AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]   Mer 15 Avr - 12:55


Anara arriva avec une grâce toute cavalière dans la chambre de la biélorusse.

« NATALIA NATALIA VITE! »


Qu’est-ce qui pouvait bien pousser la kazakhe à entrer en trombe ainsi dans la chambre de son amie, sans préavis, sans regarder si Natalia était en plein dépeçage de balte, ou pire, si elle n’était pas en train d’expérimenter d’autres horreurs tel un danois avec ses légos?

La réponse était relativement simple et tenait sur moins d’un mètre soixante, arborait une couette basse de longs cheveux noirs et une tenue équestre encore un peu poussiéreuse.
D’ordinaire, Anara avait du mal à rentrer de son club d’équitation à temps le samedi. Dû à la distance et à l’ordinaire agitation durant le chemin du retour et ce malgré le professeur Mongol  -insérer keurkeur admiration-, elle rentrait souvent plutôt tard. Après que la plupart des élèves n’aient en tout cas terminé leurs propres sessions dans leurs propres clubs en tout cas mais cela ne la gênait guère sauf pour un cas très précis: le club de cuisine.

Le club de cuisine était légendaire. On y trouvait le triumvirat de la bonne bouffe à savoir France et ses plats en crèmes et ses pâtisseries élaborées, Chine et ses spécialités sucré-salé et enfin Turquie avec sa cuisine qui rayonnait d’un soleil réconfortant et qui fondait en bouche comme miel sur la tartine.

De quoi saliver d’avance. De quoi toujours sauter son repas du midi en ce qui concernait Anara, sachant que Turquie lui ramenait toujours quelque chose le samedi en fin de soirée ♥.

Sauf que là! Byzance (non, pas la prof)! Elle était arrivé à temps! C’était parfait. Elle allait pouvoir directement cueillir le club de cuisine pendant qu’ils rangeaient! A elle tout les bons petits plats! A elle aussi l’amusement sans faille de les voir tous (minus Chine qui probablement avait du partir rapidement pour s’immerger dans ses devoirs) bivouaquer avec des petits napperons et autres tabliers mignons autour de la taille!

Certains idées aussi, balancé par respectivement France puis Turquie, avaient fait son chemin également dans la caboche de l’eurasienne. France avait parlé d’aphrodisiaque dans ses macarons. C’était on ne peut plus fascinant. Donner une impulsion à autrui par ce biais était fantastique en soi et Anara –bien qu’elle s’en défende- était on ne peut plus curieuse.
Tout comme l’idée merveilleuse de Turquie d’introduire des horreurs sans noms dans de la nourriture sucrée et mielleuse à souhait. De quoi buter votre ‘adverse’ d’un coup d’un seul.

C’était pour ça qu’elle était venue chercher aussi Natalia.  C’était son amie et dans sa généreuse égocentricité, elle voulait partager son savoir et sa gourmandise avec elle.

A titre informatif.

Ça va de soi :3.

« Natalia, on est pile à l’heure! Laisse ton devoir d’anatomie! Oh j’espère que Turquie a fait des baklavas… tu crois qu’on peut en faire qui rende les guiboles faibles?  ce serait bien utile pour faire plier un genou... je ne demande même pas les deux. » Une moue délicieuse et Anara partit d'un rire joyeux.

Y’avait des photographes bien trop grand pour leurs propre bien dans cette école et Anara eut un sautillement en sortant de la pièce. « La dernière arrivée est un nuggets!!! »

Oui. 15 et 16 ans respectivement. Mais on fait la course vers la cuisine affectée pour le club quand même ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]   Dim 19 Avr - 13:58

Natalia s’était habituée depuis quelques années déjà au raffut qui annonçait quelquefois l’arrivée imminente d’Anara dans sa chambre. Le genre de raffut qui lui permettait de la reconnaître et de ne pas lui lancer spontanément à la figure ce qu’elle avait dans les mains – c’était hélas l’accueil qu’elle réservait immanquablement aux indésirables.
Anara étant cependant tout à fait désirable, les aiguilles à tricoter de Natalia ne vinrent pas se ficher au fond de ses jolis yeux.

Le club de cuisine était légendaire, de fait. Mais Natalia aurait préféré y trouver la « bonne bouffe » sans les chaperons – pervers, barbus, voire les deux en même temps – qui la confectionnaient. La perspective de s’y rendre la réjouissait d’autant moins qu’elle était susceptible d’y croiser celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom-en-sa-présence ou, plus justement, celui-à-qui-il-est-interdit-par-le-règlement-de-faire-bouffer-les-nouilles-qui-lui-bordent-le-cul-aru.
… En d’autres termes, Anara serait enthousiaste pour deux, hein.

Natalia, aiguilles et ouvrage laissés en suspens, considéra longuement son amie avec l’air désenchanté d’un vertueux apprenant que les habitantes de Notre-Dame-De-Bellecombe – petit village de Savoie ♪ – sont appelées les Bellecombaises. Puis elle finit par se renfrogner, comme pour se défendre du rire dangereusement communicatif d’Anara.

« Il y a quand même des moyens beaucoup plus simples et efficaces de faire plier un genou. » grommela-t-elle en sautant à bas de son lit. Le nécessaire à tricoter fut soigneusement rangé dessous, en dépit des âneries kazakhes qui la pressaient. « Et je ne suis pas un putain de consommable ! ==’ » Elle la rattrapa en quelques foulées, s’inclinant quelquefois, par jeu, pour saisir brièvement l’une de ses chevilles et lui faire perdre l’équilibre. La gourmandise occasionnelle de Natalia avait repris ses droits et se manifestait par un comportement narquois à défaut de joyeux.

Elle ne parvint pas la première à la porte du club de cuisine, pourtant, et sa malice ne dura pas. C’est qu’elle avait cru apercevoir son Grand Frère chéri – ♥ – au tournant d’un couloir, et qu’il lui avait fallu quelques détours et dérapages plus ou moins maîtrisés pour en avoir le cœur net. Elle en revint plutôt avec le cœur tout brouillé et un air bougon solidement agrippé au visage.

Bras croisés, elle s’appuya contre le chambranle de la porte tout juste enfoncée par sa très délicate amie. La tronche qu’elle tirait signifiait clairement aux trop gais lurons qu’elle et Anara – si. >< – n’étaient « pas là pour jouer à la dînette. » Accessoirement, qu’elle avait faim. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]   Dim 19 Avr - 19:52

Club de cuisine. Havre de saveurs et de mélange culturel, croisée des chemins entre différentes cultures où tout finit dans de la nourriture. Il n'y a pas que le goût, il y a aussi l'aspect. La cuisine demande une dextérité tout aussi précise que les nombreuses activités biologiques que peut pratiquer Biélorussie.

Chine s'est déjà envolé. Il avait souvent pour habitude de préparer à manger et de repartir dans son aile pour nourrir ses petits pandas. Oh, ils étaient connus par ici, Chine n'arrête pas d'en parler. Petit panda par ci, petit panda par là. Et tu peux pas lui dire non, parce que tout le monde sait qu'il ne faut jamais dire non à un panda.

Aujourd'hui, c'était à France et Turquie de s'occuper de faire la plonge. Ce sont toujours les plus grands qui s'occupent de ça, Empire Byzantin s'occupait de faire un roulement, toujours par deux pour gagner un peu de temps. Le planning est bien sûr très malléable et on fait suivant ce qui arrange les autres. Si une personne a un empêchement, on s'arrange bien évidemment pour que quelqu'un le remplace. Ce n'était pas un temps forcément agréable, mais il était nécessaire.

« Dommage que t'aies pas pu venir à la petite fête jeudi soir. Autriche était déchaîné et même Vietnam s'est trémoussée. »

De plus, lorsqu'on restait pour faire la plonge, Byzantin laissait toujours des gâteaux au miel au goût divin qui te satisfont tellement les papilles gustatives, que t'as la force pour laver au moins six fois toute la cuisine en vingt minutes. Au moins.

Et puis on pouvait s'arranger pour faire des plats qui mettent un peu plus de temps à cuire, pour les récupérer juste après. Il n'y avait pas que des désavantages finalement.

Ils venaient tout juste de terminer, aujourd'hui, en plus de ses macarons hebdomadaires qui iront directement dans le dortoir latin des filles pour raviver les estomacs andorrans, belges et monégasques, il a décidé de faire des crêpes. Il ne savait pas encore ce qu'il allait en faire. Enfin dis comme ça c'était un peu étrange, mais il ne savait pas s'il allait les offrir tout simplement en salle commune, aller voir Canada pour qu'il puisse les manger avec son jumeau, ou encore aller les offrir à Ukraine pour qu'elle puisse les manger avec ses petits poussins.

Mais comme s'il y avait une divination, la porte a été ouverte d'une délicatesse époustouflante pour lui apporter la réponse.

« Bonjour les filles. Vous tombez justement comme la crème chantilly sur une crêpe. ♥ »

Ils avaient terminés, sa pile de crêpe haute comme sa... tour eiffel. Il attrapa tout ce qui pouvait accompagner ce délicieux met. Sucre, Pâte à tartiner aux noisettes, Miel, Confitures, Crème Chantilly et autre accompagnements.

« Entrez et faites comme chez vous voyons. ♥ »


Vous êtes venues pourquoi ? Peu importe, tu t'assieds, tu manges, tu souris et tu viens faire un câlin à Francis parce qu'il est doué. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pudding à l’arsenic [Feat Belarus, Turquie et France]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pudding à l'arsenic
» Le pudding à l'arsenic
» Turquie
» Courtesy Plum Pudding ~ Une poupée de porcelaine
» Pudding au Pain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hetalia :: En Dehors de l'Ile :: Archives :: RP-
Sauter vers: