps de répondre qu’il avait un homme accroupi face à lui, un sourire aux lèvres, les yeux améthyste et les cheveux clairs. Le visage fin et jeune, il devait avoir la trentaine grande maximum. Il avait une voix calme et lui parlait dans sa langue maternelle. Et oui Toris ne parlait pas encore anglais même si sa mère lui avait appris quelques mots, il ne comprenait pas encore ce qu’on pouvait lui raconter. Son vocabulaire plus que réduit était limiter à ce qu’il devait dire pour commander à manger. Enfin soit. L'homme face à lui le regardait attendant une réponse de sa part.

O… Oui, c’est moi. Bien, enchanté de te rencontrer Toris, je suis Dmitri responsable de ton aile.  Je vais te conduire à l’académie. C’est tout ce que tu as ? En désignant les deux valises brèves signe de tête du jeune et l’homme se redressa les portant Mettons nous en route, je t’expliquerais tout ce que tu dois savoir en chemin.

C’est donc après un temps incertain et bon nombre d’explication que Toris était arrivé en milieu d’après-midi à l’académie. Il ignorait tout de son horaire et on lui avait laissé tomber les deux dernières heures de cours. Entant nouveau, il ne connaissait pas l'école et le temps de trouver la classe le cours serais fini. Il avait donc suivi le conseil d'aller à son dortoir et de PROFITER  de ce temps pour s'installer et étudier son horaire pour le lendemain. Afin de savoir où il devrait aller et suivre le cours comme les autres.

Notre jeune Lituanien prit la direction de l'aile slave-balte (oui, elle s'appelait ainsi à l'époque!!!) après quoi et regarda les deux portes qui menaient au dortoirs. Là quelle était la bonne ? Il prit celle de droite et entra dans ce qui fait le bon dortoir. Pose ses affaires au pied de son lit. Avant de regagner la salle commune. S’asseyant dans un fauteuil au coin du feu. ( et oui n’oublions pas que nous sommes en février ) Regardent se dernier. La salle était vide tout le monde devaient être en cours...

Toris  ôta sa veste, avant de passer une main dans ses cheveux bruns pour les remettre plus ou moins en place et fixa les flammes qui dansaient dans l'âtre réfléchissant. Jouent machinalement avec le bord d’une manche cela ne l’emperchait pas de tendre l'oreille au cas où quelqu'un arriverait dans la salle commune. Et il espérait que se serait le cas ainsi, il pourrait avoir des renseignements sur les cours du lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous allons devenir grand ami, Da? ♥ (pv Russie)   Sam 2 Mai - 19:16

Ah, l'Académie, sa merveilleuse diversité et les joies des chocs culturels en série. L'aile Slave/Ba... Ah, non. L'aile Slave/Balte n'était à l'époque que l'aile Slave. Du moins, jusqu'à ce jour là, mais cette arrivée n'était que le premier pas vers une merveilleuse invasion <3 Les pays baltes, c'est la Révélation, c'est une page qui se tourne, une belle grande page toute vierge prête à se remplir de bleu(s), c'est... c'est tout un poème - vieux comme le teeemps, un poème qui se nooomme... Damned, tout est lié !!


Mais en attendant... La journée était en mode pourrito, comme toutes les autres. C'est pas que Russie y met de la mauvaise volonté, mais presque. En grande partie. Ça allait bientôt faire une année, et malgré les trésors de patience que pouvait déployer la très sainte ukrainienne, eh bien Russie ne faisait pas grand effort, et les rares qu'il concédait allaient droit dans le mur.


Ç'avait été une journée à moyen taux d'humidité. Par un hasard absolument extraordinaire et s'accordant au présage d'un grand tournant dans sa chienne de vie, Ivan n'avait pleurniché qu'une fois aujourd'hui. Les larmichettes rituelles du matin pour ne pas affronter une journée de plus. D'accord, ptêtre aussi une autre fois en milieu de matinée parce que Finlande ne s'était pas assis à côté de lui. Ok, il est possible qu'il y ait eu une autre crise de larmes vers midi parce qu'il ne retrouvait pas Ukraine au milieu de la foule de la cafétéria. Et...
Oui bon, à dire vrai, la journée avait été aussi larmoyante que toutes les autres. Mais hey, on parle de mauvaise volonté, mais faut quand même bien préciser qu'il n'était pas aidé, le russe, à cette époque. Déjà, le côté rase-motte et sphérique, hormis sur une piste de bowling, ben ça en impose pas, ou alors carrément moins que quand on a les dimensions approximatives d'un immeuble. Et faut avouer que quand ça chouine, on a juste envie d'en rajouter une couche. Du coup, tout en revenait à la litanie habituelle ; tout le monde est méchant, Danemark a attaché mon écharpe à ma chaise et ça le faisait rire mais moi pas du tout, en plus personne me parle, y a un albinos fou qui fait peur, Mongol bouffe des chatons vivants, etc etc etc.


Bref, il se trouvait en plein après-midi sur le chemin de l'aile Slave/Balte - hors de laquelle il serait scandaleusement bouté quelques années plus tard - au lieu d'être en cours. Il envisageait de faire ses valises en vue d'un départ dramaticodéfinitif pour la 41543ème fois depuis son arrivée, ce qui se solderait de toute façon, comme les 41542 fois précédentes, par du calinoutage ukrainien et quelques biscuits de mieux, quand, en poussant la porte, il avisa tout de suite une présence très étrangère dans la salle.
La boule russe se figea, et trèèèès lentement, roula légèrement en rasant le mur, sans quitter des yeux la silhouette inconnue, histoire de jauger à quoi il avait affaire.

C'était brun, c'était pas bien grand, et ça n'avait pas trop-trop l'air sanguinaire.


Au cours d'une chouinerie invanesque parce que vous comprenez, il-est-tout-seul-dans-le-dortoir-et-que-c'est-effrayant, Rus' de Kiev lui avait laissé entendre que ledit dortoir serait prochainement enrichi d'un apport, mh... C'était quoi ? letton ? Non, non. Lituanien.
Fort à parier donc que c'était Lituanie. Donc, un copain. Oui, déjà à l'époque, Russie avait une vision très personnelle de ce passé derrière lequel tous les étudiants de l'Académie devaient courir.
Du coup, il se risqua à lancer un vague appel - pas trop fort, on sait jamais.


"Litva. Da ?"


Il se décida à approcher avec une pointe de méfiance du fauteuil habité, en constatant que la petite tête brune était à hauteur de la sienne. Conclusion : debout, il le dépassait, ce qui le contraria considérablement. Injuste, ça. S'il avait une poignée de mois de moins que lui, il devrait être plus rachitique que ça. Ivan détestait cordialement toute forme de contrariété - et c'était là quelque chose qui ne changerait pas au cours des années à venir. Mais, fait exceptionnel, surement dû à la contrebalance de l'Apiness, il mis de côté l'agacement, et se déplaça pour trouver l'emplacement le plus stratégique, à moitié derrière le dossier, au cas où la bestiole se révèle hostile. Néanmoins, il y avait déjà dans le ton une insistance lourde quand il reprit, dans sa langue natale et sans la moindre considération du fait que le petiot en face, bien que très potentiellement lituanien et donc potentiellement russophone - oui on pratique l'art des raccourcis - ne la comprenait pas forcément :


"Tu parles russe? Dans cette aile, il faut parler russe. Alors si tu sais pas, tu dois apprendre. Ma grande soeur te forcera, si tu le fais pas."


En même temps, s'il ne parle pas russe, il n'enquille rien de ce que tu racontes. La logique n'effleura pas Ivan, occupé par ailleurs à scanner d'un regard curieux le nouveau venu, le temps de nous laisser nous abîmer dans la perplexe contemplation de l'image mentale d'Ukraine en train de forcer qui que ce soit à faire quoi que ce soit. Concept. Ce qui d'ailleurs, lui rappela qu'il convenait de s'intituler également.


"Moi je suis la Fédération de Russie."  


De l'art d'allonger le nom pour compenser la taille du reste ?  Et la posture par la même occasion ? Non parce que je te jure hein, à moitié tapi derrière le fauteuil, c'est moyen convaincant. Paradoxe qui ne l'empêcha pas le moins du monde de claironner avec un peu plus de volume.


"...Alors comme mon pays est plus grand, plus beau et plus fort que le tien, je vais te protéger, mais seulement si tu fais bien tout ce que je te dis."


Tu vois petit Liet. Y a pas de pub mensongère, avec Russie ♥
Revenir en haut Aller en bas
 
Nous allons devenir grand ami, Da? ♥ (pv Russie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hey Ho ! Hey Ho! Nous allons au boulot!
» Avant j'étais schizophrène mais maintenant nous allons mieux. Elisabeth
» Edward Khan, avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux
» J'étais le plus grand sorcier de la sainte Russie ✝ Rasputin
» Avant, j'étais schizophrène. Maintenant, nous allons mieux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: RP 2-
Sauter vers: